Publications de Presse Burundaise, Rohero I Avenue de la JRR N°17 Immeuble le SAVONNIER, Téléphone standard : (257) 22 22 62 32, Fax :(257) 22 22 58 94, email: pressequotidienne@yahoo.fr

ONPGH> Rapport de la Commission d’enquête sur les droits de l’Homme au Burundi

« Il renferme des mensonges grossiers »

IMG 76L’Observatoire national pour la prévention et l’éradication du génocide, des crimes de guerre et des autres crimes contre l’humanité (ONPGH) condamne les propos de la Commission d’enquête sur les droits de l’Homme au Burundi dans son rapport du 5 septembre 2018. Cela a été dit par le président de l’ONPGH, Jean de Dieu Mutabazi, lors du point de presse qu’il a animé le mardi 11 septembre 2018.


Jean de Dieu Mutabazi a indiqué que la Commission d’enquête sur le Burundi a sorti un rapport orienté politiquement avec pour objectif le renversement des institutions élues, exactement comme en avril-mai 2015. Ceci ressort de la stigmatisation des hautes personnalités de l’Etat burundais qui sont pointés du doigt, notamment le chef de l’Etat et son entourage direct.Selon, l’ONPGH, le rapport de Doudou Diène, président de ladite Commission,renferme des mensonges grossiers, avec des affirmations gratuites sur les discours du chef de l’Etat burundais. L’Observatoire national met la Commission d’enquête au défi de donner les preuves de haine qui seraient contenus dans les différents discours du chef de l’Etat. Partout, le président de la République exprime toujours des propos d’unité et de réconciliation, que ce soit dans ses discours politiques, dans les séances de moralisation ou dans les croisades de prière.


Le rapport plus politique que professionnel

L’ONPGH trouve que le rapport est mensonger et est plus politique que professionnel. Il s’applique à ternir systématiquement l’image du Burundi. La Commission d’enquête ne cite aucun élément positif, alors que le Conseil de sécurité des Nations-unies vient récemment de se féliciter de la bonne situation actuelle du pays, sur tous les plans, notamment en matière de sécurité et des droits de l’Homme. La Commission démontre ainsi sa volonté de nuire et sa malhonnêteté intellectuelle.

L’ONPGH exige à M. Diène de retirer ses propos diffamatoires

L’Observatoire national exige à M. Diène de retirer ses propos diffamatoires à l’endroit des autorités burundaises élues, car cela revient à injurier le peuple burundais qui a exercé son droit de souveraineté en les élisant. Il demande à Doudou Diène de publier instamment la liste des victimes et des présumés auteurs de toutes les prétendues violations des droits de l’Homme au Burundi (exécutions sommaires, disparitions, tortures, violences sexuelles et autres), pour que les enquêtes soient diligentées et que les coupables soient punis.*L’Observatoire national voudrait dénoncer les manœuvres de diabolisation de la jeunesse Imbonerakure du parti CNDD-FDD car ceci revient à diaboliser tout un parti et même tout un système, avec pour objectif de le renverser pour instaurer un ordre nouveau à l’image de ce qui s’est passé au Rwanda en 1994.L’Observatoire national trouve également que le mandat de la Commission d’enquête est nul en ce sens qu’il y a eu deux résolutions contradictoires, et qu’en plus, le processus a péché par manque de concertation. Il demande au Conseil des droits de l’Homme de l’Organisation des Nations-unies (Onu) de mettre fin à tout mécanisme spécial ou exceptionnel sur le Burundi en commençant par mettre fin au mandat illégal de la Commission d’enquête.L’Observatoire national juge qu’aussi longtemps que les membres de la Commission d’enquête n’auront pas fourni des supports (audio, vidéo et autres) ou des éléments probants pouvant permettre à l’Observatoire national d’exploiter ce rapport, il continuera à considérer que ce même rapport n’est qu’un pur procès d’intention.

Eric Mbazumutima

Ouvrir