Publications de Presse Burundaise, Rohero I Avenue de la JRR N°17 Immeuble le SAVONNIER, Téléphone standard : (257) 22 22 62 32, Fax :(257) 22 22 58 94, email: pressequotidienne@yahoo.fr

Economie, Sciences, Education/formation

COMMERCE > Etat des lieux des marchés de Musaga et Kinindo après leur réouverture

Les activités ont repris au marché de Musaga tandis que certains travaux sont encore en cours à Kinindo

IMG 54Les marchés de Musaga et Kinindo ont dernièrement rouvert àpres un certain temps de réhabilitation. Au marché de Musaga, les activités ont repris normalement, tandis que  le marché de Kinindo compte pour le moment peu de commerçants et certains travaux sont toujours en cours d’exécution. 

 

Le marché de Musaga situé en commune Muha a rouvert ses portes le jeudi 28 juin 2018. Les commerçants qui occupaient l’ex-marché provisoire sont installés dans l’ancien marché réhabilité. Tel est le constat du quotidien Le Renouveau, le mercredi 11 juillet 2018.Certains commerçants ont déjà terminé à installer leurs marchandises, d’autres fabriquaient encore les tables servant l’étalage des marchandises. Tous les kiosks sont construits et couverts. Certains d’entre eux sont encore inoccupés. Ainsi, les stands sont répartis dans les hangars.L’hygiène a été renforcée. En témoigne la présence d’eau potable, les caniveaux d’évacuation d’eaux usées, les toilettes pour hommes et pour femmes ainsi que les agents chargés de faire la propreté.Le marché dispose également d’un cachot, d’une infirmerie, d’une salle technique des installations, d’un bureau du commissaire du marché et du guichet de la Banque de gestion et de financement (BGF). 

Les commerçants de Musaga se réjouissent de la réouverture du marché

Les commerçants se réjouissent de leur retour au marché dont ils attendaient impatiemment. Une vendeuse de fruits et légumes, Consolatte Ndayishimiye, affirme que le marché provisoire était devenu impraticable surtout pendant la saison des pluies. Elle poursuit en disant que tous les commerçants ont reçu des places, même ceux qui ne les disposaient pas dans le marché provisoire et ceux qui avaient abandonné le commerce suite aux pertes en ont reçu également. « Je suis heureuse de notre commissaire qui ne ménage aucun effort pour trouver des solutions aux problemes des commerçants », dit-elle.Toutefois, d’autres commerçants se plaignent de la diminution de la surface des stands. «Avant la réhabilitation du marché, j’avais un stand plus grand. Actuellement, je n’ai pas d’espace suffisant  pour les marchandises», déplore un marchand d’habits.

La sécurité a été renforcée, selon le commissaire du marché

Le commissaire du marché de Musaga, Magnus Niyokindi, indique qu’aucun problème ne se fait remarquer. Selon lui, tous les commercants qui avaient des problemes ont été régularisés. Concernat la sécurité du marché, il fait savoir que cette dernière a été renforcée par la mise en place d’une societé de gardiennage. Par ailleurs, les équipements de protection contre l’incendie sont mis en place. Il en est de même pour la propreté. M. Niyokindi précise que le nombre d’agents chargés de la propreté a été augmenté et disposent de matériel suffisant.

Les activités ont repris normalement autour du marché 

Autour du marché, la vie a repris. Les activités génératrices de revenus ont repris normalement. Un taxi-vélo rencontré sur place se réjouit de la réouverture du marché. « Les clients sont actuellement nombreux et les revenus journaliers sont satisfaisants ». Un tel témoignage provient également des boutiquiers,  des soudeurs, des agents chargés de transfert d’argent (Ecocash, Lumicash, Smart pesa), et bien d’autres commercants. 

