Publications de Presse Burundaise, Rohero I Avenue de la JRR N°17 Immeuble le SAVONNIER, Téléphone standard : (257) 22 22 62 32, Fax :(257) 22 22 58 94, email: pressequotidienne@yahoo.fr

Economie, Sciences, Education/formation

MEDIAS> Les stages à l’étranger pour les journalistes

Sortir est un atout pour devenir plus professionnel

 

Effectuer des stages de professionnalisation à l’étranger est un avantage pour les journalistes burundais en particulier et les journalistes Africains en général. Un séjour de dix mois  en Chine pour des journalistes, Vincent Mbonihankuye et Blandine Niyongere, ont été une preuve que l’ouverture au monde et l’échange d’expériences sont des gains pour un journaliste qui sort pour trouver mieux ailleurs. M. Mbonihankuye nous en dit plus. 

 

Ce sont des journalistes des Publications de presse burundaise mais aussi des Burundais qui ont eu l’opportunité de pouvoir représenter leur pays pendant une période de dix mois en Chine dans un stage dans le cadre de la coopération entre la Chine et l’Afrique organisé par le centre de presse Chine-Afrique. A la question de savoir ce qu’il aurait gagné de plus en effectuant ce stage,  Vincent Mbonihankuye nous indique qu’à part qu’on fait connaissance avec d’autres journalistes venus des quatre coins du monde et qu’on append d’eux, il y a aussi  une ouverture d’esprit qui se fait. Le monde est un village à plusieurs angles que l’on ne découvre que lorsqu’on l’explore. Il devient donc important pour le journaliste de faire ses papiers en étendant ses connaissances et en explorant des vérités qui pourraient être  cachées par certains medias étrangers, a-t-il dit. Le monde des medias évolue aujourd’hui avec les nouvelles Technologies de l’information. Les journalistes venant de divers milieux se côtoient, échangent des expériences et apprennent entre eux à se familiariser avec ces technologies et à se perfectionner dans le métier. Ce qui n’est possible que si  le journaliste entre en contact avec les autres.Notre interlocuteur ajoute que la maison qui envoie ses journalistes ne fait qu’allonger  la liste de ses professionnels expérimentés dans le métier. Cela est un avantage pour toute la maison qui fait travailler des professionnels qui ont pu se spécialiser dans le domaine, que ce soit au pays ou à l’étranger. La qualité du travail devient indiscutable, sans oublier que les autres aussi peuvent bénéficier de ses connaissances à partir du partage d’expériences. Toutefois, il  recommande que ce genre de stages soit étendu sur grand nombre de journalistes, que ceux qui reviennent trouvent un terrain favorable pour pratiquer ce qu’ils ont appris et que les fruits de leur travail soient visibles sur terrain au delà des certificats.

Blandine Niyongere

 

ALPHABETISATION DES ADULTES> Témoignage sur son importance

Elle permet l’amélioration des conditions de vie

 

L’alphabétisation permet  l’acquisition des connaissances et des compétences de base de lecture et d’écriture. Elle permet aux bénéficiaires d’améliorer leurs conditions de vie, la réduction de la pauvreté et à la gestion de l’économie familiale. Sans alphabétisation véritable et efficace, il ne peut pas y avoir de développement.                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                         
L’alphabétisation c’est apprendre à lire, à écrire et à calculer. Elle s’adresse à toute personne adulte, sans distinction de race, de sexe, de religion et d’appartenance sociale, ne sachant pas lire et écrire. L’alphabétisation permet donc l’acquisition des connaissances et des compétences de base de lecture et d’écriture. Dans un témoignage que B. N, qui a bénéficié de ce programme d’alphabétisation, a accordé dernièrement au quotidien d’informations Le Renouveau,  elle indique que l’alphabétisation permet l’amélioration des conditions de vie. Et de faire remarquer qu’elle permet ainsi l’amélioration de la santé infantile et familiale.                                                                                                                                                                                                                                                                  Elle contribue également à la réduction de la pauvreté au sein de la famille. « Après mon alphabétisation, sachant  lire, écrire et utiliser également une balance commerciale, je fais le commerce de denrées alimentaires, ce qui me permet de subvenir aux besoins de la famille. « Grâce à l’alphabétisation, la gestion de l’économie de ma famille s’est ainsi améliorée », affirme Mme B.N. et de faire savoir qu’elle a recouvré le respect de tout le monde et même de son mari. Mme B.N a terminé en insistant qu’un alphabète bénéficie donc de plus de considération de la part de sa famille, ses amis et de son entourage. Il  ne peut pas non plus discriminer ses enfants en matière de scolarisation et devient un exemple à suivre dans la société.

