Publications de Presse Burundaise, Rohero I Avenue de la JRR N°17 Immeuble le SAVONNIER, Téléphone standard : (257) 22 22 62 32, Fax :(257) 22 22 58 94, email: pressequotidienne@yahoo.fr

DEUXIEME VICE-PRESIDENCE de la republique> Audience accordée à une délégation du Groupe de la Banque africaine de développement

Les échanges ont porté sur la coopération entre le Burundi et la Banque

 

A1731Le samedi 2 février 2019, le Deuxième-vice-président de la république du Burundi, Joseph Butore, a reçu en audience une délégation du Groupe de la Banque africaine de développement  (Bad), conduite par le directeur exécutif du groupe de la Bad en Afrique centrale, René Obam Nlong. Comme il a été porté à la connaissance de la presse, les échanges ont essentiellement porté sur la coopération entre la Bad et la république du Burundi. 

 

A la sortie de l’audience, le chef de la délégation, le directeur exécutif du Groupe de la Bad en Afrique centrale, René Obam Nlong, a dit qu’il a salué l’accueil leur réservé par le Deuxième vice-président de la république. « Nous avons eu cet honneur d’être reçu par le Deuxième vice-président de la République, quand vous saviez combien son agenda est chargé, surtout les obligations professionnelles de haut niveau qui sont ses préoccupations. Il nous a accordé du temps et on s’en réjouit. Nous le remercions d’avoir accepté de nous recevoir un samedi matin, ce qui est un honneur », a-t-il déclaré. Obam Nlong a ajouté que leur entretien a été très fructueux. « Le contenu de notre entretien est très fructueux car nous avons eu des orientations en matière de coopération avec la Banque, de sa part. Nous avons aussi abordé les problèmes de croissance économique, le dynamisme de l’économie. Le Deuxième vice-président a pointé du doigt certaines choses, notamment les infrastructures au niveau de l’énergie avec un pas sur l’intégration nationale. Il a parlé de l’eau et de l’assainissement, de l’éducation, du rôle que jouerait la jeunesse dans ce pays. On est allé très loin et le Deuxième vice-président a sollicité le concours de la Bad  dans la mise en œuvre des objectifs du développement durable (ODD) dans ce pays. A ce point de vue je dois vous dire qu’au niveau de la Bad, nous avons une stratégie qui, une fois réalisée, permettrait d’atteindre 80% des ODD. La Bad sera aux cotés du Burundi dans la mise en exécution de ces objectifs du développement durable », a-t-il précisé. 

La nouvelle dimension du développement

« S’il y a quelque chose que nous avons retenue de cette audience, c’est la nouvelle dimension que le Deuxième vice-président donne au contenu du développement. Il a défini le développement comme étant trois choses. Le développement pour lui, c’est d’abord aimer son pays, c’est aussi être à l’écoute de la population, c’est aussi être sûr de soi-même. On se réjouit donc de l’audience qui nous a été accordée et on rentre à Abidjan avec ce mot d’ordre sur la nouvelle dimension du développement, vu par le Deuxième vice-président », a ajouté M. Nlong.Pour le Conseiller principal, chargé de la Presse et communication à la Deuxième vice-présidence de la république du Burundi, Hassan Ngendakumana, les échanges entre les visiteurs et le Deuxième vice-président, ont essentiellement porté sur la coopération entre le groupe de la Bad et le Burundi. Il a ajouté que la délégation a apprécié la situation socio-politico-sécuritaire du moment. Et de dire encore que Joseph Butore leur a présenté son appréciation, en ce qui est des relations entre la Bad et le Burundi. Les échanges ont porté également sur les réalisations de la Bad au Burundi, notamment la construction des centrales électriques, la construction des infrastructures routières, sur l’intervention de la Bad dans les domaines de l’éducation, de l’agriculture, etc. « Ce qui se remarque, a précisé M. Ngendakumana, c’est que le groupe de la Bad intervient énormément dans les travaux de développement au Burundi ».Vous saurait que la délégation reçue en audience par le Deuxième vice président de la République, Joseph Butore, représentait vingt six pays d’Afrique. 

Jean Bosco Nkunzimana

Ouvrir