Publications de Presse Burundaise, Rohero I Avenue de la JRR N°17 Immeuble le SAVONNIER, Téléphone standard : (257) 22 22 62 32, Fax :(257) 22 22 58 94, email: pressequotidienne@yahoo.fr

Communauté est-africaine> Visite du Président de l’Assemblée nationale du Kenya au Burundi

Pour ouvrir solennellement les jeux interparlementaires

 

Le président de l’Assemblée nationale, Pascal Nyabenda, a accueilli le soir du vendredi 30 novembre 2018, son homologue Kenyan, Justin Muturi à l’aéroport international de Bujumbura. L’objectif principal de cette visite était de rehausser de sa présence les cérémonies  d’ouverture des jeux de l’Assemblée législative de l’Afrique de l’est (EALA), programmés du 1er  au 10 décembre 2018 et de renforcer l’amitié entre ces deux pays.

 

Dans son discours, le président de l’Assemblée nationale du Burundi a d’abord remercié le visiteur pour avoir répondu à l’invitation et lui a souhaité le bienvenue. Il a signalé l’arrivée d’autres  hautes autorités, comme l’épouse de l’ancien président de la Tanzanie Mulisho Jakaya Kikwete et le Deuxième vice-président de l’Assemblé nationale de la Tanzanie. Il a remercié les pays qui ont envoyé leurs joueurs pour participer à ces jeux. «Quand nous nous sommes rencontrés dans une réunion à Djouba, nous nous sommes entretenu et il m’a promis de venir au Burundi », a dit Pascal Nyabenda. Il a appelé toute la population de Bujumbura et de l’intérieur du pays à venir assister de leurs propres yeux à ces jeux organisés par le parlement du Burundi. Les jeux prévus sont, entre autres,  le football, le netball, le volley-ball. Il y a aussi les autres jeux qui sont très intéressants comme le golf qui sera joué par les députés. Quant au président de l’Assemblée nationale du Kenya, il a remercié le Burundi d’avoir accepté d’accueillir ces jeux. Il a ajouté que ces jeux rassemblent les députés et les sénateurs des  pays de la Communauté de l’Afrique de l’Est. M. Muturi ne doute pas que sa visite vient renforcer la coopération entre ces deux nations et cela existait déjà.  

Olivier Nishirimbere

Ouvrir