Publications de Presse Burundaise, Rohero I Avenue de la JRR N°17 Immeuble le SAVONNIER, Téléphone standard : (257) 22 22 62 32, Fax :(257) 22 22 58 94, email: pressequotidienne@yahoo.fr

CHINE>Découverte d’un peuple plein d’hospitalité

Les villes de Shanghai et Liupanshui

 

DSC0133Au cours du mois de juillet, moi et les collègues journalistes africains basés en Chine avons eu l’occasion de bénéficier de deux visites de travail. L’une à destination de Shanghai du 16 au 21 et l’autre du 24 au 29 juillet 2018 en province de Guizhou en ville de Liupanshui au sud-ouest de la Chine. Les deux voyages sont respectivement organisés  par le Centre de presse Chine-Afrique dans le cadre de nous faire connaître la vraie image de la Chine et conjointement par le gouvernement municipal de Liupanshui et le Quotidien du peuple en ligne dans le cadre de la tournée « Ceinture et la route  Liupanshui 2018 ».

 

C’est vrai, en général, la population chinoise est un peuple chaleureux et plein d’hospitalité. Mais, dans ces deux provinces, à savoir la ville de Shanghai et celle de Liupanshui les choses vont à un autre niveau. Certains visiteurs et touristes arrivent à croire qu’ils se trouvent dans leurs villes d’origine. En effet, une fois arrivés par exemple à Shanghai, tout change. La langue n’est plus un problème. La conversation peut être menée avec n’importe qui. Les gens de Shanghai sont ouverts à plusieurs langues à savoir principalement l’anglais. On dirait qu’on est à New York aux Etats -Unis d’Amérique étant donné que l’urbanisation et la construction de ces deux villes sont presque les mêmes. A part l’anglais, le français et l’espagnol, sans oublier bien sûr le chinois, sont également parlés dans ladite ville. Grâce à ceux-ci, l’accès à n’importe quelle information est facile.« Depuis mon arrivée en Chine, moi et mes amis journalistes africains avons déjà visité six provinces à savoir Hainan, Hubei, Guangdong, Shanghai et Guizhou, en ville de Liupanshui. Parmi toutes ces provinces et villes, le peuple de Guizhou spécialement de la ville de Liupanshui, m’a beaucoup impréssioné», a signalé un journaliste de la Télevision publique de l’Angola, Manuel Henriques Joao, à la rédaction du quotidien Le Renouveau au cours de la tournée de Liupanshui. Voici  quelque chose qui nous a intéressés dans la cité de Langdai  en zone spéciale de Liushu à Liupanshui. C’est un endroit habité par la minorité mioa. Bien que cette dernière ne se mélange pas avec d’autres ethnies, elle reste grandement ouverte aux visiteurs. Pour rendre heureux les visiteurs étrangers, les dames de cette zone proposent quelque chose à boire. Le vin de bonheur. Certains d’entre nous n’ont pas caché leur satisfaction. « N’importe où je me trouve, je ne vois que des bonnes images  des dames en train de chanter différentes chansons d’accueil accompagnées par des danses en tenues chinoises, avant  de proposer quelque chose à boire et à manger, a indiqué un autre journaliste de la Sierra Leone, Joseph Margai. Au moment où ces dames et filles dansent, les hommes jouent à une musique très intéressante. Et, tout cela, pour le compte du visiteur.Chaque peuple de Liupanshui a l’ambition de discuter avec l’étranger visiteur. Il veut savoir le nom, le pays d’origne, l’appréciation du visiteur vis-à-vis de la ville, etc. Le peuple de ville des montagnes est gentil jusqu’à proposer au visiteur de lui apprendre le chinois. « Veux-tu connaître la langue chinoise ? C’est une langue importante à l’heure actuelle des choses. Certains disent qu’elle est difficile, mais notre langue est facile si tu y mets des efforts », m’a demandé Hu Ting, une étudiante de l’universté Minzu de Guiyang. Le comportement du peuple de Liupanshui vis-à-vis des visiteurs est également l’un des facteurs qui multiplient du jour au jour le nombre de touristes.
 Vincent Mbonihankuye à Pékin

Ouvrir