Les travaux sont toujours en cours au marché de Kinindo

Le marché de Kinindo, situé aussi dans la commune Muha a rouvert ses portes le mercredi 4 juillet 2018. Arrivé à cet androit, on est acceuilli par le bruit de soudure. Les maçons sont à l’œuvre, certains sont en train de construire des kiosques et d’autres en train de mettre de la peinture. Chose à remarquer est que les clients viennent au compte-goutte. Ainsi, un bon nombre de commerçants ne sont pas encore venus. Certains stands sont encore fermés.Un vendeur de fretins a indiqué qu’ils attentent le finissage des travaux. L’on y remarque des articles comme les matelas, les fruits, les légumes, les habits mais en très petite quantité. Malgré cette situation, les commerçants apprécient  la réouverture du marché. Le marché de Kinindo est le deuxième à être ré-ouvert sur un total de 7 marchés réhabilités. Les autorités de la mairie de Bujumbura ont indiqué que la réouverture des autres marchés est fixée pour le mois de juillet.Pour rappel, les marchés ont été réhabilités avec le financement de l’Union européenne. Il s’agit, entre autres, des marchés de Kanyosha, Musaga, Jabe, Kinindo, Ngagara Ruziba et Kinama.
Eric Mbazumutima

 

REGIDESO> Atelier d’échange sur un nouveau partenariat avec ses clients grands consommateurs

Pour redresser la situation de cette entreprise

 

DSC02108 1La Régie de production et de distribution d’eau et d’électricité (Regideso) a organisé,  le mercredi 18 juillet 2018, un atelier d’échange sur un nouveau partenariat  avec ses clients grands consommateurs. Le but visé était de redresser la situation de cette entreprise. 

 

Le directeur général de la Regideso, Siméon Habonimana, a informé que cet atelier permet de  définir ensemble les nouvelles relations commerciales qui doivent caractériser ses partenaires. Il a rappelé que la Regideso fait face à des défis d’investissement, de maintenance de son outil de production, de nouvelles extensions, de charge d’exploitation, etc.M. Habonimana a indiqué que, pour être en mesure de réaliser ses objectifs, la Regideso doit mobiliser les fonds internes provenant des recettes et particulièrement des grands consommateurs grâce au paiement des factures. Le directeur général de la Regideso déplore le comportement de certains consommateurs qui ne s’acquittent pas de leurs obligations contractuelles. Certains partenaires accusent d’énormes arriérés atteignant 50 millions de francs burundais, ce qui bloque la Regideso dans la réalisation de ses objectifs de bien servir ses clients.Le directeur général de la Regideso a profité de cette occasion pour informer les clients que cette entreprise sera obligée de prendre des mesures draconiennes  contre les clients défaillants. Elle va procéder au recouvrement forcé afin de remplir la mission qui lui a été confiée par le gouvernement. Le souhait de M. Habonimana a été que les échanges entre la Regideso et les clients grands consommateurs soient fructueux afin que la situation soit  redressée et que les intérêts des uns et des autres soient sauvegardés. Cela va permettre un nouvel élan entre les deux partenaires qui sont la Regideso et les clients grands consommateurs.M. Habonimana a demandé aux grands consommateurs de liquider les arriérés, de dénoncer les mauvais services et les retards dans les interventions de la maintenance de l’outil de production. Il a  promis que la Regideso est disposée à tout mettre en œuvre pour répondre aux attentes de sa clientèle.
Ezéchiel Misigaro

 

COMMUNE MABAYI> Descente du ministre de l’Hydraulique, de l’énergie et des mines

Pour se rendre compte de l’état d’avancement des travaux

 

DSC00028Le lundi 16 juillet 2018, le ministre de l’Hydraulique, de l’énergie et des mines, Côme Manirakiza, a effectué une descente en commune Mabayi de la province de Cibitoke. C’était pour se rendre compte de l’état d’avancement des travaux. Ces derniers vont bon train mais des grognes des habitants expulsés de leurs propriétés inquiètent. Le ministre les a réconfortés et leur a promis que d’ici peu, leur question trouvera une issue. 

