Publications de Presse Burundaise, Rohero I Avenue de la JRR N°17 Immeuble le SAVONNIER, Téléphone standard : (257) 22 22 62 32, Fax :(257) 22 22 58 94, email: pressequotidienne@yahoo.fr

PRESIDENCE DE LA REPUBLIQUE> Audience accordée à la délégation du secrétariat général de la CEEAC

Elle a rendu compte au chef de l’Etat des projets en cours de réalisation

 

DSCO prsdtLe président de la république du Burundi, Pierre Nkurunziza, a reçu en audience, le vendredi 8 juin 2018, une délégation du secrétariat de la Communauté économique des Etats d’Afrique centrale (CEEAC). Ils ont échangé sur les réalisations en cours au niveau de la Communauté. 

 

Conduite par le secrétaire général de la CEEAC, Tabou Abdallah Manirakiza, la délégation effectue une mission circulaire qui commence au Burundi mais qui va continuer dans d’autres Etats membres de la CEEAC.Ladite délégation était venue rendre compte au chef de l’Etat des différents projets qui sont en train d’être réalisés actuellement au niveau de la Communauté.  M. Manirakiza a rappelé qu’au mois de juillet 2017, la CEEAC a adopté à Bujumbura un programme d’action prioritaire qui découle d’un Plan stratégique à court et à moyen termes de la Communauté. Dans ce programme prioritaire, un certain nombre de projets y sont inscrtits, notamment, un grand projet qui consiste à relier les capitales des pays membres de la CEEAC par les routes bitumées «Aujourd’hui, nous sommes en train de réaliser la route qui va relier Kisangani et Bujumbura et qui aura une bretelle qui va aller jusqu’à Kampala dans le but de créer un pont entre la Communauté est-africaine (CEA) et la CEEAC», a précisé M. Manirakiza. Il a également fait savoir qu’un mémorandum d’entente  a dernièrement été signé à Libreville au Gabon, entre les deux Communautés, afin de jeter les jalons de  ce pont qui va relier ces Communautés. «Nous voulons dans l’immédiat commencer à mobiliser les fonds pour la construction de cette route ». Le secrétaire général adjoint de la CEEAC a précisé que le projet est à l’étape de sensibilisation des Etats membres de la Communauté sur la nécessité de mobiliser les fonds qui seront en grande partie issus des partenaires techniques et financiers, mais qui nécessite une contrepartie de la part des pays bénéficiaires. Et de mentionner que les fonds pour l’étude de ce projet sont déjà disponibles. Dans ce sens, des échanges ont été effectuées avec le ministere des Relations extérieurs et celle des Finances, qui sont les partenaires dans ce projet. 
Eric Mbazumutima
 

Ouvrir