Publications de Presse Burundaise, Rohero I Avenue de la JRR N°17 Immeuble le SAVONNIER, Téléphone standard : (257) 22 22 62 32, Fax :(257) 22 22 58 94, email: pressequotidienne@yahoo.fr

Palais présidentiel de Ngozi> Audience accordée à une délégation des administrateurs de la Bad

Le développement du Burundi au centre des échanges

 

Le président de la République Pierre Nkurunziza a reçu en audience, le lundi 4 février 2019 au Palais présidentiel de Ngozi, une délégation des administrateurs de la Banque africaine de développement (Bad) conduite par René Obam Nlong, directeur exécutif de la Bad pour le Burundi, la RDC, le Congo Brazaville, la Centrafrique et le Tchad. Le Burundi est un partenaire important de la Bad. 

 

A la sortie de l’audience, Obam Nlong, directeur exécutif de la Bad, a indiqué que le Burundi est un actionnaire de la Bad. « Nous sommes cinq administrateurs, représentant le quart du conseil d’administration, c’est-à-dire plus de 26 pays.  L’Afrique a aujourd’hui 54 pays, c’est pratiquement la moitié des pays africains qui sont là. C’est aussi montrer l’importance du Burundi par rapport à la banque. Le Burundi a été toujours là, et il a participé à l’augmentation du capital ».M.Nlong a aussi fait savoir que cette visite a été un moment très important dans la mesure où le président Nkurunziza leur a parlé du développement du pays notamment le Plan national de développement (PND) qui vient d’être élaboré par les Burundais eux-mêmes. « Nous avons appris par  le président lui-même que la paix est le fondement de tout le développement économique ». Nous avons parlé des sujets importants, des projets notamment l’aspect intégration régionale compte tenu de la situation stratégique du Burundi. Nous avons évoqué des sujets sur l’infrastructure que ce soit au niveau des transports, de l’énergie. Ainsi, le Burundi a un potentiel énergétique assez conséquent, a-t-il poursuivi.

La Bad va recadrer la coopération avec le Burundi

Le directeur exécutif de la Bad a également fait savoir que le chef de l’Etat burundais leur a parlé des mines. Pour lui, les mines sont importantes car elles procurent des revenus« On nous avait toujours dit que le pays est pauvre alors c’est un bassin mini important.  Pour cela, il y a le concours de la banque car cette dernière dispose des instruments pour pouvoir accompagner le Burundi  dans cette optique », a-t-il souligné.Il a ajouté qu’avec le Plan national de développement(PND) élaboré par le peuple Burundais avec la participation de chaque burundais sur des fonds propres, la Bad pense pouvoir recadrer la coopération avec le Burundi dans le cadre de ce qu’on appelle «Le document de stratégie pays qui devra aller de 2019 à 2024, et qui aura pour socle le PND », a conclu René Obam Nlong.                                                                                               

Yvette Irambona

Ouvrir