Publications de Presse Burundaise, Rohero I Avenue de la JRR N°17 Immeuble le SAVONNIER, Téléphone standard : (257) 22 22 62 32, Fax :(257) 22 22 58 94, email: pressequotidienne@yahoo.fr

PROVINCE DE NGOZI > Réunion d’évaluation de la situation sécuritaire par le chef de l’Etat burundais

Une note de 96,5% a été donnée aux responsables de la quadrilogie pour le maintien de la paix et de la sécurité

 

DSC02533 1Le président de la république du Burundi, Pierre Nkurunziza, a tenu le mardi 31 juillet 2018, au chef lieu de la province de Ngozi, une réunion d’évaluation sécuritaire avec tous les responsables de l’administration, de la sécurité ainsi que les représentants des corps de défense et de sécurité. C’était dans l’objectif d’évaluer la situation sécuritaire sur tout le territoire national. Une note de 96,5%  a été donnée aux responsables de la quadrilogie pour le maintien de la paix et de la sécurité. 

 

Après cette réunion qui s’est tenue à huis clos, Jean Claude Karerwa, porte-parole du président de la République a indiqué que cette même réunion fait  suite à une autre   réunion du genre qui s’est  tenue le 30 avril de cette année, dans la province de Gitega. M. Karerwa a ajouté  que le chef de l’Etat burundais a constaté au cours de cette réunion qu’il y’ a des avancées significatives en matière  de renforcement de la paix et de la sécurité au niveau de toute l’étendue du territoire national.  Même s’il y’a certains défis qui se remarquent ici et là. M. Karerwa  a affirmé que  le président de la République  se réjouit  d’une volonté de détermination qui se manifeste directement de la part  des populations et ses responsables à endiguer ce genre de défis. « Et il a beaucoup félicité  tous les responsables ayant participé dans cette réunion, tout en leur donnant une note de 96,5%  qui vient pour renforcer l’idée que la paix et la sécurité sont une réalité au niveau de tout le pays », a signalé    M. Karerwa. 

« Il n’y a aucune tension  politique entre le Burundi et le Rwanda »

Le porte-parole du chef de l’Etat burundais a ensuite fait savoir que cette réunion a été également une bonne occasion pour les conférenciers de discuter, d’échanger et  de faire certains constats de la sécurité sur la frontière entre le Burundi et le Rwanda, où beaucoup de rumeurs disent   qu’il y aurait des tensions entre ces deux pays. « Mais, le chef de l’Etat a profité de cette occasion pour tranquilliser toute la population burundaise que même si le Rwanda  a dernièrement refoulé  certains  Burundais qui ont vécu longtemps dans ce pays, il n’y a pas de tension entre  ces pays », a précisé M. Karerwa.  Ce dernier  a en plus informé que le chef de l’Etat burundais a mentionné que comme ces Burundais ont été refoulés en violation fragrante des droits internationaux,  le gouvernement du Burundi est prêt à intenter  une action  devant les juridictions internationales. Et cela surtout que tout le monde sait qu’il y’a des Rwandais qui ont vécu au Burundi pendant plus de quarante ans, et quand ils sont  retournés dans leurs pays d’origine, leurs biens ont été bien protégés et personne n’a été maltraité. Alors, le chef de l’Etat burundais a précisé que le Rwanda devrait réciproquer  le même bon voisinage  que le Burundi  a manifesté à l’endroit des Rwandais.  M. Karewa  a aussi informé que le chef de l’Etat  a invité à tous les Burundais à éviter tout acte qui pourrait compromettre  la paix et la sécurité, car  la paix du Burundi est liée à la paix des autres pays, parce qu’on ne peut pas jouir  de la paix quand certains voisins n’en jouissent pas.

« Encadrer les populations à privilégier seules les fêtes traditionnelles »

Pour clôturer la réunion, M. Karerwa a également signalé que le chef de l’Etat burundais a prodigué des  conseils à ces responsables qui sont chargés  de la paix et de la sécurité au premier plan.  Il  s’agit entre autres de continuer à fournir tous les efforts  pour que la paix et la sécurité puissent être renforcées davantage au niveau de tout le territoire national, d’encadrer les populations pour éviter des fêtes comme la célébration de baptême, d’anniversaire et autres,  afin de privilégier  seulement les fêtes traditionnelles comme le mariage, le levée  de deuil, etc. quant aux questions de la solidarité locale,  le porte-parole a rappelé que le chef de l’Etat burundais  invite tous les  Burundais  à manifester la solidarité envers   les personnes les plus démunies et les plus âgées  afin que le vocabulaire d’enfant de la rue soit banni dans notre pays.
Avit Ndayiragije

Ouvrir