Publications de Presse Burundaise, Rohero I Avenue de la JRR N°17 Immeuble le SAVONNIER, Téléphone standard : (257) 22 22 62 32, Fax :(257) 22 22 58 94, email: pressequotidienne@yahoo.fr

Editorial> Le nouveau coronavirus : L’ambassadeur Li Changlin tranquillise

Débutons le présent éditorial portant sur le nouveau coronavirus par cette question : qui, mieux que Li Changlin, le premier responsable de la diplomatie chinoise au Burundi peut rassurer l’opinion publique burundaise sur l’évolution de la situation concernant l’épidémie ? Personne, nous disons bien personne, l’ambassadeur de la République populaire de Chine au Burundi Li Changlin étant le mieux indiqué pour dissiper les craintes  des uns et des autres, en donnant des informations crédibles sur la prévention et le contrôle de l’épidémie. C’est ce que le diplomate chinois Li Changlin a fait, le jeudi 6 février 2020, dans un entretien qu’il a accordé au journal Le Renouveau du Burundi. Dans l’entretien en question, il est heureux d’y lire qu’il n’y a pas lieu de paniquer, toutes les mesures nécessaires ayant été prises permettant d’affirmer que l’on va assister à la chute de l’épidémie dans un bref délai. Il ne peut en être autrement car c’est tout le peuple chinois qui est mobilisé, derrière le président chinois Xi Jinping qui s’implique personnellement dans la lutte contre cette épidémie, et le Premier ministre Li Kequiang qui a été désigné en qualité de chef de coordination nationale des opérations de prévention et de contrôle de l’épidémie. Il est également heureux, en lisant cet entretien, d’apprendre que 8 000 médecins chinois ont été déployés sur l’épicentre de l’épidémie. Parmi ces 8 000 médecins, figurent ceux ayant lutté avec succès contre le SRAS en 2003, et d’autres contre l’Ebola en 2014 dans une partie de l’Afrique de l’Ouest.

L’ambassadeur de la République populaire de Chine au Burundi a donc eu toutes les meilleures raisons de tranquilliser l’opinion publique, le nouveau coronavirus étant condamné à sa perte, le peuple chinois, du sommet à la base et de la base au sommet, l’ayant ainsi décidé à travers une mobilisation sans  précédent. C’est pourquoi il n’y a même pas lieu de s’inquiéter quant à l’état des relations d’amitié et de coopération entre la Chine nouvelle et le reste du monde, la victoire contre l’épidémie étant assurée, les technologies de pointe ayant réussi une grande percée dans la lutte contre ce fléau d’une manière plus scientifique. Dans sa lutte victorieuse, la République populaire de Chine utilisera la même rapidité qu’elle a utilisée en détectant et en isolant le nouveau coronavirus qui, dans un bref délai, ne sera qu’un triste souvenir.Dans notre précédent éditorial, vous parlant de la même épidémie, nous avons affirmé que le nouveau coronavirus n’affectera en rien les bonnes relations d’amitié et de coopération entre la République populaire de Chine et le Burundi, datant de longtemps. Les propos de l’ambassadeur Li Changlin sont donc venus nous rassurer, de même qu’ils ont rassuré toute l’opinion publique burundaise. Fondées sur des bases solides, les relations sino-burundaises ne changeront pas d’un iota, les peuples chinois et burundais le voulant ainsi. Il sied de rappeler que lors de la célébration du 55e anniversaire de l’établissement des relations diplomatiques entre la République populaire de Chine et le Burundi, l’ambassadeur  Li Changlin a, à cette heureuse occasion, déclaré que les relations sino-burundaises iront toujours de l’avant et que la République populaire de Chine demeurera un ami privilégié du Burundi.L’entretien accordé au journal Le Renouveau du Burundi par l’ambassadeur Li Changlin est fort rassurant et fort encourageant, car nous annonçant de bonnes nouvelles concernant la riposte en train d’être menée contre le nouveau coronavirus, sur toute l’étendue du territoire national chinois. Les mesures salutaires prises par les autorités chinoises et tout le peuple chinois forcent le respect et méritent tout notre soutien.

