Publications de Presse Burundaise, Rohero I Avenue de la JRR N°17 Immeuble le SAVONNIER, Téléphone standard : (257) 22 22 62 32, Fax :(257) 22 22 58 94, email: pressequotidienne@yahoo.fr

Editorial > Médias : S’imposer par l’action, le patriotisme, le respect de la loi, de l’éthique et de la déontologie

Nul doute que la société burundaise est en train de traverser un des moments les plus décisifs qu’elle ait connus depuis l’indépendance. Nous en ressentons un sentiment d’espoir. Espoir de voir les Burundaises et les Burundais s’imprégner progressivement des valeurs citoyennes qui leur ont fait tant défaut dans un passé lointain et proche, grâce aux séances de moralisation régulièrement organisées et présidées par le chef de l’Etat Pierre Nkurunziza, à travers tout le pays, et dont la dernière en date était destinée aux professionnels des médias et aux porte-parole des différentes institutions étatiques. C’était tout récemment, au chef-lieu de la province de Muramvya, à l’ouest du pays, où le président de la République a appelé les journalistes à être des avant-gardes de la sauvegarde des intérêts patriotiques. Il est à rappeler que cette rencontre en était à sa troisième édition.Nul doute que la société burundaise est en train de traverser un des moments les plus décisifs qu’elle ait connus depuis l’indépendance. Nous en ressentons un sentiment d’espoir. Espoir de voir les Burundaises et les Burundais s’imprégner progressivement des valeurs citoyennes qui leur ont fait tant défaut dans un passé lointain et proche, grâce aux séances de moralisation régulièrement organisées et présidées par le chef de l’Etat Pierre Nkurunziza, à travers tout le pays, et dont la dernière en date était destinée aux professionnels des médias et aux porte-parole des différentes institutions étatiques. C’était tout récemment, au chef-lieu de la province de Muramvya, à l’ouest du pays, où le président de la République a appelé les journalistes à être des avant-gardes de la sauvegarde des intérêts patriotiques. Il est à rappeler que cette rencontre en était à sa troisième édition.Peu avant l’activité présidentielle en question, le ministre de la Communication et des médias, Frédéric Nahimana avait présidé une séance de travail à l’intention des professionnels des médias, pour examiner ensemble la façon d’inscrire positivement l’action des médias dans le champ informatif national à l’heure actuelle, c’est-à-dire à l’heure où le monde fait face aux changements générés par les nouvelles technologies de l’information et de la communication. Même si, selon le rapport du Conseil national de la communication, les efforts fournis par les médias ont été remarquables, il ne faut pas en rester là, le monde de l’information et de la communication étant en perpétuelle mutation. Il ne faut pas en rester là, une information objective au service de l’intérêt national devant toujours être le souci majeur des journalistes, peu importe leurs penchants idéologiques. C’est dans ce sens qu’il faut comprendre les propos du président de la République, Pierre Nkurunziza appelant les utilisateurs des médias à être des avant-gardes des intérêts patriotiques.Comme c’est dit en tête de l’éditorial, s’imposer par l’action, le patriotisme, le respect de la loi, de l’éthique et de la déontologie ne peut que s’inscrire dans la logique des conseils que le chef de l’Etat a toujours donnés aux médias et à leurs utilisateurs lors de ses séances de moralisation de la société burundaise. La notion de service public serait battue en brèche si les conseils donnés d’abord par le ministre de la Communication et des médias, puis par le président de la République n’étaient pas tenus en considération par les journalistes. Il ne pourrait en être autrement si, pour exercer son métier, le journaliste était réfractaire à la loi et à la morale et ne mettait pas en avant l’intérêt suprême du pays.Aux journalistes comme à tous les Burundais, le président de la République demande de s’imprégner davantage des valeurs citoyennes au premier plan desquelles figure le patriotisme sans lequel nos intérêts patriotiques ne seraient pas sauvegardés.

Louis KAMWENUBUSA

Ouvrir