Publications de Presse Burundaise, Rohero I Avenue de la JRR N°17 Immeuble le SAVONNIER, Téléphone standard : (257) 22 22 62 32, Fax :(257) 22 22 58 94, email: pressequotidienne@yahoo.fr

Economie, Sciences, Education/formation

ZONE KINAMA> Panier de la ménagère sur les vivres secs

Les prix ont généralement baissé

 

DSCO 2324Les prix de différentes denrées alimentaires, plus précisément les vivres secs ont généralement baissé sur le marché. Tel est le constat de la rédaction du journal Le Renouveau, dans certains endroits de la zone Kinama, visités le mardi 2 juillet 2019.  Les vendeurs  et acheteurs interrogés à propos de cette baisse des prix indiquent que la récolte de cette année a été très bonne. 

 

Dans certains points de vente, les boutiques et les marchés de la zone Kinama en commune Ntahangwa de la municipalité de Bujumbura pendant cette période de récolte de la saison culturale B, les produits sont bon marché. Et c’est un grand avantage pour les clients.A la question de savoir la cause principale de cette baisse des prix, les différents vendeurs rencontrés sur  les points de vente visités ont  d’abord souligné  que cette baisse des  prix est due à une production abondante pour cette saison culturale qui s’observe dans presque toutes les provinces du pays. Ils ont ensuite ajouté qu’à la suite de cette production abondante au niveau du pays, les prix à l’importation de ces vivres sont aussi revus à la baisse. Et cette baisse des prix constituent un ouf de soulagement pour les clients. « Avec le peu de moyens dont certaines gens disposent, ils peuvent avoir accès à la nourriture. Cette année  est vraiment très particulière pour la vie des populations et du pays », ont-ils mentionné. 

Avit NDAYIRAGIJE

 

ENSEIGNEMENT TECHIQUE ET PROFESSIONNEL> Inconsidération des points de stage

Une mesure qui vient au moment opportun

 

IMG 2027Le ministère de l’Education, de la formation technique et professionnelle a pris une décision de ne pas considérer les points de stage dans l’enseignement technique et professionnel. Le directeur de l’Institut commercial et administratif (ICA), Cassien Ndikumana, indique que c’est une bonne mesure car les élèves des années terminales recevaient beaucoup de points dans ces stages. Cela aidait à faire avancer même ceux qui ne le méritaient pas. Il suggère que les stages soient faits après l’affichage des diplômés. 

 

Dans un entretien accordé le mardi 2 juillet 2019,  M. Ndikumana a fait savoir  que la mesure prise par le ministère en charge de l’éducation est une mesure qui vient au moment opportun.Selon M. Ndikumana, les stages d’avant l’affichage des diplômés n’avaient pas d’importance du fait que les élèves les faisaient en visant les points seulement. Ils ne mettaient pas une grande importance sur la pratique de ce qu’ils ont appris. Ils recevaient aussi de grandes notes qu’ils ne méritaient pas, ce qui aidait même les plus faibles à réussir. « Je faisais des suivis sur terrain lors des stages des élèves et je constatais que c’était presque des points gratuits que nous octroyions aux élèves, si nous considérons leurs prestations. Mais, comme nous devions exécuter la loi, nous étions obligés de leur donner des points », dit-il.M. Ndikumana a suggéré que les stages soient faits après l’affichage des diplômés et que seuls ces derniers ont le droit de les faire. Aussi, le temps donné aux stages et très insuffisants pour pouvoir pratiquer tout ce qu’il a appris. « Un mois de stages n’est pas suffisant pour appliquer ce que tu a appris pendant trois ans », ajoute-il. Il suggère que le temps soit augmenté et qu’on applique de la rigueur, étant donné que la plupart des gens qui terminent leurs études ne parviennent pas appliquer ce qui est appris dans la vie courante.M. Ndikumana a indiqué que, même si la décision est prise en fin d’année, les élèves qui le méritent réussiront. Il termine en appelant les élèves de fournir beaucoup d’efforts dans leur apprentissage afin de pouvoir appliquer tout ce qu’ils ont appris à l’école.                                                                                   

Julien Nzambimana(Stagiaire)

 

COMMUNE BUGENDANA> La plus value tirée de l’élevage des bovins frisonnes par les habitants de cette commune

Leur mode de vie a fortement changé

 

Les habitants de la commune Bugendana ont reçu des vaches frisonnes  de la part du projet du Fida. Le mode de vie des bénéficiaires des vaches a fortement changé grâce aux revenus tirés de la vente du lait sans oublier la mise en place d’une coopérative regroupant  les éleveurs. 