Louis Kamwenubusa

 

PROVINCE DE MWARO> Célébration du 29e anniversaire de la Charte de l’unité nationale

Gaston Sindimwo: « Renforcer l’unité pour une cohabitation pacifique et le développement durable du pays »

0000azkpytsyLe Burundi a célébré, le mercredi 5 février 2020, le 29e anniversaire de la Charte de l’unité nationale. Le Premier vice-président de la république du Burundi, Gaston Sindimwo, s’est joint à la population de la province de Mwaro. Il leur a demandé de renforcer l’unité, socle d’une cohabitation pacifique et de développement durable du pays.

Différentes personnalités ont pris part à ces cérémonies : les sénaeurs et députés élus dans la province de Mwaro, le ministre des Finances et parrain de cette province, Domitien Ndihokubwayo, les corps de défénse et de sécurité ainsi que la population de Mwaro dont parmi elle, les élèves. La célébration a commencé par une prière œcuménique au cours de laquelle les serviteurs de Dieu ont rendu grâce à l’Eternel pour le calme et l’unité qui règnent actuellement dans le pays. Ils ont ensuite béni, par le nom de Dieu, tous ceux qui marchent selon cette unité et ont maudit tous ceux-là qui chercheront à la detruire. Ils ont enfin souligné que l’unité est le signe de la lumière divine qui s’est placée au dessus de l’obscurité, dans ce pays. La prière a été suivie par l’hymne national et le dépôt de gerbes de fleurs par le Premier vice-président de la République, le gouverneur de la province de Mwaro qui était accompagné par le parrain de cette province et aussi par l’administateur de la commune Kayokwe.Dans son discours de circonstance, le Premier vice-président de la République, Gaston Sindimwo, est revenu sur l’intégralité du message à la nation du président de la République, Pierre Nkurunziza, à l’occasion de cette journée.

M. Sindimwo a aussi rappelé que dans les années antérieures, le Burundi avait connu des situations tragiques mais il y a de cela 29 ans. Dans leurs diversités, les Burundais vivent aujourd’hui dans la cohésion sociale, l’un des fruits de l’unité. Il a pour cela invité la population de Mwaro de vivre dans l’unité, socle du développement durable. Le Premier vice-président de la République a souligné que le Burundi entre dans la période des eléctions, il a pour cela lancé l’appel à la population, particulièrement celle de Mwaro, de mettre en avant l’unité. Chaque citoyen a, a-t-il ajouté, le devoir d’élire le candidat de son choix et le vainqueur et le perdant restent tous des Burundais, raison pour laquelle avant et après les élections, on doit toujours se serrer la main. L’unité, a dit Sindimwo, est le lien qui va nous faire arriver au développement durable et à la paix. Et si nous la déchirons, il nous sera difficile de les atteindre. Il a enfin demandé à la population de Mwaro de marcher dans l’unité, l’un des pilliers du développement, de traduire cette unité par les actes et non par les paroles et aux responsables de faire cette unité la leur.

L’unité se manifeste dans la création des coopératives et associations

Dans le mot d’accueil, le gouverneur de la province de Mwaro, Jean Marie Nyakarerwa, a indiqué que cette journée est célébrée au moment où la province de Mwaro est calme. La paix et l’unité se manifestent dans la création des coopératives et associations, dans la diversité de la population.Au moment où la Charte de l’unité célèbre son 29e anniversaire, la province de Mwaro, quant à elle, totalise 20 ans pendant lesquels la population a tout fait pour maintenir et consolider la paix et l’unité.Parmi les fruits de l’unité dans cette province de Mwaro, a dit le gouverneur, la population, sans tenir compte de leurs partis politiques, s’est mise ensemble pour créer des coopératives dans le but du développement de leur province et du pays.

