Publications de Presse Burundaise, Rohero I Avenue de la JRR N°17 Immeuble le SAVONNIER, Téléphone standard : (257) 22 22 62 32, Fax :(257) 22 22 58 94, email: pressequotidienne@yahoo.fr

RENTREE SCOLAIRE 2018-2019> Dans la municipalité de Bujumbura

Les élèves et les enseignants ont répondu massivement au rendez-vous

11acbacbacbLa rentrée scolaire 2018-2019 a débuté le 10 septembre 2018 au niveau national. Dans la municipalité de Bujumbura, la rédaction du journal « Le Renouveau » a visité le lycée Notre Dame de Rohero et l’écofo Stella Matutina le lundi 10 septembre 2018 pour en faire le constat. Les élèves et les enseignants ont répondu massivement au rendez-vous.


Au passage de la rédaction du journal Le Renouveau au lycée Notre Dame de Rohero, Le directeur de ladite école, Pierre Joseph Nsabimana, a informé qu’il a accueilli les élèves après le  salut au drapeau. « Nous avons essayé de leur parler des principes qui doivent les guider au cours de l’année scolaire. C’est, notamment, la ponctualité, le respect mutuel, la régularité dans la révision des matières », a ajouté M. Nsabimana.Le directeur a indiqué que les élèves et les enseignants ont répondu massivement au rendez-vous et que les cours avaient déjà débuté. Mais, a-t-il dit, il y en a qui ne sont pas venus. Ces absences se remarquent dans certaines classes.Il a ajouté que les livres qui sont disponibilisés par le ministère en charge de l’éducation se trouvent dans la bibliothèque. Mais, d’après M. Nsabimana, les classes de 3e post-fondamentale n’ont pas jusqu’alors de livres tels que les guides de l’enseignant et les manuels scolaires.

Le souhait du directeur du lycée Notre Dame de Rohero est que le ministère de tutelle les achemine à temps pour qu’il n’y ait pas de retards dans l’avancement des programmes. M. Nsabimana a souligné que les livres de lecture sont en nombre insuffisant et invite les élèves à y remédier en visitant les bibliothèques environnantes. Au niveau du laboratoire, a-t-il fait savoir, il n’a pas tellement de matériel, car les produits sont déjà périmés. M. Nsabimana demande au ministère de tutelle d’accorder à ladite école les produits de laboratoire, car au niveau pratique, les élèves ont aussi besoin d’apprendre.Quant au personnel, le directeur du lycée Notre Dame de Rohero a signalé qu’il y a un professeur qui a été redéployé alors qu’il totalisait 16 heures et jusqu’à maintenant, il n’a pas encore été remplacé. « C’est un problème sérieux, nous essayons de nous rabattre sur le vacatariat. D’autres problèmes ne manquent pas, mais nous allons essayer de les résoudre petit à petit », a précisé le directeur du lycée Notre Dame de Rohero.


A l’écofo Stella Matima, un besoin de remplacer des enseignants bientôt à la retraite

A notre passage à l’Ecofo, la rédaction du journal Le Renouveau a constaté que les élèves des trois premiers cycles du fondamental étaient accompagnés par leurs parents pour voir s’ils sont du groupe de l’avant-midi ou de l’après-midi. Un souhait d’un des parents qui a deux enfants, un de la 4e année et l’autre de la 1ère année, est que ses enfants soient placés dans un  même groupe pour que l’aîné puisse garder son petit frère.Selon Marie Claire Inamahoro, directrice de l’école fondamentale Stella Matutina, la rentrée scolaire a bien débuté à cet établissement. Les élèves et les enseignants ont répondu massivement au rendez-vous. Les enseignants sont au complet. Cependant, comme il y en a qui vont partir à la retraite, l’école a besoin d’autres enseignants qui vont les remplacer. « Les parents veulent changer de groupe pour leurs enfants,  mais ce n’est pas possible car nous ne pouvons pas satisfaire les besoins de tous », a fait savoir Mme Inamahoro. Pour ce qui est des enfants qui ne se sont pas vus sur les listes, Mme Inamahoro a  invité les parents à s’adresser aux enseignants qui sont dans ces classes pour qu’ils puissent les aider, arguant que certains d’entre eux ne savent pas lire.

Ezéchiel Misigaro

Sonia Busogoro (Stagiaire)

Ouvrir