Publications de Presse Burundaise, Rohero I Avenue de la JRR N°17 Immeuble le SAVONNIER, Téléphone standard : (257) 22 22 62 32, Fax :(257) 22 22 58 94, email: pressequotidienne@yahoo.fr

ASSEMBLEE NATIONALE>Ouverture solennelle de la session ordinaire de juin 2018

Le Parlement burundais va basculer de l’actuelle Constitution à la nouvelle Constitution, une fois promulguée

 

DSC02325Les activités de la session parlementaire ordinaire de juin 2018 ont été ouvertes le lundi 4 juin 2018. Au cours de cette dernière, l’Assemblée nationale se retrouvera dans l’obligation de se conformer à la nouvelle Constitution votée par voie référendaire le 17 mai 2018. Deux grandes activités vont être réalisées après la promulgation de cette loi fondamentale. Il s’agira de l’adoption de son règlement intérieur via la Cour constitutionnelle et l’analyse et l’adoption des amendements de la loi budgétaire 2018 pour l’adapter à la nouvelle Constitution conformément aux traités des pays de la Communauté d’Afrique de l’Est. 

 

 

Dans son discours de circonstance, le président de l’Assemblée nationale Pascal Nyabenda a rappelé que l’ouverture de cette session a lieu après que le peuple burundais ait adopté par voie référendaire la nouvelle Constitution de la République du Burundi. Et de dire que dans son article 179, la nouvelle Constitution dispose que « l’Assemblée nationale se réunit chaque année en trois sessions ordinaires de trois mois chacune. La 1ère session débute le premier jour ouvrable du mois d’août, la 2e, le premier jour ouvrable du mois de décembre et la 3e le premier jour ouvrable du mois d’avril », a-t-il cité. L’Assemblée nationale se trouverait dans l’obligation de se conformer à cette disposition de la nouvelle Constitution. Après la promulgation de cette loi fondamentale par le chef de l’Etat au cours de ce mois de juin 2018, le Parlement burundais va continuer à travailler parce qu’il va basculer de l’ancienne Constitution à la nouvelle Constitution jusqu’à la fin de ce mois, conformément à l’article 179.Et M. Nyabenda d’ajouter que ces quelques jours du mois de juin, après la promulgation vont permettre aux députés de réaliser deux grandes activités. Entre autres, l’adoption du règlement intérieur et l’analyse et l’adoption de la loi budgétaire pour l’adapter aux traités des pays de la Communauté de l’Afrique de l’Est, conformément à la nouvelle Constitution. Toujours, d’après l’article 179 de cette loi fondamentale, le mois de juillet sera encore une fois un mois de vacances parlementaires, a laissé entendre Pascal Nyabenda. «Toutefois, le président de la République gardera la latitude de pouvoir convoquer une  session extraordinaire parce qu’il y a pas mal de lois qui nécessitent leur adaptation à la nouvelle Constitution de façon urgente », a renchéri le président de l’Assemblée nationale.Comme les autres Burundais, les députés ont été présents au rendez-vous historique du 17 mai 2018, jour du référendum sur la révision de la Constitution de 2005. D’après Pascal Nyabenda, l’Assemblée nationale félicite le gouvernement pour avoir organisé ce référendum avec succès. Ses sincères remerciements sont également adressés au peuple burundais qui, une fois de plus, a démontré sa maturité politique en participant massivement à ce référendum. Un référendum pacifique, libre, ouvert, transparent et caractérisé, pour la première fois dans l’histoire du pays par une entière appropriation nationale.

Une session après une réussite diplomatique par l’Assemblée nationale

Le président de l’Assemblée nationale a indiqué que sur le plan de la diplomatie parlementaire, cette institution a envoyé des délégations dans les activités organisées à l’extérieur du pays. Le Parlement burundais a également organisé avec succès la 72e session du comité exécutif de l’Union parlementaire africaine tenue à Bujumbura du 22 au 23 mai 2018 où vingt-six pays africains étaient représentés. A cet effet, M. Nyabenda a signifié que l’Assemblée nationale apprécie très hautement l’appel lancé à l’Union européenne par les délégations parlementaires. Pour que les sanctions financières prises contre le Burundi soient levées et que l’Union européenne procède à la normalisation de ses relations avec le Burundi.Pendant cette session qui connaîtra le basculement de l’ancienne Constitution à la nouvelle par l’Assemblée nationale, il était prévu dix projets de lois à analyser et à adopter par les députés. Le président de l’Assemblée nationale a condamné les récentes tueries des civils innocents de la colline Ruhagarika, commune Buganda de la province de Cibitoke. Il a pour cela demandé à la justice de faire en sorte que les auteurs de cet acte ignoble soient traduits devant les juridictions pour y répondre de leurs actes.

AMEDEE HABIMANA

Ouvrir