Publications de Presse Burundaise, Rohero I Avenue de la JRR N°17 Immeuble le SAVONNIER, Téléphone standard : (257) 22 22 62 32, Fax :(257) 22 22 58 94, email: pressequotidienne@yahoo.fr

Justice > Cérémonies marquant la rentrée judiciaire, exercice 2018-2019

Sous le thème : « Une justice saine, pilier de développement »

00aazA la fin de chaque année judiciaire, les juridictions observent une période consacrée aux vacances judiciaires du 1er août au 1er  septembre. Les cérémonies marquant la rentrée judiciaire, exercice 2018-2019,  ont été rehaussées par la présence du président de la république du Burundi, Pierre Nkurunziza, au Palais des congrès de Kigobe. Il a félicité  l’appareil judiciaire pour le travail qu’il a accompli au cours de l’année judiciaire écoulée. 


Dans son discours, la ministre de la Justice, de la protection civique et garde des sceaux, Aimée Laurentine Kanyana, a remercié le chef de l’Etat pour avoir honoré ces cérémonies d’ouverture de l’année judiciaire 2018-2019. « C’est un témoignage éloquent de l’importance qu’il réserve, dans ses préoccupations, à la justice et au peuple burundais qui l’a élevé à la magistrature suprême ». Parlant des réalisations au cours de l’année écoulée, la ministre Kanyana a indiqué que les réalisations en matière de programmation et de suivi des activités, allant toujours dans le sens de l’amélioration de la performance  et de la professionnalisation, ont non seulement vu le jour mais elles se sont naturellement installées dans les pratiques et habitudes quotidiennes de l’appareil judiciaire. Elle a informé qu’au regard du plan d’action annuelle, les objectifs qu’ils se sont fixés ont été atteints et que les résultats sont satisfaisants. 

Beaucoup d’engagements pour cette année 

Parlant des objectifs pour cette année 2018-2019, la ministre Kanyana a indiqué qu’ils se sont engagés à poursuivre le travail de traduction des lois et règlements en Kirundi ; sensibiliser et prévoir un cadre obligeant que les actes essentiels, notamment ceux relatifs au contrats entre les institutions bancaires et autres avec la population, soient rédigés en langue nationale ; promouvoir le dialogue avec les investisseurs afin d’identifier les difficultés liées à la justice qu’ils rencontrent sur terrain et les solutions qui s’imposent ; renforcer la justice de proximité à travers la mise en place des juridictions en tenant compte des difficultés que rencontre la population,  notamment, dans le contentieux relatif au commerce, au travail, aux assurances, aux personnes et à la famille ; poursuivre la lutte contre la corruption, les détournements des fonds publics  et  la  malversation ; renforcer les capacités du personnel magistrat et non magistrat, etc. 

Respecter toujours la loi et la déontologie du métier 

Tout en félicitant l’appareil judiciaire pour ses réalisations au cours de l’année écoulée, le chef de l’Etat a invité les magistrats à retrousser les manches et  travailler dans le respect de la loi et de la déontologie de leur métier ; à travailler avec dévouement et impartialité dans le but d’augmenter les résultats. Il les a également invités à éviter toute sorte de corruption et d’autres comportements qui déshonorent l’ordre judiciaire et qui souillent l’image du pays.  Il a déploré le fait qu’il y a des magistrats qui s’adonnent à la corruption et à un comportement de  nature à retarder les dossiers. Il a demandé à leurs supérieurs de suivre de près cette démarche et de punir ces magistrats s’il le faut. Il n’a pas manqué d’inviter les magistrats et les non-magistrats à être exemplaires dans leur voisinage et de respecter toujours, en tout et partout, la loi, la culture burundaise, en les  invitant à rester vigilants et à éviter tout ce qui viendrait ternir l’image du pays et surtout qui viendrait détruire l’ordre judiciaire. Les cérémonies ont été clôturées par la remise de certificats à ceux qui se sont distingués dans leurs prestations. 

Astere Nduwamungu

Ouvrir