Publications de Presse Burundaise, Rohero I Avenue de la JRR N°17 Immeuble le SAVONNIER, Téléphone standard : (257) 22 22 62 32, Fax :(257) 22 22 58 94, email: pressequotidienne@yahoo.fr

Regroupements régionaux> Conférence de presse animée par le groupe parlementaire burundais à l’Eala

Pour annoncer le programme de sensibilisation sur le processus d’intégration dans la Communauté est-africaine

 

DSC 0366Le groupe parlementaire de l’Assemblée législative de la Communauté est africaine a tenu, le vendredi 1er février 2019, à l’intention des journalistes, une conférence de presse pour la sensibilisation sur le processus d’intégration du Burundi dans de la Communauté est-africaine, à l’hôtel Dolce Vita. Il s’agissait de parler de l’objectif de cette séance de sensibilisation et des activités prévues au cours de cette période de sensibilisation. Il a été indiqué que les travaux de cette première phase de sensibilisation vont durer six jours allant du 1er au 6 février 2016.  

 

Au cours de son mot liminaire, l’honorable Victor Burikukiye a indiqué que l’Assemblée législative de la Communauté est africaine envisage les activités de la première phase de sensibilisation dans les pays partenaires de  cette communauté  sous le thème « l’Agenda de l‘intégration au sein de la Communauté est-africaine : Accéder aux gains et évaluer les défis ».  Selon lui, cette première phase de sensibilisation est prévue du 1er au 6 février 2019 et se tient dans tous les pays membres de cette communauté. Il a en outre fait savoir que la seconde phase sera organisée en avril de cette année. Selon M. Burikukiye, l’objectif de ce programme est d’informer les citoyens de la Communauté est africaine sur tous les processus d’intégration ; promouvoir les liens de collaboration entre les parlements des Etats membres et autres partenaires et ainsi que d’informer la population de la communauté sur le rôle que doit jouer le parlement régional dans ce processus d’intégration. Il vise aussi de renforcer les relations mutuelles entre l’Eala et les citoyens de la CEA en impliquant beaucoup de partenaires possibles. 

Les groupes cibles à rencontrer sont nombreux 

D’après M. Burikukiye, ces activités de sensibilisation seront faites à travers les présentations et l’interaction entre les partenaires variés, les discours publics et les descentes sur terrain, surtout la visite des frontières et les populations environnantes, visite de courtoisie aux leaders et aux partenaires clés. Selon lui, les groupes cibles à rencontrer pendant cette phase de sensibilisation sont surtout les Institutions universitaires, les médias, le secteur privé, la société  civile, les organisations des jeunes et des femmes, les représentants des élus locaux, les parlementaires et autres partenaires. Ces activités de sensibilisation vont permettre aux participants d’être informés sur les processus d’intégration dans la Communauté est-africaine ainsi que de comprendre le rôle que joue l’Eala dans cette noble mission. 

Le Burundi n’a jamais refusé de donner sa contribution 

Répondant aux questions des journalistes à propos de la dette de contribution que le Burundi doit à la Communauté est-africaine, les membres de ce groupe se sont réjouis du fait qu’avec le peu de moyens dont le Burundi dispose, ce dernier s’en acquitte au fur et à mesure. Selon eux, le gouvernement du Burundi n’a jamais refusé de donner sa contribution ; le seul problème qui s’est posé est qu’il y a eu un décalage au niveau du vote du budget annuel de la CEA et celui du Burundi. La CEA  vote son budget au mois de juin alors que le Burundi vote son budget au mois de janvier. Ce qui a fait que le Burundi se retrouve face au cumul des arriérés. « Donc, il n’y a pas de torchon qui brûle. D’ailleurs, sauf l’Ouganda, les autres pays ne se sont pas encore acquittés de leur dette à cent pour cent ». 

Le Burundi sera prêt

Les journalistes ont cherché à savoir si le Burundi se prépare pour l’Union monétaire de la Communauté dont la mise en application est prévue en 2024. Les membres de ce groupe parlementaire ont indiqué qu’à voir l’état d’avancement des préparatifs, le Burundi sera prêt à ce rendez-vous. Selon eux, il aura réuni le nécessaire. « Le Burundi a demandé l’intégration à cette Communauté parce qu’il a constaté que c’était nécessaire. C’est pourquoi il se prépare bien et il n’y pas de doute qu’en 2024 il sera prêt ».  Selon eux, pas mal d’activités préalables sont déjà faites et d’autres sont en cours de réalisation.A propos des opportunités pour les Burundais d’avoir du travail au sein de la Communauté est-africaine, les parlementaires burundais à l’Eala ont encouragé les Burundais à postuler chaque fois qu’il y a un communiqué de vacance de poste parce que ce sont les ressortissants burundais et rwandais qui sont les plus privilégiés ces derniers temps. 

Astère Nduwamungu

Ouvrir