Publications de Presse Burundaise, Rohero I Avenue de la JRR N°17 Immeuble le SAVONNIER, Téléphone standard : (257) 22 22 62 32, Fax :(257) 22 22 58 94, email: pressequotidienne@yahoo.fr

FONCTION PUBLIQUE> Les travailleurs face à la connaissance de la loi

Bien comprendre la loi avant de signer un contrat

 

DSC04330 1Chaque personne débutant son travail dans une ou l’autre entreprise doit tenir compte des lois et régulations qui le régiront tout au long de son séjour dans cette entreprise. Pour cela, les gens devraient être  au courant de là où commencent et se terminent leurs droits et devoirs. Quand on ne connaît pas les lois qui nous régissent, parfois on les viole ou on  se retrouve biaisé sans le savoir. Cela ressort des propos tenus par le ministre de la Fonction publique, du travail et de l’emploi, Felix Mpozeriniga, répondant aux questions des journalistes. 

 

En ce qui concerne les contrats, le ministre conseille qu’avant de signer n’importe quel document, le demandeur doit d’abord bien lire les lois et régulations de l’entreprise qu’il va servir. Le grand problème qui se pose souvent au Burundi est que la plupart de ceux qui entament de nouveaux emplois ne se donnent pas la peine de prendre le temps de lire les contrats qu’ils vont signer, lesquels ils doivent respecter tout au long de leur carrière professionnelle. Si on n’en connaît pas le contenu, cela peut causer des problèmes et des conflits qu’il aurait fallu éviter bien avant.Selon la description des contrats, qu’ils soient à durée déterminée, indéterminée ou des journaliers, chacun d’eux a ses propres spécificités et le travail est organisé selon le genre de convention entre le travailleur et l’employé. Si un employeur veut engager, c’est son plein droit selon ses exigences, pourvu qu’il se confère aux lois régissant les travailleurs et l’emploi au Burundi. C’est donc à l’employé de se conformer à ces exigences selon le contrat signé. S’il arrive qu’on demande un emploi avec émotions      soi-disant que l’on avait le plus besoin de travail et que, par conséquent, on ignore le contenu de ce que l’on signe, le ministre est clair sur ce point : « Regarde bien et lis bien. Si tu signes ce qui ne convient pas et que par après tu le constates, c’est de ta faute et non celle de l’employeur. » Ainsi, le demandeur d’emploi a le droit de refuser de signer un document si cela peut lui causer  préjudices. Par contre, le ministre encourage le dialogue entre employés et employeurs pour améliorer leurs relations et aider au développement de l’entreprise et contribuer à l’épanouissement des travailleurs.
Blandine Niyongere

Ouvrir