Publications de Presse Burundaise, Rohero I Avenue de la JRR N°17 Immeuble le SAVONNIER, Téléphone standard : (257) 22 22 62 32, Fax :(257) 22 22 58 94, email: pressequotidienne@yahoo.fr

Chine-Afrique> L’entrepreneur chinois veut accélérer sa collaboration avec l’Afrique

DSC02403La Chambre de commerce et de l’industrie de la République populaire de Chine a annoncé qu’elle compte accélérer sa collaboration avec les entrepreneurs africains. La coopération va se lancer dans plusieurs domaines, à savoir principalement l’industrialisation, l’insfrastructure, etc, a declaré vendredi le 31 août 2018 le directeur de cette institution dans une conférence de presse en marge du 7e Forum de coopération Afrique-Chine (Focac) qui va se tenir incessamment. 

 

Dans une conférence de presse animée par le Directeur de la Chambre de commerce et d’industrie de la Chine, Jiang Zengwei, il a indiqué que la Chine a la volonté d’améliorer l’entrepreneuriat avec les pays africains.« La collaboration va se concentrer sur les différents secteurs tels l’indistrialisation, les infrastructure, l’agro-alimentaire, le commerce électronique, etc. La coopération sino-africaine dans ces domaines est très importante, étant donné que l’objectif principal de l’Afrique est de se voir développer, a-t-il indiqué, trois jours avant le sommet du Focac 2018.Selon lui, l’indistrialisation est un pilier de développement à l’heure actuelle. C’est pour cette raison que le forum qui va se tenir incessamment va également se concentrer sur l’industrialisation afin de réaliser réellement la vision de l’Afrique. De plus, a-t-il poursuivi, la sixième conférence va aussi discuter sur ce secteur.

Respect de la loi environnementale

A la question socio-environnementale qui  était posée parfois par l’installation des entreprises chinoises en Afrique, ce responsable a dit que cette question est déjà maîtrisée. « Quand nous constatons une telle entreprise, nous l’appelons pour la ramener à notre principe du respect de la loi environnementale.Concernant les conflits qui surgissaient entre les entreprises installées ou voulant s’installer et la population environnante, le Directeur de la Chambre de commerce et d’industrie, a mentionné que ce genre de conflits n’existent plus. Pour résoudre ce problème, a-t-il expliqué, la plupart de ces entreprises sont au plus haut niveau dirigées pour le moment par des Africains locaux compétents.  Les Chinois n’occupent le poste de haut niveau que lorsqu’on remarque l’absence d’un local africain talenté.  En effet, il devient facile à comprendre l’avantage d’une telle ou telle autre entreprise pour la population au moment où celle-ci est  dirigée par un Africain. Le responsable a dit que l’entrepreneur chinois va continuer dans ce sens jusqu’à un niveau appréciable. Etait également présents dans la dite conférence de presse, le directeur général adjoint du département de l'Information du ministère des Affaires étrangères, Li Minggang, le directeur général du département des Relations internationales de  la Chambre de commerce et d’industrie, Mme Li Qingshuang
Vincent Mbonihankuye (à Pekin)

Ouvrir