Publications de Presse Burundaise, Rohero I Avenue de la JRR N°17 Immeuble le SAVONNIER, Téléphone standard : (257) 22 22 62 32, Fax :(257) 22 22 58 94, email: pressequotidienne@yahoo.fr

POLITIQUE> Visite du secrétaire général de l’Union interparlementaire au Burundi

Son constat est que le Burundi est un pays paisible

 

DSC 0152 1Le secrétaire général de l’Union interparlementaire, Martin Chungong a visité le Burundi et a tenu un point de presse le jeudi 2 Août 2018. Son constat après avoir parcouru 400 km au Burundi est que le Burundi est un pays paisible. En plus, il est satisfait de l’esprit de dialogue qui anime les politiciens burundais. Il a recommandé que les élections de 2020 reflètent la volonté du peuple d’autant plus que le chef de l’Etat a apaisé  les politiciens par son retrait de sa candidature dans lesdites élections. 

 

Avant de rencontrer le président de l’Assemblée nationale, Martin Chungong a d’abord rencontré les partenaires politiques vivant au Burundi et à l’extérieur. Le principal objet de sa visite était d’évaluer la situation qui prévaut au Burundi afin d’envisager des actions à entreprendre en tant qu’institution d’envergure mondiale. Pour lui, le Burundi est calme. Il n’y a pas de signe d’insécurité ni d’alerte car il n’a constaté aucune présence flagrante  de militaires dans la rue. La population vaque tranquillement à ses activités. Cela est un constat fait après avoir parcouru 400km au Burundi. Ce qui lui plaît encore plus est que tous les acteurs politiques burundais sont ouverts à l’esprit de dialogue. Il a trouvé que finalement les problèmes du Burundi incombent aux Burundais eux-mêmes d’abord, la communauté internationale ne faisant qu’accompagner le processus. Toute la classe politique se prépare pour les élections de 2020. Cela ayant été initié par le chef de l’Etat qui a annoncé qu’il ne se fera pas représenter comme candidat en 2020. Cela apporte un climat d’apaisement pour les uns puisque sa candidature en 2015 a été un objet de controverse. 

Qu’en est-il des sanctions contre le Burundi ?

A la question de savoir le fondement des sanctions contre le Burundi aujourd’hui, les journalistes ont été rassurés. Le secrétaire général dit qu’il ne prônera pas des sanctions contre le Burundi. Selon lui, le Burundi devrait être responsable de ses actes. A ce sujet, il a affirmé qu’il va sensibiliser les concernés notamment le Parlement européen qui va à  son tour  prendre des dispositions qui s’imposent. Le constat est clair: le Burundi est déjà sorti de la crise, dit M. Chungong.
Blandine Niyongere
 :

Ouvrir