Publications de Presse Burundaise, Rohero I Avenue de la JRR N°17 Immeuble le SAVONNIER, Téléphone standard : (257) 22 22 62 32, Fax :(257) 22 22 58 94, email: pressequotidienne@yahoo.fr

FCSA> Septième conférence ministérielle

Examiner et adopter le projet du programme  du sommet, un des points à l’ordre du jour

DSC0157La septième conférence ministérielle du Forum sur la coopération sino-africaine (FCSA) s’est tenue le dimanche 2 septembre 2018, à Pékin en République populaire de Chine. Plusieurs points ont été examinés et adoptés dont celui du projet du programme  du sommet de 2018. 

 

Dans son allocution de bienvenue, le conseiller  d’État  et ministre des Affaires étrangères de Chine, Wang Yi, a indiqué que la conférence va examiner la mise en œuvre du suivi du sommet de Johannesburg du FCSA de 2015, examiner et adopter le projet du programme  du sommet de Pékin de 2018 et l’examen et l’adoption  des projets de la déclaration du sommet. Il a rappelé que le sommet va se tenir sous le thème «Construire une communauté de destin Chine-Afrique encore plus solide». D’après Wang, quarante-neuf ministres des Affaires étrangères, trente-sept ministres ayant l’économie dans leurs attributions venus d’Afrique et une vingtaine d’organisations  ont participé à cette conférence tenue un jour avant celui du sommet des chefs d’État et de gouvernement.Dans une interview qu’il a accordée au quotidien le Renouveau, le ministre des Affaires étrangères de la république du Burundi, ambassadeur Ezéchiel Nibigira, participant à ladite conférence qui a continué en huit clos, a indiqué que l’Afrique a de bonnes attentes aux résultats du sommet. «Vis-à-vis des expériences vécues depuis le  début des relations gagnant-gagnant entre la Chine et les pays africains, tant de projets ont été réalisés en Afrique à savoir les infrastructures, les chemins de fer, et d’autres soutiens », a-t-il mentionné. Selon lui, le bénéfice du sommet du  FCSA est le développement économique intégral des pays africains.

Pas du colonialisme africain

Le diplomate a indiqué que le dernier sommet de 2015 a été bénéfique pour le Burundi. D’après lui, plusieurs appuis multiples chinois ont été accordés au Burundais. Tant de routes, d’hôpitaux, d’écoles, etc, ont été érigés. De plus, a continué l’ambassadeur, la Chine a aidé le Burundi à ériger l’infrastructure qui va abriter la présidence  de la république du Burundi. Il a dit que ce don est à la deuxième phase. A propos de la particularité des relations bilatérales entre le Burundi et la Chine, le ministre Nibigira a affirmé que le Burundi et la Chine mènent des relations bilatérales excellentes. Il a precisé que les relations caractérisant les deux pays sont basées sur le principe du respect mutuel tout en reconnaissant la souveraineté  de chaque pays. « Nos relations sont aussi basées sur le principe du gagnant-gagnant. Elles ne permettent pas à la Chine d’exploiter le Burundi et vice-versa », a-t-il ajouté.A ceux qui disent que la Chine veut recoloniser l’Afrique, il a indiqué que ce genre d’individus ne savent pas ce que la Chine est en train d’y faire. «Non seulement le Burundi, tous les autres pays africains se réjouissent des relations qui les caractérisent avec la Chine. Ce n’est pas une colonisation, plutôt ce sont des relations basées sur les principes de respect mutuel », a-t-il conclu.
Vincent Mbonihankuye ( à Pékin)

Ouvrir