L’unité est le don qui nous est venu du ciel

Dans l’entretien que nous avons eu avec quelques parents, la majorité a loué Dieu pour cette unité qui a beaucoup changé les comportements de la population. C’est vraiment un don qui est venu du ciel, ont-ils dit. « Aujourd’hui, il n y a plus de divisions ni de discriminations, nous partageons les mêmes cabarets, les églises et travaillons ensemble dans des coopératives. Quand il y a une fête, nous sommes invités sans tenir compte de nos ethnies ou de nos appartenances politiques. La fête de l’Unité des Burundais a été agrementée par des tambourinaires et des danses traditionnelles. Les cérémonies ont été clôturées par l’hymne de l’Unité nationale.

Kazadi Mwilambwe

 

REGIDESO-ITEC> Signature du contrat de fourniture des outils informatiques du SIG-SIG

Vers l’informatisation de tous les services de la Regideso

0000AAADSDSDFLe mardi 4 février 2020, un contrat de fourniture des outils du système intégré de gestion et système d’informations géographique (SIG-SIG) a été signé entre la Régideso et le fournisseur ITEC. Le directeur général de la Régideso a informé que ce nouveau projet vient comme une réponse aux nombreux défis et servira d’une manière informatique à la bonne gestion de toutes les fonctions  de  la Régideso.  Signalons que ledit  contrat  signé  est  d’un   montant    de 4 941 770 dollars américains.


Dans son allocution, Siméon Habonimana, directeur général de la Régideso,  a fait savoir que ce contrat signé entre la Regideso et le fournisseur ITEC marque un grand tournant dans la révolution  numérique de l’entreprise Regideso. M. Habonimana a indiqué que ce nouveau projet d’informatiser tous les services de la Regideso vient comme une réponse aux multiples défis organisationnels et de gestion auxquels fait face la Regideso. Parmi ces défis, M. Habonimana a  mentionné une performance opérationnelle insatisfaisante, qui se traduit actuellement par des pertes de distribution de plus de 20% pour l’électricité et 40% pour l’eau, une fiabilité des informations financières et comptables qui n’est pas assurée et une défaillance dans la gestion des ressources humaines, l’efficacité commerciale et la gestion financière de l’entreprise.  En plus, il a signalé le déficit de production  d’électricité aux heures de pointe, ce qui a amené la Regideso à signer un contrat d’achat d’énergie à partir d’autres centrales hydroélectriques privées.

« Des mesures prises pour la satisfaction de nos clients »

Dans le but de continuer à répondre à tous ces défis, le directeur général de la Regideso a signalé qu’un plan d’affaire avec l’appui de la Banque mondiale et de l’Union européenne, est en train d’être développé pour  mettre  en place des outils et implémentation des moyens modernes de gestion et de restructuration organisationnelle au sein de l’entreprise. « Par l’acte de signature du présent contrat, nous engageons l’entreprise en la phase déterminante de sa modernisation pour répondre  efficacement  aux besoins de sa clientèle, et aux objectifs du plan national de  développement  du  Burundi 2017-2027 », a précisé M. Habonimana. Ce dernier a également précisé que, dans cette même perspective, un contrat de fourniture de  quatre cents compteurs dits « intelligents » a été signé avec l’entreprise « Inhemeter » pour un montant de 942 573,5 dollars américains. Des compteurs qui serviront à la gestion efficiente de six cents grands clients de la Regideso, en facilitant la communication des informations de comptage, le contrôle de la qualité et la régularité du contrat  de la fourniture du courant et la réduction maximale des erreurs de facturation. 

