Publications de Presse Burundaise, Rohero I Avenue de la JRR N°17 Immeuble le SAVONNIER, Téléphone standard : (257) 22 22 62 32, Fax :(257) 22 22 58 94, email: pressequotidienne@yahoo.fr

Editorial> La Fête du Printemps : Une précieuse occasion de réaffirmer l’amitié sino-burundaise

C’est pour célébrer la Fête du Printemps 2019 que l’ambassadeur de Chine au Burundi Li Changlin a offert, jeudi dernier, dans les enceintes de l’ambassade, une réception à laquelle ont pris part plusieurs invités d’honneur, qui en ont également tiré profit pour visiter et apprécier une exposition internationale sur les 40 ans de réforme et d’ouverture de la Chine, grâce à laquelle l’Empire du milieu a enregistré des progrès prodigieux dans tous les domaines. L’année 2018 ayant marqué le 40è anniversaire du lancement de la politique de réforme et d’ouverture du pays de Confucius, l’ambassadeur Li Changlin ne pouvait ne pas en parler dans son allocution de circonstance.C’est pour célébrer la Fête du Printemps 2019 que l’ambassadeur de Chine au Burundi Li Changlin a offert, jeudi dernier, dans les enceintes de l’ambassade, une réception à laquelle ont pris part plusieurs invités d’honneur, qui en ont également tiré profit pour visiter et apprécier une exposition internationale sur les 40 ans de réforme et d’ouverture de la Chine, grâce à laquelle l’Empire du milieu a enregistré des progrès prodigieux dans tous les domaines. L’année 2018 ayant marqué le 40è anniversaire du lancement de la politique de réforme et d’ouverture du pays de Confucius, l’ambassadeur Li Changlin ne pouvait ne pas en parler dans son allocution de circonstance.Architecte en chef de la politique de réforme, d’ouverture et de la modernisation de la Chine, Deng Xiaoping était un homme politique remarquable. C’est lui qui a engagé la Chine dans cette voie en 1987. Au milieu des années 1970, alors que la Révolution culturelle acculait l’économie chinoise au bord de la faillite, on se demandait où allait la Chine. Continuera-t-elle à rester en arrière et à se fermer sur elle-même ? S’ouvrira-t-elle vers l’extérieur ? Après un examen approfondi de l’environnement international d’alors, Deng Xiaoping indiqua clairement que la paix et le développement représentent le problème-clé du monde contemporain. Cette voie allait permettre d’élargir l’horizon de l’édification économique de la Chine. De cet éminent dirigeant chinois, on retiendra toujours cette théorie devenue célèbre : « Le marché n’est qu’un moyen, le capitalisme a son marché, le socialisme doit aussi en avoir un », une théorie de l’économie de marché socialiste qui devait prendre forme graduellement en Chine.Celles et ceux qui, nombreux, avaient répondu à l’invitation de l’ambassadeur Li Changlin ont appris, en direct, deux bonnes nouvelles intéressant la coopération sino-burundaise. Premièrement, il s’agit d’un projet chinois déjà en cours concernant 190 000 kits de produits de réception de télévisions numériques comme matériels combinés pour le projet de numérisation de la RTNB, ce qui permettra de rapprocher encore davantage le Burundi avec le reste du monde. Deuxièmement, l’ambassade de Chine va mobiliser une dizaine de jeunes interprètes pour traduire, en chinois, le Plan national de développement burundais pour les dix ans à venir, afin d’explorer des pistes  pour le mettre en synergie avec les stratégies chinoises, dans le cadre du Forum sur la coopération sino-africaine. Ne s’agit-il pas là d’une amitié sincère réaffirmant l’excellence des relations sino-burundaises, avec cette conviction que la coopération entre la Chine et le Burundi a de précieux jours devant elle ?La coopération sino-burundaise ayant beaucoup gagné de la politique de réforme et d’ouverture dont l’architecte principal est, rappelons-le, Deng Xiaoping, c’est, main dans la main, que les gouvernements chinois et burundais, à travers une volonté partagée, immortaliseront la politique de cet éminent idéologue chinois, en enracinant profondément dans les cœurs des peuples chinois et burundais une amitié sans faille. Grâce aux efforts conjugués des deux parties, nul doute que le succès de la coopération sino-burundaise sera toujours assuré. Nous ne pouvons que nous en réjouir.

Louis Kamwenubusa

Ouvrir