Emélyne Iradukunda

 

ALPHABETISATION>Avis de certaines femmes du quartier Mutakura sur l’importance de l’alphabétisation des adultes

Elle a permis un développement dans certains métiers

 

L’alphabétisation des adultes est un acte à saluer. L’existence de ce secteur a permis un élan chez pas mal de femmes commerçantes qui, auparavant ignoraient la conservation de l’argent ou mentionner les noms de ceux à qui elles ont donné des dettes. Certaines femmes du quartier Mutakura ont parlé de l’importance de l’alphabétisation des adultes. 

 

Espérance Minani, l’une des femmes commerçantes qui ont bénéficié de l’alphabétisation par l’Association des femmes burundaises pour la solidarité et le progrès se trouvant au quartier Cibitoke nous raconte le pas qu’elle a franchi après l’alphabétisation.« Je vends des chaussures au marché de Kinama. Lorsque je donnais une dette à l’un ou l’une de mes clients, il m’arrivait souvent d’oublier cette dette. Si le client n’était pas honnête, il restait avec mon argent parce que je ne m’en souvenais plus. Quand cela se faisait d’une façon répétitive, je vendais en perdant », a-t-elle raconté. Aussitôt que j’ai été au courant de l’existence du secteur d’alphabétisation des adultes, je me suis précipitée pour me faire inscrire et ce genre d’erreurs ne se répète plus », raconte Mme Minani.Evelyne Harerimana explique ceci   « Auparavant, mon mari amenait à la maison des feuilles sur lesquelles sont écrites des choses. Il me donnait et je conservais jalousement sans savoir ce que je conserve. Mais, avec l’avènement du secteur de  l’alphabétisation, des adultes si ces notes sont écrites en kirundi, je les conserve après les avoir consultées. Il y a beaucoup d’autres bienfaits que je ne cite pas ici.»Anita Karabagega explique, quant à elle, que son mari passait un grand moment au téléphone en train d’écrire des messages, comme je ne savais ni lire ni écrire je n’osais pas lui demander de quoi il s’agissait.  Mais dès que j’ai appris à lire, je lui demande de me donner son portable et quand je vois qu’il est en train de tricher, je réagis.  Même lui, il voit qu’il y a eu un changement.Toutes les femmes interviewées reviennent sur les bienfaits de l’alphabétisation des adultes. Elles remercient l’association qui leur a rendu un  bon service gratuitement.
Irène Niyongabire (stagiaire)

 

Personnes vivant avec handicap >Droits specifiques pour l’égalisation des chances

L’Etat prend des mesures incitatives à l’endroit des entreprises pour promouvoir l’emploi des personnes vivant avec handicap

 

Pour l’égalisation des chances avec tout autre citoyen burundais dans toutes les sphères de la vie sociale, toute personne vivant avec handicap a droit à l’accès au milieu physique, à l’information et à la communication.  

 

Dans la loi N01/03 du 10 janvier 2018 portant promotion et protection des droits des personnes handicapées au Burundi, il est indiqué que toute personne vivant avec handicap sans distinction de genre a droit à des chances égales en matière de soins de santé, de l’enseignement dans un cadre adapté. Toute personne vivant avec handicap jouit de ses droits fondamentaux en particulier dans le domaine de l’emploi. A cet effet, aux fins de l’entretien et de la sauvegarde de l’emploi des personnes vivant avec handicap, l’employeur est tenu de maintenir l’emploi de la personne vivant avec handicap sur son lieu de travail s’il décide de licencier une partie de son personnel pour motif économique ou pour tout autre motif raisonnable. Tout fonctionnaire ou salarié victime d’un handicap l’empêchant de poursuivre l’exercice de son travail habituel, quelle qu’en soit la cause, est maintenu à son poste initial ou affecté à un autre poste vacant qui peut lui être attribué selon ses aptitudes et la spécificité de son handicap et après sa réadaptation le cas échéant. Au cas où aucun emploi ne peut être trouvé, les dispositions légales relatives aux régimes de pensions et risques professionnels lui sont applicables. L’Etat prend des mesures incitatives à l’endroit des entreprises pour promouvoir l’emploi des personnes vivant avec handicap. Toute personne vivant avec handicap bénéficie de l’exonération des frais de dédouanement, de l’impôt et autres taxes sur véhicule et tout matériel conçus pour la personne vivant avec handicap. Toutefois, les textes d’application précisent le type de véhicule adapté à la personne vivant avec handicap, le nombre de véhicules à exonérer et la période de l’exonération. Dans l’article 33 du chapitre des droits spécifiques pour l’égalisation des chances, il est indiqué que toute personne vivant avec handicap a le droit d’être intégrée dans les activités culturelles, sportives et de loisir dans la limite de ses conditions physique, mentale et sensorielle. La personne vivant avec handicap a le droit de participer pleinement aux évènements marquant la vie de la société tels que la naissance, le mariage, l’enterrement et autres. Enfin, la personne vivant avec handicap a le droit de participer pleinement à la vie politique, économique du pays et avoir accès à l’emploi pour promouvoir l’égalité des chances.

Lucie Ngoyagoye

 
Ouvrir