Publications de Presse Burundaise, Rohero I Avenue de la JRR N°17 Immeuble le SAVONNIER, Téléphone standard : (257) 22 22 62 32, Fax :(257) 22 22 58 94, email: pressequotidienne@yahoo.fr

REPUBLIQUE DE TANZANIE>Visite du ministre de l’Hydraulique, de l’énergie et des mines, Côme Manirakiza

L’état d’avancement de la construction du barrage de Rusumo est  estimé à 35% en général

 

DSC08878Le ministre de l’Hydraulique, de l’énergie et des mines,  Côme Manirakiza, a effectué une visite au site de construction du barrage hydroélectrique de Rusumo, dans le district de Ngara en Tanzanie, le lundi 4 février 2019. Il était en compagnie du ministre tanzanien de l’Energie, Médard Kalemani et de celui des Infrastructures au Rwanda, Claver Gatete.  Ces ministres trouvent que l’état d’avancement est satisfaisant mais recommandent l’accélération des travaux pour respecter les délais.  

 

Le ministre Côme Manirakiza de l’Hydraulique, de l’énergie et des mines au Burundi, celui des Infrastructures au Rwanda, Claver Gatete et celui de l’Energie en Tanzanie, Médard Kalemani  se sont rendus  à Rusumo où s’effectuent les travaux de construction du barrage hydroélectrique qui produira 80 mégawatts que les trois pays vont se partager. Ce barrage sera construit avec un budget de 340 millions de dollars américains octroyés par la Banque mondiale, avec 130 millions de dollars américains  pour la construction des lignes de transmission octroyés par la Banque africaine de développement. Selon Côme Manirakiza, cette visite était une occasion de participer à un conseil des ministres  des pays bénéficiaires de la Centrale hydroélectrique de Rusumo après les travaux de terrain qui consistaient à visiter les sites du barrage, les travaux des tunnels, le site de la centrale hydroélectrique, le site du poste de départ pour les lignes de transmission et le camp où on est en train de construire les habitations pour le personnel. Le ministre Côme Manirakiza de l’Hydraulique, de l’énergie et des mines au Burundi, celui des Infrastructures au Rwanda, Claver Gatete et celui de l’Energie en Tanzanie, Médard Kalemani  se sont rendus  à Rusumo où s’effectuent les travaux de construction du barrage hydroélectrique qui produira 80 mégawatts que les trois pays vont se partager. Ce barrage sera construit avec un budget de 340 millions de dollars américains octroyés par la Banque mondiale, avec 130 millions de dollars américains  pour la construction des lignes de transmission octroyés par la Banque africaine de développement. Selon Côme Manirakiza, cette visite était une occasion de participer à un conseil des ministres  des pays bénéficiaires de la Centrale hydroélectrique de Rusumo après les travaux de terrain qui consistaient à visiter les sites du barrage, les travaux des tunnels, le site de la centrale hydroélectrique, le site du poste de départ pour les lignes de transmission et le camp où on est en train de construire les habitations pour le personnel.       

Les travaux avancent, mais il faut passer à une vitesse supérieure

« Notre constat est que, en comparaison avec  ce qu’on avait suivi lors de notre dernière visite en juillet de l’année dernière, il y a quand-même des progrès, mais qui devaient avoir été beaucoup mieux si certains problèmes qu’on a soulevés avaient trouvé des solutions », dit M. Manirakiza. Sur le plan de l’état d’avancement des travaux, on a montré à ces ministres qu’ils sont à 35%  si on essaie d’évaluer l’état d’avancement de toute la centrale. Là, les travaux de génie civil sont évalués à 28%, les travaux électromécaniques  sont évalués à 53%. Ir Manirakiza dit qu’on leur a présenté pas mal de difficultés, ce qu’il trouve normal pour la construction d’une chose de grande importance. Ces difficultés pourraient ainsi avoir un impact sur les délais. Précisons que le contrat fixe l’année 2017 pour le démarrage des travaux et au mois de février 2020 pour la fin de tous les travaux de construction.  

Le Conseil des ministres des pays bénéficiaires reste ferme sur les délais

Le ministre Manirakiza dit qu’ils ont été fermes au niveau du Conseil de ces ministres et ont indiqué qu’il faut tout mettre en œuvre pour que cette électricité tant attendue soit disponible avec l’année 2020. Le ministre de l’Energie en Tanzanie, Médard Kalemani insiste sur le respect des délais. Il indique que dans l’optique de pousser à l’accélération des travaux, ces ministres vont effectuer de telles rencontres tous les six mois, mais pourront faire des rencontres extraordinaires si nécessaire. Il remercie les présidents des trois pays pour leurs initiatives de développement. De son côté, Claver Gatete apprécie lui aussi le pas franchi par rapport à la dernière visite, mais insiste sur l’accélération pour rester dans les délais. Il estime cependant que le retard enregistré pour démarrer les travaux a eu un impact sur l’état des lieux actuel.  Mais, il n’estime pas que cela pourrait être une raison pour dépasser les délais. Vous saurez que ce projet se fait dans le cadre de ce qu’on a appelé «Nile equatorial lakes subsidiary action program», Nelsap (Programme d’action subsidiaire des lacs équatoriaux du Nil)

Alfred Nimbona

Ouvrir