« La Regideso, vers une entreprise complètement numérisée »

M. Habonimana a rappelé qu’au cours de cette même année, la Regideso a également procédé au lancement officiel du recensement de tous les points de distribution d’eau et d’électricité pour nettoyer le fichier clients afin d’avoir une base de données actualisée. « Toutes ces solutions déjà mises en place vont permettre à la Regideso  d’atteindre une évolution assurée vers une entreprise complètement numérisée, corrigeant au maximum les erreurs de facturation et abandonnant progressivement les supports papiers », a affirmé M. Habonimana.Pour terminer, ce dernier a dit qu’un cabinet est en train d’être recruté par la Regideso dans le but d’assister tout le personnel dans l’implémentation et l’exploitation de ces nouveaux systèmes de gestion pour toutes les fonctions d’appui, d’études et planification ainsi que celle de l’exploitation. 

Avit Ndayiragije

 

STADE URUKUNDO DE NGOZI> Finale de la coupe des vétérans en football

Abawigeze FC a remporté la victoire

000AAZAQZSDWXLa finale de la coupe des vétérans de la province  de  Ngozi  s’est  déroulée  le mardi 4 février 2020 au stade Urukundo de Buye situé  dans la province de Ngozi. La coupe a été remportée par l’équipe Abawigeze FC. Le match a été rehaussé par la présence du président de la République, Pierre Nkurunziza.

Lors de la finale de la coupe des vétérans, l’équipe AS Freedom a croisé le fer avec celle de Abawigeze FC. Les deux équipes se sont séparées sur le score nul d’un but partout (1-1). Des tirs au but ont été exécutés pour départager les deux équipes. Abawigeze FC a alors battu AS Freedom 4 tirs sur 2.Toutes les douze équipes qui ont participé au tournoi ont reçu des prix. La première équipe Abawigeze FC a reçu une coupe et une enveloppe de 700 mille FBu équivalant à une vache tandis qu’AS freedom qui s’est classée deuxième a obtenu une  enveloppe  de 400 mille équivalant à 4 chèvres. La troisième a reçu un montant de 250 mille équivalant à 3 chèvres tandis que la quatrième a obtenu un montant de 200 mille équivalant à 2 chèvres. D’autres équipes qui ont participé ont reçu 7 sacs de riz chacune.Le tournoi qui a commencé le 1er décembre 2019 avait réuni les joueurs des communes de la province de Ngozi âgé de 35 ans et plus. Il avait comme  objectif de célébrer le nouvel An 2020 et de se connaitre entre joueurs. Les organisateurs de ce tournoi ont remercié le chef de l’Etat pour le soutien qu’il a apporté dans l’organisation du tournoi.

Eric Mbazumutima

 

CHARTE DE L’UNITE NATIONALE> Célébration du 29e anniversaire de son adoption

« L’unité est un héritage de nos ancêtres, faisons-la un capital durable et un bouclier du Burundi »

00000azertyrlLe 5 février de chaque année,  le Burundi célèbre l’adoption de la Charte de l’Unité nationale. Elle est célébrée cette année sous le thème : « L’unité est un héritage de nos ancêtres, faisons-la un capital durable et un bouclier du Burundi ». Dans la municipalité de Bujumbura, les cérémonies se sont déroulées au monument de l’Unité nationale sis au mont Vugizo de la commune Mukaza et étaient rehaussées par la présence de l’Ombudsman burundais, Edouard Nduwimana, des parrains de la municipalité de Bujumbura (Isabelle Ndahayo et Jeanne d’Arc Kagayo), du maire de la ville de Bujumbura, Freddy Mbonimpa, du président de la Ceni, Pierre Claver Kazihise, sans oublier les parlementaires, le corps de la magistrature, les administratifs, les plus hauts gradés de l’armée et de la police, etc.

