Publications de Presse Burundaise, Rohero I Avenue de la JRR N°17 Immeuble le SAVONNIER, Téléphone standard : (257) 22 22 62 32, Fax :(257) 22 22 58 94, email: pressequotidienne@yahoo.fr

Editorial>Emissions publiques : Un indice probant d’une démocratie qui avance

Les porte-parole des différentes institutions étatiques au premier plan desquels figuraient Jean Claude Karerwa Ndenzako, porte-parole du président de la République Pierre Nkurunziza et Prosper Ntahorwamiye, porte-parole et secrétaire général du gouvernement ont animé, en direct, vendredi dernier, depuis le chef-lieu de la province de Ruyigi, à l’Est du Burundi, une émission publique à l’intention des journalistes et de la population. Comme il est de tradition, c’est le porte-parole du président de la République qui a pris le premier la parole, porteur d’un message du chef de l’Etat en direction de la population burundaise, un message de paix et de salutations pour tous les Burundais appartenant à un même pays, le Burundi qu’ils doivent aimer et servir loyalement. Pendant quatre heures, de 9 heures à 12 heures, les porte-parole ont apporté des clarifications aux questions diverses ordre posées en toute transparence par les journalistes d’abord, puis par la population.Initiées par le président de la République lui-même, les émissions publiques sont devenues, au fil du temps, un véritable cadre démocratique où la liberté d’expression, traditionnellement considérée comme l’apanage des pays occidentaux dits civilisés, est entièrement exercée par la population, dans le langage direct qui lui est devenu coutumier.

Des questions d’ordre politique, économique, social et culturel, sont librement et sereinement posées aux porte-parole à la hauteur de leurs tâches. Il est heureux que le président de la République ait permis à la population de s’exprimer en toute liberté, sur toutes les questions essentielles de l’heure, montrant ainsi à la face du monde que le temps des bouches cousues est révolu. Les émissions publiques sont des espaces démocratiques offrant à la population de précieuses occasions de chercher des réponses aux questions essentielles de l’heure dans le cadre d’un débat médiatique librement exprimé.Dans le débat démocratique qui est aujourd’hui le nôtre, les émissions publiques sont devenues incontournables car répondant aux justes attentes de la population désireuse de participer au renforcement des principes démocratiques tels que voulus par elle-même. C’est une vérité encore contemporaine que la liberté d’expression n’existe dans nul système politique anti-démocratique. Ce système nie les principes de liberté et de démocratie. Son argument est simpliste : le peuple n’est pas assez mûr pour la démocratie. Ou encore que trop de liberté menace l’unité nationale. Or l’unité nationale n’est nulle part ailleurs plus menacée que sous les régimes totalitaires. Elle est au contraire préservée lorsque s’établit un consensus national librement exprimé dont les émissions publiques constituent la véritable pierre angulaire.Dialoguer avec la population par des contacts permanents entre administratifs et administrés, mais aussi par médias interposés, comme c’est le cas pour les émissions publiques, signifie respecter les principes démocratiques sans lesquels toute société humaine serait vouée à l’échec. En initiant les émissions publiques, le président de la République a pris option pour la construction d’une démocratie participative à partir de la base.                               

Louis Kamwenubusa

Ouvrir