Publications de Presse Burundaise, Rohero I Avenue de la JRR N°17 Immeuble le SAVONNIER, Téléphone standard : (257) 22 22 62 32, Fax :(257) 22 22 58 94, email: pressequotidienne@yahoo.fr

Ombudsman> Point de presse du mercredi 9 janvier 2019

« Le dossier de fourniture des arbres fruitiers touche presque à sa fin »

 

DSC 0012En présence des parties prenantes au dossier «Fourniture des arbres  fruitiers de 2011 », l’Ombudsman burundais, Edouard Nduwimana, a animé, le mercredi 9 janvier 2019, un point de presse au cours duquel il a annoncé l’état d’avancement de ce dossier. Selon lui, c’est un dossier qui date de longtemps et qui nécessite d’être clôturé. Il leur a rassuré que dès que le montant qui reste à payer est disponible au niveau du ministère des finances, il sera vite débloqué afin de vider la question.  

 

D’après  Edouard Nduwimana, l’institution de l’Ombudsman  qu’il dirige s’est  saisie du dossier sur la  fourniture des arbres   fruitiers  depuis 2013.  Les fournisseurs  demandaient  à  l’Etat une  somme  de 5 061 807 900  FBu et grâce à cette Institution, un montant de      793 178 700 FBu est déjà payé à quelques fournisseurs, les uns en totalité et d’autres partiellement. Selon lui, après différentes réunions, des séances de médiation et entretiens menés par son institution avec les parties prenantes, notamment la Deuxième vice-présidence de la République ; le ministère de l’Environnement, de l’agriculture et de l’élevage ; le ministère des Finances, du budget et de la coopération au développement économique et les représentants des fournisseurs, il a été constaté qu’il y a eu des irrégularités dans la fourniture des ces arbres car il s’est avéré qu’il y a des fournisseurs qui ont donné ces arbres fruitiers en l’absence de bons de commande. Comme  cette  erreur  a été commise  par les  deux  côtés, c'est-à-dire  du côté  du gouvernement  et des fournisseurs, la médiation a proposé de diviser le montant réclamé par les fournisseurs en deux et les deux parties ont accepté cette proposition. Pour le moment, l’Etat  doit  payer  la  moitié  de cette somme déduit de l’argent  déjà payé par l’Etat. C'est-à-dire  un montant de 1 737 730 250 FBu. L’Ombudsman a remis ce dossier au ministère de l’Environnement, de l’agriculture et de l’élevage afin d’entrer en contact avec le ministère en charge des finances pour parler des modalités de décaissement de cette somme. Il a ainsi promis à ces fournisseurs qu’il va les aider à poursuivre ce dossier et leur a rassuré que dès que cette somme sera disponible, elle sera directement débloqué.

Astère Nduwamungu

Ouvrir