Publications de Presse Burundaise, Rohero I Avenue de la JRR N°17 Immeuble le SAVONNIER, Téléphone standard : (257) 22 22 62 32, Fax :(257) 22 22 58 94, email: pressequotidienne@yahoo.fr

COOPERATION> Retour de Tanzanie du Premier vice-président de la République Il venait de participer au 20e sommet des chefs d’Etat de la Communauté est-africaine

Il venait de participer au 20e sommet des chefs d’Etat de la Communauté est-africaine

 

DSC 0463Le Premier vice-président de la République Gaston Sindimwo est rentré au pays en provenance d’Arusha en Tanzanie, le dimanche 3 janvier 2019. Il venait de participer au 20è sommet des chefs d’Etat de la Communauté est-africaine où il avait représenté le chef de l’Etat Pierre Nkurunziza. 

 

Arrivé à l’Aéroport international de Bujumbura, le Premier vice-président a fait savoir que la réunion était centrée sur l’organisation et les pactes signés. Il s’agissait de voir comment passer à l’étape de la confédération politique. M. Sindimwo a indiqué qu’ils se sont rendu compte que c’est presque impossible aujourd’hui. D’autres points qui étaient à l’ordre du jour en rapport avec la Communauté ont été analysés.En ce qui concerne le Burundi, le Premier vice-président de la République a indiqué que c’était l’accord commercial entre les pays de l’Union européenne et la Communauté est-africaine.  Le Burundi ne peut pas apposer sa signature sur cet accord tant qu’il est toujours sous embargo.En second lieu, M.Sindimwo a indiqué qu’ils ont entendu le rapport du facilitateur William Mkapa qui a trop chargé le gouvernement burundais.  Ce rapport a été appelé 5è round par le facilitateur. A propos de cela, le Premier vice-président de la République a signifié qu’il ne le connait pas car le 5è round n’a pas eu lieu.Le facilitateur Mkapa a demandé aux chefs d’Etat présents de statuer sur comment la Constitution burundaise actuelle a été mise en place et de la refaire. En plus de cela, qu’il faut au Burundi un gouvernement de transition, ce que le Premier vice-président a réfuté.

La Constitution revêt un caractère de souveraineté de chaque pays. 

En ce qui concerne la Constitution, M. Sindimwo a déclaré haut et fort que cela revêt un caractère de souveraineté de chaque pays.  Le Burundi  ne s’est jamais ingéré dans les référendums constitutionnels qui ont eu lieu dans d’autres pays de la Communauté est-africaine et que donc cette question est indiscutable. Quant au gouvernement de transition, là aussi le Premier vice-président de la République a signifié que c’est indiscutable. Les chefs d’Etat ont pris une décision  de prendre acte de fin de mandat du facilitateur William Mkapa. Cette question a été remise dans les mains des chefs d’Etats  qui vont pouvoir faire des consultations afin de voir la suite.Lors de son exposé, le Premier vice-président a fait remarquer aux chefs d’Etat qu’aujourd’hui au Burundi aucun chef du parti politique agrée n’est à l’extérieur du pays. S’il advenait qu’il y ait quelqu’un qui vient de l’extérieur, il est le bienvenu. Le gouvernement est là pour le sécuriser afin qu’il puisse participer aux élections de 2020 sans aucune difficulté.A la question de savoir si les relations entre le Burundi et le Rwanda ont été évoquées, le Premier vice-président  a répondu par non.  Lors de son exposé au cours de la réunion, M.Sindimwo a fait remarquer que le chef de l’Etat burundais a déjà transmis une correspondance aux chefs d’Etat de la Communauté est-africaine demandant un sommet extraordinaire sur la situation entre le Burundi et le Rwanda.Quand le Burundi a constaté que ces chefs d’Etats ont vu cette correspondance et qu’ils ont voulu choisir le président rwandais comme président de la Communauté est-africaine, M. Sindimwo a pris  acte de cela, a-t-il dit. Il croit que les solutions seront trouvées prochainement pour le bon fonctionnement de la Communauté, a-t-il ajouté.

Martin  Karabagega

Ouvrir