Publications de Presse Burundaise, Rohero I Avenue de la JRR N°17 Immeuble le SAVONNIER, Téléphone standard : (257) 22 22 62 32, Fax :(257) 22 22 58 94, email: pressequotidienne@yahoo.fr

SENAT DU BURUNDi> Ouverture de la session de juin 2018

Onze projets de lois seront analysés au cours de cette deuxième session

 

DSC 0522Le lundi 4 juin 2018, le Sénat du Burundi a procédé à l’ouverture de la session parlementaire de juin. Au cours de cette session, onze projets de lois seront analysés dont celui portant ratification par la république du Burundi de l’Accord sur l’établissement de la Force en attente d’Afrique orientale. 

 

Dans son discours d’ouverture de la session, la Première vice-présidente du Sénat, Spès Caritas Njebarikanuye, a d’abord rappelé qu’au cours de la période de vacances, les sénateurs ont réalisé beaucoup d’activités. C’est le cas, notamment, de la sensibilisation de la population pour le référendum constitutionnel, qui a eu lieu, dans une tranquillité sans faille, en date du 17 mai 2018. Pour Mme Njebarikanuye, la nouvelle Constitution trouve ses profondes origines dans les souhaits émis par les Burundais lors des dialogues orchestrés par la CNDI et vient renforcer la paix et la réconciliation des Burundais car elle reste assise sur l’Accord d’Arusha pour la paix et la réconciliation au Burundi. A travers elle, dit-elle, nous avons montré notre grande volonté de respecter les conventions de la CAE et celle de défendre l’intégrité et l’indépendance politique et économique du Burundi. 

Les sénateurs ont réalisé beaucoup d’activités

Comme elle a continué de le dire, les sénateurs ont réalisé beaucoup d’activités dans ce mois de mai. Ils ont, notamment  renforcé les relations entre le Sénat du Burundi et d’autres sénats, ils ont envoyé une délégation  pour représenter le Parlement burundais au Parlement panafricain.Mme Njebarikanuye a ajouté que les sénateurs se sont joints à la population de leurs circonscriptions dans les travaux de développement communautaires. Et d’ajouter que lors des visites qu’ils ont effectués dans quelques communes, ils ont remarqué que l’environnement est menacé, d’où le Sénat lance un appel vibrant au gouvernement de tout faire pour que, à partir de ce mois de juin, l’on commence à mettre en place des pépinières des plantules qui seront disponibles juste au retour des pluies. Il appelle aussi la population à végétaliser les terrains en pente forte et le long des rivières, sans oublier de tracer des haies anti-érosives.

Pour une bonne gouvernance

Pour une bonne action gouvernementale, Mme Njebarikanuye a précisé que le Sénat va, notamment, suivre de près la mise en application de toutes les lois adoptées et toutes les décisions prises lors des questions orales adressées aux différents ministres qu’il a invités. Elle aussi fait savoir que, très prochainement, un représentant du gouvernement viendra mettre au clair la mise en application de la loi N°1/01 du 23 janvier 2017, relative aux relations entre le gouvernement burundais et les ONGs, surtout en son article 18 qui dit que ces dernières  doivent respecter les quotas ethniques lors de l’octroi des emplois. Elle n’a pas manqué de dire que le Sénat va demander au gouvernement de prendre des mesures restrictives à l’endroit de tous ceux qui ont construit illégalement dans des endroits inconstructibles et surtout sur les rives du lac Tanganyika, le long des rivières et tout autre endroit, rendant l’environnement menacé. 

Différents projets à analyser

Au cours de cette deuxième session, onze projets de lois ont été envoyés par le gouvernement au Sénat. C’est entre autres, le projet de loi portant Ratification par la république du Burundi de l’Accord sur l’établissement de la Force en attente d’Afrique orientale, celui portant Ratification par la république du Burundi du Protocole de la CAE sur la paix et la sécurité, le projet de loi portant création, délimitation de la commune Buhayira et délimitation de la commune Murwi en province de Cibitoke, etc.
JEAN BOSCO NKUNZIMANA

Ouvrir