 

Pour la deuxième fois, le ministre de l’Hydraulique, de l’énergie et des mines, Côme Manirakiza, a effectué une descente dans le périmètre aurifère de Mabayi, en province de Cibitoke, exploité par une  société russe, la Tanganyika Gold. Celle-ci est en train d’y construire une usine moderne pour la production de l’or. Après avoir visité différents sites exploités par cette société, le ministre Manirakiza a indiqué à la presse, que sa visité s’inscrivait dans le cadre de constater l’état d’avancement des travaux. « Nous sommes venus ici pour la deuxième fois après le lancement officiel des activités pour nous rendre compte de l’état d’avancement des activités, au niveau des préparatifs, pour commencer l’exploitation proprement dite », a-t-il précisé. Et d’ajouter : «Nous suivons de près les travaux qui sont en train d’être menés et, considérant les rapports qui nous parviennent régulièrement, le calendrier qui nous a été proposé par l’investisseur et la réalité de terrain, nous remarquons qu’il y a une ressemblance ». Le ministre Manirakiza a aussi ajouté que selon le calendrier, les machines qui seront utilisées dans l’entreprise arrivent ce mois d’août et qu’avec le temps des installations, tout sera prêt avec la fin du mois de novembre, pour commencer la production proprement dite avec le mois de décembre.

La question des indemnités fait écho

Dans tous les sites du périmètre aurifère de Mabayi, exploités par la Tanganyika Gold, la population expropriée se lamente comme quoi leurs indemnisations tardent. Pour le ministre Manirakiza, dans ce genre de travaux, il y a toujours des défis.  Certes, il y a ceux qui ont été indemnisés. Il y a même des maisons qui leur ont été construites et certaines familles les habitent déjà. Mais nous avons appris qu’il y en a d’autres qui attendent toujours leurs indemnités. Nous avons échangé avec toutes les parties prenantes et nous nous sommes convenus qu’avant la fin de ce mois de juillet, tout le monde et surtout ceux ayant des dossiers déjà avancés, pourront être indemnisés », a fait entendre le ministre Côme Manirakiza.
Jean Bosco Nkunzimana

 

AGENCE DE PROMOTION DES INVESTISSEMENTS> Café de presse sur les réalisations semestriels

Huit cent-cinqante-sept emplois ont été créés sur quatre cent-soixante-six emplois prévus

mAu cours des six derniers mois, l’Agence de promotion des investissements (Api) a connu une amélioration au niveau de la promotion des investissements, la création d’emplois, la promotion des exportations et le climat des affaires. Cela a été dit par le directeur de l’Api, Léonard Sentore, lors d’un café de presse organisé le mardi 17 juillet 2018. 

 

Léonard Sentore a fait le point sur les réalisations de l’Api au premier semestre 2018 et les appuis multiformes envers les investisseurs qui ont choisi d’investir au Burundi.Concernant la création d’emplois, M. Sentore a fait savoir que 857 emplois ont été créés sur les 466 emplois prévus, soit un taux de réalisation de 184%. Parmi ces emplois réellement créés, 705 sont déclarés à l’Institut national de sécurité sociale (INSS) (soit 80%) et 280 payent l’impôt sur les salaires (IPR) (soit 32,78%).Dans le domaine de la promotion des exportations, l’Api a sensibilisé et informé les exportateurs à l’usage et au respect des règlementations et lois régissant le commerce en général et l’exportation en particulier. L’Api met également en place ou renforce  également les infrastructures de soutien.Avec l’introduction du certificat temporaire de conformité, l’Api effectue des visites sur terrain visant à vérifier si les entreprises ont respecté leurs engagements. Parmi les projets en phase d’exploitation ayant demandé le certificat de conformité, 16 projets  ont déjà investi plus de 41 milliards FBu par rapport au montant prévisionnel de près de 60 milliards FBu, soit un taux de réalisation de 70,25%.Au niveau des réformes pour l’amélioration du climat des affaires, il y a eu des lois permettant la facilitation pour le transfert de propriété, l’amélioration de l’accès au crédit, la réduction des frais d’immatriculation et la promulgation de la loi sur l’insolvabilité du commerçant au BurundiEn ce qui concerne la promotion des investissements, l’Api a aidé la consultance des investisseurs, à identifier, à s’entretenir et à choisir quelques PMEs opérant dans le secteur de l’agri business. Dans le même secteur, elle a organisé pour la première édition le Salon industriel qui a vu la participation des industriels locaux et de la Communauté de l’Afrique de l’Est. Sur le plan de la formation des jeunes, l’Api a organisé la 4e édition de formation en techniques de rédaction d’un plan d’affaires bancable à l’endroit de 20 jeunes entrepreneurs potentiels afin de les préparer à devenir des investisseurs avisés et prospères. 
Eric Mbazumutima

 
Ouvrir