Publications de Presse Burundaise, Rohero I Avenue de la JRR N°17 Immeuble le SAVONNIER, Téléphone standard : (257) 22 22 62 32, Fax :(257) 22 22 58 94, email: pressequotidienne@yahoo.fr

EDITORIAL> Journée internationale de la femme : Les temps ont changé, la femme burundaise aussi

Le 8 mars de chaque année, le Burundi s’associe à toutes les nations du monde pour célébrer la Journée internationale de la femme. Il en sera de même pour ce 8 mars 2019 où cette importante Journée annuellement dédiée à la femme sera célébrée dans le monde entier sous le thème : «Penser équitablement, bâtir intelligemment, innover pour le changement ».  Proposé par l’Organisation des Nations-unies, le thème ne peut empêcher  tout Etat membre de l’ensemble mondial, de porter souverainement son choix sur un thème national, tout en gardant à l’esprit la proposition onusienne. C’est ainsi que dans notre pays, la Journée internationale de la femme, édition 2019, sera célébrée sous le thème suivant : « Umukenyezi ashirwe imbere mu migambi irashe yo gutegekanya kazoza ». Autorisons-nous de paraphraser : « Donnons à la femme une place de choix dans la conception, l’élaboration et la mise en œuvre des plans de développement préparant l’avenir du pays ».Le 8 mars de chaque année, le Burundi s’associe à toutes les nations du monde pour célébrer la Journée internationale de la femme. Il en sera de même pour ce 8 mars 2019 où cette importante Journée annuellement dédiée à la femme sera célébrée dans le monde entier sous le thème : «Penser équitablement, bâtir intelligemment, innover pour le changement ».  Proposé par l’Organisation des Nations-unies, le thème ne peut empêcher  tout Etat membre de l’ensemble mondial, de porter souverainement son choix sur un thème national, tout en gardant à l’esprit la proposition onusienne. C’est ainsi que dans notre pays, la Journée internationale de la femme, édition 2019, sera célébrée sous le thème suivant : « Umukenyezi ashirwe imbere mu migambi irashe yo gutegekanya kazoza ». Autorisons-nous de paraphraser : « Donnons à la femme une place de choix dans la conception, l’élaboration et la mise en œuvre des plans de développement préparant l’avenir du pays ».La femme est notre moitié et le Burundi ne peut avancer et se construire sans la participation d’une importante population constituée de nos sœurs, nos mères, nos épouses et nos filles. Tant que, pour se développer durablement, la société burundaise n’aura pas réservé la place qu’elle mérite à la population féminine, tant qu’en son sein, c’est l’homme qui aura toujours son premier et son dernier mot, c’est toute la réalité burundaise qui sera reniée. Ce n’est heureusement pas le cas, la femme étant considérée, dans notre pays, comme une richesse inestimable, assurant sa propre part de responsabilité et de participation dans la vie communautaire de la société.Le thème choisi par le gouvernement pour célébrer, dans notre pays, la Journée internationale de la femme, édition 2019, s’inscrit catégoriquement en faux  contre la conception antique de la femme qui dit : « La femme à l’intérieur, l’homme à l’extérieur». Autrement dit, la femme s’occupera du seul foyer et l’homme du reste. Donner à la femme une place de choix dans la conception, l’élaboration et la mise en œuvre des plans de développement préparant l’avenir du pays, c’est rompre radicalement avec les pratiques qui humilient les femmes, les avilissent au nom de la tradition ancestrale. C’est reconnaitre l’apport des femmes burundaises à la construction de la société devant être édifiée par les fils et les filles d’une même nation. Un peu plus de 56 ans après notre indépendance, nous pouvons affirmer sans risque de nous tromper que les mentalités ont évolué en faveur de la femme burundaise, pouvant être décrite comme étant la colonne vertébrale de l’édification de la société dans toute sa dimension.La célébration de la Journée internationale de la femme intervient au moment où, au Burundi, personne ne peut s’autoriser d’affirmer que la paix et la sécurité sont en train d’être consolidées sans l’apport de la femme, que la démocratie se construit sans son apport, et que le Plan national de développement pour les dix ans à venir peut se matérialiser sans sa participation. De nos jours, tout acte humiliant la femme burundaise est vite dénoncé et est vite condamné. Les temps ont changé, les femmes aussi. Célébrons donc la Journée internationale de la femme, en reconnaissant tout particulièrement à la femme burundaise sa sereine et pleine participation à l’effort de développement national. Bonne fête de la Journée internationale de la femme!

Louis Kamwenubusa

Ouvrir