Publications de Presse Burundaise, Rohero I Avenue de la JRR N°17 Immeuble le SAVONNIER, Téléphone standard : (257) 22 22 62 32, Fax :(257) 22 22 58 94, email: pressequotidienne@yahoo.fr

EDITORIAL> Amisom : Bientôt une réunion pour rétablir le Burundi dans ses droits

Conduite par le président de la Chambre des représentants de la  République Arabe d’Egypte, Dr. Ali Abdel-Aal, une délégation des parlementaires égyptiens vient d’effectuer dans notre pays une visite de travail et d’amitié de quatre jours, une visite s’inscrivant dans le contexte des bonnes relations existant entre le Burundi et l’Egypte, deux pays amis qui coopèrent bien dans divers domaines. A l’issue de son séjour, la délégation égyptienne s’est dite réjouie de l’accueil et de l’excellence des entretiens qu’elle a eus, notamment avec le président de la République Pierre Nkurunziza qui l’a reçue en audience peu avant son départ. Les entretiens ont naturellement porté sur les relations d’amitié et de coopération qui sont au beau fixe et qui lient si bien le Burundi et l’Egypte, deux pays s’étant toujours traités en amis sincères depuis l’établissement des relations diplomatiques, le fleuve Nil qui lie également le Cœur de l’Afrique et le pays des Pharaons venant faire le reste.Conduite par le président de la Chambre des représentants de la  République Arabe d’Egypte, Dr. Ali Abdel-Aal, une délégation des parlementaires égyptiens vient d’effectuer dans notre pays une visite de travail et d’amitié de quatre jours, une visite s’inscrivant dans le contexte des bonnes relations existant entre le Burundi et l’Egypte, deux pays amis qui coopèrent bien dans divers domaines. A l’issue de son séjour, la délégation égyptienne s’est dite réjouie de l’accueil et de l’excellence des entretiens qu’elle a eus, notamment avec le président de la République Pierre Nkurunziza qui l’a reçue en audience peu avant son départ. Les entretiens ont naturellement porté sur les relations d’amitié et de coopération qui sont au beau fixe et qui lient si bien le Burundi et l’Egypte, deux pays s’étant toujours traités en amis sincères depuis l’établissement des relations diplomatiques, le fleuve Nil qui lie également le Cœur de l’Afrique et le pays des Pharaons venant faire le reste.Avant son départ pour le Caire, la délégation des parlementaires égyptiens s’est également dite réjouie du bon climat de paix et de sécurité prévalant sur toute l’étendue du territoire national burundais, s’inscrivant ainsi en faux contre les rapports mensongers et insultants des détracteurs du peuple burundais, rapports produits à partir du sol de l’Union européenne où ils prolifèrent.La délégation des parlementaires égyptiens n’est pas sans rappeler le Comité exécutif de l’Union parlementaire africaine qui, réuni en sa 72e session à Bujumbura, les 22 et 23 mai 2018, a rendu publique à l’issue des travaux, une déclaration de soutien au Burundi dans laquelle, sied-il de le rappeler, les parlementaires africains notent avec satisfaction l’évolution positive de la situation politique, sociale et sécuritaire au Burundi, en estimant que cette bonne évolution devrait pousser l’Union européenne à procéder à la normalisation de ses relations avec le Burundi et à la levée des sanctions économiques imposées, tout en félicitant le gouvernement du Burundi pour avoir organisé avec succès le référendum constitutionnel du 17 mai 2018. A l’heure qu’il est, nombreuses sont les délégations étrangères ayant déjà visité notre pays, à se demander pourquoi l’Union européenne s’entête-t-elle à maintenir des sanctions qui  n’ont jamais eu de raison d’être.Au cours de l’audience accordée par le chef de l’Etat à la délégation des parlementaires égyptiens, il a été question de la décision injuste prise par l’Union africaine à l’endroit des militaires burundais en mission de maintien de la paix en Somalie. C’est grâce à cette audience que nous savons tous qu’il est prévu, en ce mois d’avril, une réunion devant réanalyser cette injuste décision prise par l’Union continentale alors présidée par le chef de l’Etat rwandais Paul Kagame, déstabilisateur du peuple burundais. Aujourd’hui  présidée par le président égyptien Abdel Fattah al-Sissi, l’Union africaine est désormais consciente de l’injustice subie par le Burundi devant être rétabli dans ses droits, d’après la délégation des parlementaires du pays du fleuve Nil. Sous la présidence du chef de l’Etat rwandais Paul Kagame, l’Union africaine avait pris une décision dangereuse contre la Somalie où le contingent  militaire burundais constitue un rempart solide contre les milices d’Al-Shabab. 

Louis KAMWENUBUSA

Ouvrir