Au monument de l’Unité nationale sis au mont Vugizo, les cérémonies marquant la célébration  du 29e anniversaire de l’adoption de la Charte de l’Unité nationale  ont été agrémentées  par le rythme du tambour et   des danses ainsi que  les chansons convergeant sur  l’importance de l’unité dans le développement du pays. Les cérémonies ont débuté par une prière interconfessionnelle  dite respectivement par l’abbé Félix Fupi, curé de la cathédrale Régina Mundi et vicaire épiscopal du Vicariat de Saint Michel ; le Révérend pasteur Silas Ntukamazina, vice-président du Conseil national des Eglises du Burundi et Sheikh Ramadhan Ndikumana de la Comibu Jabe. Dans leur prière, ils ont tous convergé sur les remerciements envers l’Eternel Dieu qui a fait accéder les Burundais à l’adoption de la Charte de l’Unité nationale pour montrer qu’ils sont tous enfants de Dieu. Ils ont demandé aux Burundais en général et aux habitants de la capitale économique de continuer à manifester l’amour du prochain afin que l’unité se renforce au Burundi. Et ainsi de ne pas reculer du pas franchi en matière de la consolidation de la paix. La prière a été suivie par l’hymne national et le dépôt d’une gerbe de fleurs par l’Ombudsman burundais, Edouard Nduwimana.
Faire l’introspection du pas déjà franchi en matière de consolidation de la paix et de l’unitéDans son allocution, l’Ombudsman burundais, Edouard Nduwimana, a transmis le message du président de la République, Pierre Nkurunziza, à la nation. M. Nduwimana a remercié Dieu qui a gardé les Burundais durant les 29 ans qui viennent de s’écouler depuis l’adoption de la Charte de l’unité nationale par les Burundais le 5 février 1991 et a souhaité la paix et l’unité émanant de l’amour de Dieu. Selon lui, les Burundais se sont convenus de chercher  la paix durable en revenant sur l’héritage de nos ancêtres qui avaient bâti le Burundi sur l’unité. Il a ainsi  demandé  aux Burundais de faire l’introspection du pas déjà franchi en matière de consolidation de la paix et de l’unité et d’éviter toutes formes de divisions. M. Nduwimana  a rappelé le thème pour cette journée qui est « L’unité est un héritage de nos ancêtres, faisons-en, un capital durable et le bouclier du Burundi ». Cette journée constitue également une occasion de rappeler à tout Burundais que sa part dans la consolidation de l’unité est primordiale afin de prévenir les générations futures contre d’éventuelles crises.  Selon M. Nduwimana, les détracteurs ne sont pas fiers des travaux effectués par les Burundais en vue de consolider la paix. Selon M. Ndikumana, il y a eu les héros, dont le prince Louis Rwagasore, Pierre Ngendandumwe, le Roi Charles Ndizeye, Melchior Ndadaye, etc, qui ont lutté pour l’unité ayant été troublé par les colons. Il leur a rappelé de lutter contre tout ce qui pourrait déstabiliser la paix et l’unité. 

Se regrouper en coopératives en vue de se développer

L’Ombudsman burundais a invité les Burundais à se regrouper en coopératives et en associations de développement en vue de s’auto-développer et développer le pays. Il a fait savoir que l’unité n’est ni une chanson, ni un drapeau, ni un monument mais qu’elle se manifeste par un mode de vie caractérisé par la mise en œuvre des perspectives, la cohabitation pacifique ainsi que la liberté de tout citoyen.  M. Nduwimana a lancé un appel à tous les Burundais de construire le pays en mettant en place les institutions par la voie des élections et de consolider la démocratie afin de faire accéder notre pays au développement durable et inclusif.En son nom propre, M. Nduwimana a salué la paix, la sécurité, l’entente et la solidarité qui règnent dans la capitale économique du Burundi, ce qui  caractérise l’unité des Barundi. Il a invité les citadins à changer de comportement en s’attelant aux travaux de développement afin que la capitale économique soit digne de ce nom. Selon M. Nduwimana, l’unité n’est pas possible sans connaître la vérité et sans réconciliation. Il a salué les travaux de la CVR sur le territoire national et a demandé aux citadins de s’impliquer activement pour que ses travaux réussissent. Il a dit que la ville de Bujumbura vient en avant en ce qui concerne l’inscription aux élections de 2020. Il leur a demandé de répondre  massivement aux élections tout en se rappelant qu’elles constituent l’un des piliers de la démocratie, et d’accepter le résultat des urnes en vue de consolider la démocratie.Auparavant, le maire de la ville de Bujumbura, Freddy Mbonimpa, a fait savoir que n’eût été l’unité, les fauteurs des troubles en 2015 n’auraient pas été vite maitrisés. « C’est pourquoi nous célébrons le 29e anniversaire de l’adoption de la Charte de l’Unité nationale quand la paix et l’unité sont abondantes dans la ville de Bujumbura», a dit M. Mbonimpa. Selon lui, l’unité s’est manifestée également par l’esprit de solidarité des citadins qui  l’ont manifesté en venant en aide aux sinistrés des inondations. Il a invité les citadins à se préparer aux élections en toute sérénité tout en restant au travail.Les cérémonies ont été clôturées, main dans la main,  par l’hymne de l’unité nationale.

