Publications de Presse Burundaise, Rohero I Avenue de la JRR N°17 Immeuble le SAVONNIER, Téléphone standard : (257) 22 22 62 32, Fax :(257) 22 22 58 94, email: pressequotidienne@yahoo.fr

5 Fevrier 2019> Célébration du 28e anniversaire de l’adoption de la Charte de l’unité nationale

« Réaffirmons l’unité qui constitue la prédilection des Burundais dans tout et partout à travers les travaux de développement »

 

DSC 0503A l’occasion de la célébration du 28e anniversaire de l’adoption de la Charte de l’unité nationale en date du 5 février 2019, le président de la République, Pierre Nkurunziza a formulé une série de recommandations pouvant permettre au peuple burundais de consolider cette unité. Ces recommandations ont été relayées  par le président de l’Assemblée nationale, Pascal Nyabenda.  A cet effet, le temps sonne pour poser des actes au lieu de se livrer aux spéculations inutiles. Ce qui nous conduit au développement durable.  

 

« Réaffirmons l’unité qui constitue la prédilection  des Burundais dans tout et partout à travers les travaux de développement », tel est le thème retenu cette année pour célébrer le 28e anniversaire de l’adoption de la Charte de l’unité nationale qui a lieu le 5 février de chaque année. Dans le message du chef de l’Etat, Pierre Nkurunziza, lu par le président de l’Assemblée nationale, Pascal Nyabenda qui l’a représenté dans les cérémonies en mairie de Bujumbura, il y a lieu de remarquer que la date du 5 février 2019 est un jour important pour la vie du Burundi. Au fait, il faut qu’il y ait de l’unité pour parvenir à la paix, à la sécurité ainsi qu’aux travaux de développement. Les leaders qui ont marqué le Burundi comme le Prince Louis Rwagasore, héros national de l’indépendance et Melchior Ndadaye, héros de la démocratie, devraient servir d’exemple à tous les Burundais. A cet effet, c’est le moment de se mettre au travail pour le progrès économique et social constituant le pilier du développement. 

Les succès de l’unité nationale

Dans ce message, il a été question d’évaluer le pas déjà franchi par les Burundais dans leur comportement en faveur de l’unité. C’est ainsi que l’opinion nationale et internationale doit comprendre que celle-ci est au stade avancé. L’unité a toujours été le fondement de toutes les activités du passé des Burundais. L’unité fait que le Burundi ait une bonne image dans le concert des nations. Il a été retenu, dans ce discours, qu’il existait un seul roi, un seul Dieu et un seul pays. Les Burundais doivent privilégier  leur langue et leur culture pour l’héritage des générations futures. Le chef de l’Etat, Pierre Nkurunziza, n’a pas manqué de remercier le peuple Burundais qui a montré  sa bravoure allant dans le sens du patriotisme. Les Burundais ont compris que la présence des colons n’avait que le seul objectif de les diviser en disant qu’il existe des Burundais plus intelligents que les autres.  Il revient pour le moment aux Burundais de faire un examen de conscience pour voir comment toutes les couches sociales peuvent consolider l’unité pour ne plus tomber dans les erreurs du passé. C’est ainsi qu’il faut trouver un remède durable pour consolider cette unité. C’est dans ce cadre qu’il y a eu l’accord d’Arusha, les institutions solides, les infrastructures publiques comme les marchés, les écoles, les hôpitaux… qui fonctionnent à la satisfaction des Burundais.

D’autres valeurs en faveur de l’unité

D’autres valeurs ont été évoquées. Il s’agit notamment du dialogue social, du flambeau de la paix qui circule chaque année avec comme arrière-fond la consolidation de l’unité nationale. Ce qui montre que les Burundais sont actuellement  indépendants. L’unité nationale doit commencer à partir de nos familles respectives ainsi que dans tous les services étatiques et non-étatiques. Le Burundi fondé sur l’unité constitue un peuple épris de paix et de sens patriotique. Encore faut-il cultiver l’amour sur toute l’étendue du pays. Il faut que les Burundais qui se sont rebellés d’une manière ou d’une autre, sachent que l’heure revient à la reconstruction du pays. Notons que les cérémonies ont débuté par une prière faite tour à tour par les représentants des principales confessions religieuses se trouvant au Burundi. Parmi les personnalités présentes il y avait notamment l’ex-président de la république du Burundi, Sylvestre Ntibantunganya, le Premier vice-président de l’Assemblée nationale, Agathon Rwasa, le maire de la ville, Freddy Mbonimpa et les trois administrateurs communaux de la mairie de Bujumbura

Masta Shabani, Evélyne Habonimana

Ouvrir