Publications de Presse Burundaise, Rohero I Avenue de la JRR N°17 Immeuble le SAVONNIER, Téléphone standard : (257) 22 22 62 32, Fax :(257) 22 22 58 94, email: pressequotidienne@yahoo.fr

Présidence de la République> Séance de moralisation animée par le chef de l’Etat à l’intention des cadres du ministère des Finances

Des enseignements d’une grande importance pour eux

 

DSC 0266Le président de la république du Burundi, Pierre Nkurunziza, a animé, le mardi 12 mars 2019, une séance de moralisation à l’intention du personnel du ministère des Fiances, du budget et de la coopération au développement économique. Cette activité a eu lieu dans les enceintes du Centre de formation professionnelle de Kigobe en commune Ntahangwa de la mairie de Bujumbura. Le ministre en charge des finances, Domitien Ndihokubwayo, a remercié le chef de l’Etat pour avoir pensé à venir animer cette séance de moralisation au personnel de son ministère.   

 

A la sortie de cette séance de moralisation, le porte parole adjoint du président de la République, Alain Diomède Nzeyimana, a indiqué que le chef de l’Etat a commencé ses enseignements par une parole de Dieu qui dit que : Les gens commettent des erreurs par manque de connaissance. D’où, selon lui, des fois, les cadres du ministère des Finances participent à des actes qui ne donnent pas une bonne image au peuple ou au gouvernement du Burundi tout simplement parce qu’ils ne savent pas que leurs actes affectent le reste du pays.« Nous savons  qu’à partir de 2010, il y a des enseignements de la part des Occidentaux qui voulaient, par exemple, l’introduction des mariages homosexuels au Burundi et en contre-partie ils promettaient des aides.  Mais, grâce aux recherches et à l’éducation des leaders burundais, le Burundi sait désormais qu’il n’est pas l’un des pays les plus pauvres comme c’est toujours rapporté par la Banque mondiale ou le Fond monétaire international (FMI).  Il peut s’organiser et travailler sur des projets de grande envergure sur base du nouveau Plan national de développement pour faire sortir les Burundais de la pauvreté. Laquelle pauvreté n’est d’ailleurs pas palpable parce qu’avec les ressources naturelles dont regorge le Burundi, aujourd’hui, les Burundais peuvent facilement s’en sortir », a expliqué N. Nzeyimana «

Changer la façon de faire pour léguer à nos fils un beau pays »

Selon M. Nzeyimana, le Numéro Un burundais a aussi démontré comment les colonisateurs ont voulu ternir l’image du Burundi en se basant sur Dieu mais avec des enseignements erronés, des enseignements qui sont différents de la réalité. « Ils l’ont fait en détruisant les ménages et voilà que si aujourd’hui on ne change pas la façon de faire, on risque de ne pas léguer un bon pays à nos petits-fils. Il a terminé ses enseignements  en invitant les cadres du ministère des Finances à penser à des projets pilotes qui peuvent déjà commencer à montrer une bonne image comme par exemple le projet sur Kaburantwa. « On peut penser à autre chose mais une chose est sûre, l’avenir nous appartient et il est meilleur », a souligné le porte-parole adjoint. 

Le personnel dudit ministère joue un grand rôle dans le pays

Dans son mot d’accueil, le ministre en charge des finances a passé en revue le rôle des cadres de ce ministère, que ce soit dans la planification, mais aussi dans la collecte des fonds que le Gouvernement utilise. Il a indiqué que même si c’est un ministère important, il est malheureusement connu comme étant aussi affecté par la corruption. D’où le ministre Ndihokubwayo a remercié le président de la République qui a pensé à venir animer un cours de moralisation à l’endroit des cadres de ce ministère. Cette réunion a aussi vu la participation  des cadres de l’Office burundais des recettes (OBR) et des cadres des différentes Banques, y compris la Banque centrale. 

Astère Nduwamungu

Ouvrir