Publications de Presse Burundaise, Rohero I Avenue de la JRR N°17 Immeuble le SAVONNIER, Téléphone standard : (257) 22 22 62 32, Fax :(257) 22 22 58 94, email: pressequotidienne@yahoo.fr

ZONE KINAMA> La population s’exprime

Sur les relations du Burundi avec d’autres pays

 

Depuis longtemps, le Burundi a toujours entretenu de bonnes relations avec les pays voisins et d’autres pays lointains. Cela se traduit par l’appréciation des ambassadeurs accrédités à Bujumbura, qui ne cessent de témoigner de ces bonnes relations. Mais plus d’un se demandent pourquoi il y a des Etats qui veulent s’ingérer dans la gestion des affaires internes du Burundi. Certains des habitants de la zone urbaine de Kinama s’expriment dans cette édition. 

 

Cinquante sept ans après l’indépendance, le Burundi a su entretenir des relations amicales et de coopération avec plusieurs pays du monde. Certaines relations sont dans le cadre bilatéral, d’autres sont dans le cadre multilatéral à travers différents organismes. Selon les témoignages de certains ambassadeurs accrédités au Burundi, résidants ou non résidants, ces relations sont fortes parce qu’elles se fondent sur une coopération pragmatique. Mais l’on s’étonne qu’il y ait certains Etats qui brisent ces relations, le plus souvent avec un agenda caché et qui accusent le Burundi de tous les maux. Pour connaître leur point de vue, le quotidien burundais d’information, Le Renouveau, s’est récemment entretenu avec certains habitants de la zone urbaine de Kinama, commune Ntahangwa, dans la municipalité de Bujumbura. Ceux-ci affirment que, selon les informations qu’ils entendent à la radio, le Burundi est un bon voisin et entretient de bonnes relations avec les autres pays. 

Le Burundi n’a jamais agressé un autre pays

« Le Burundi n’a jamais agressé un autre pays depuis  l’époque de la royauté. Ce sont les autres royaumes qui l’ont attaqué et le Burundi ne faisait que se défendre. Même aujourd’hui, c’est le Burundi qui est calomnié. Le Burundi ne mène aucune agression envers d’autres pays », a rapporté T.I., rencontré dans le quartier Muramvya. Celui-ci continue en disant que les Burundais n’aiment pas le mal mais que depuis longtemps, ils ont toujours été de vaillants guerriers, capables de se défendre. D’où ils préfèrent l’entente à l’agression.D’autres s’indignent de ces Etats qui, avec leurs agendas cachés accusent injustement le Burundi et rompent par conséquent leurs relations avec celui-ci. « Nous n’avons jamais entendu parler d’un ultimatum que le Burundi a donné à un autre Etat de faire ceci ou cela, sous peine d’éventuelles sanctions. Mais nous accueillons mal la manière dont certains Etats cherchent à s’ingérer dans la gestion interne de notre pays, troublant ainsi les bonnes relations que le Burundi entretenait avec eux », disent-ils.Ces mêmes habitants souhaitent que tous les Etats respectent l’indépendance des autres et évitent à tout prix l’attitude de se faire arbitres dans les affaires internes des autres Etats souverains, afin de privilégier des relations pragmatiques qui favorisent les peuples des Etats liés par une quelconque coopération.

Jean Bosco Nkunzimana

Ouvrir