Ezéchiel Misigaro

 

 

PROVINCE DE MUYINGA> Fête de l’Unité nationale

« L’unité est la pierre angulaire qui caractérisait nos ancêtres »

000aaqzLe 29e anniversaire de la Charte de l’unité nationale a été célébré le mercredi 5 février 2020 sur tout le territoire du Burundi. Au chef-lieu de la province de Muyinga, les cérémonies ont été rehaussées par la présence du président de la République du Burundi, Pierre Nkurunziza. Cette journée a été célébrée sous le thème : « L'unité est un héritage légué par nos ancêtres, faisons-la un capital durable et un bouclier pour le pays ».

Les cérémonies ont débuté par la pose des gerbes de fleurs sur la place de l’Unité par le chef de l’Etat et les représentants du corps diplomatique. Les cérémonies proprement dites ont eu lieu au stade Umuco de Muyinga.Elles ont connu la participation des parlementaires, des membres du gouvernement, des corps de défense et  de sécurité, des représentants du corps diplomatique et consulaire, des représentants des confessions religieuses etc.Dans son message qui était centré sur le thème de la journée, le chef de l’Etat a indiqué que l’unité est une grande richesse qui caractérise le Burundi et d’autres pays. Selon lui, l'unité se matérialisait jadis dans la culture et les mœurs burundaises.

« Cette unité se manifestait notamment à travers les contes, les fables et les proverbes. Pour diviser les Burundais, les détracteurs ont d'abord détruit tous les piliers de l'Unité nationale, ce qui a eut comme conséquence la mauvaise cohabitation qui s'est installée parmi les Burundais », a-t-il souligné. D’après le président Nkurunziza, avant l'arrivée des colonisateurs, les Burundais étaient caractérisés par l’unité. Cette dernière était la pierre angulaire de la cohabitation qui les caractérisait, a-t-il dit.Cependant, plusieurs activités ont été réalisées dans le cadre de la restauration de l'Unité nationale à travers les travaux de développement communautaire qui ont permis la construction d’écoles, d’universités, de dispensaires, d’églises, de terrains de jeu, de maisons pour les vulnérables, etc. Ainsi, grâce à l’unité des Burundais, le déroulement des élections de 2015 du référendum constitutionnel de 2018 ont été satisfaisants.Le chef de l’Etat alors a invité les Burundais à renforcer l’unité léguée par nos ancêtres pour assurer un avenir meilleur du pays.Le gouverneur de la province de Muyinga, Aline Manirabarusha a, auparavant, indiqué que cette province connait la paix et la sécurité, ce qui montre que l’unité est totale. Les habitants de cette province, de toutes catégories confondues, cohabitent pacifiquement.Il convient de signaler que les cérémonies ont été agrémentées par le rythme du tambour, les chants et les danses dont le message principal était centré sur l’Unité nationale.

Eric Mbazumutima

 

Page 1 sur 764

Ouvrir