 

Comme l’a indiqué la présidente du Centre de collecte du lait de Bugendana  Renilde Buhembe, les vaches frisonnes que les éleveurs de cette commune possèdent ont été données par le projet de Fida en collaboration avec le gouvernement du Burundi. Des formations ont été organisées à l’intention des bénéficiaires pour savoir comment bien entretenir ces bovins sans oublier comment mettre en place des coopératives. Certains habitants repartis sur quatorze collines de la commune Bugendana ont reçu des vaches, a dit Mme Buhembe.Les vaches reçues se sont multipliées, raison pour laquelle les éleveurs ont jugé bon de se regrouper en association jusqu'à former une coopérative dénommée « Dushigikire ubworozi». Tout le lait en provenance des quatorze collines est conduit directement au Centre de collecte du lait situé au chef lieu de la commune Bugendana. En période de saison sèche, le Centre de collecte du lait reçoit  une quantité de lait variant entre 500 et 600 litres par jour, a fait remarquer Mme Bukene.Avec les revenus issus de la vente du lait, des changements positifs sont remarquables dans les familles. Les maladies liées à la malnutrition ont sensiblement diminué surtout pour les enfants parce qu’ils consomment du lait qui est utile pour l’alimentation. Les toitures des maisons en pailles ont été détruites pour les  remplacer par des tôles ou des tuiles, a indiqué Mme Buhembe. Là où il n’y a pas d’électricité, les habitants ont acheté des panneaux solaires pour lutter contre l’obscurité à la tombée de la nuit grâce à l’argent tiré de la vente du lait, a-t-elle ajouté. L’autre avantage est que la récolte a fortement augmenté grâce au fumier  produit par ces vaches. Les voisins des bénéficiaires des vaches ont eu un profit car ils trouvent du travail chez les détenteurs des vaches. La présidente du Centre de collecte du lait de Bugendana a affirmé que le projet continuera en bonne et due forme après le départ des bailleurs de fonds.

Martin Karabagega

 

EDUCATION PRE-SCOLAIRE> Son importance

L’école maternelle permet aux enfants d’accéder aux prérequis

 

A l’école maternelle, les enfants apprennent à vivre ensemble avec les égaux, à développer leur langage oral et écrit et d'autres formes d'apprentissage sans oublier le développement de leurs compétences par les jeux, par la réflexion et la résolution des problèmes s'exerçant aussi avec plaisir de manière intégrés dans une nouvelle famille par la remémoration et la mémorisation de certaines compétences. 

 

Dans un entretien accordé à la rédaction du quotidien Le « Renouveau » ; le lundi 24 juin 2019, le directeur de l’école MAMMI, Longin Hakizimana, a fait savoir que l'école maternelle est une étape très importante du parcours des élèves dans le but de garantir leur réussite scolaire. Elle a pour mission principale de donner envie aux enfants d'aller à l'école pour apprendre, affirmer et épanouir leur personnalité dans une ambiance créée  au milieu d’une nouvelle famille. M. Hakizimana a indiqué que l’école maternelle n’est pas seulement bénéfique du fait que les enfants apprennent dans une ambiance d’être intégrés dans une nouvelle famille d’égaux mais aussi du fait qu’ ils exercent une sorte de compétition dans le processus d’enseignement-apprentissage. Ensuite,étant donné que les mémoires des enfants sont vierges, M. Hakizimana a expliqué que c'est à l’écolematernelle que les enfants vont apprendreavec succèsà vivre ensemble avec les égaux. Il a ajouté que c’est à cette étape que les enfants développent leur langage oral et commencent à apprendre à écrire les lettres, les nombres et d'autres formes d'apprentissage. En plus, a-t-il poursuivi, les enfants vont aussi développer leurs compétences en apprennant par des jeux, en réfléchissant et en résolvant de petit problèmes, en s'exerçant avec plaisir d’être intégré dans une nouvelle famille, en se remémorant et en mémorisant certaines compétences. » Les enfants sachant comment lire et écrire les mots et les chiffres passeront dans les cycles fondamentaux sans difficultés majeures», a-t-il ajouté.M. Hakizimana a ajouté que le processus d’enseignement-apprentissage à l’école maternelle permet aussi aux enfants d’accéder aux prérequis qui se réfèrent sur la mobilisation de langage dans toutes ses dimensions, la compréhension et l’expression à travers les activités physiques et artistiques ainsi que la construction des premiers outils pour structurer la pensée et découvrir le monde.

Fiacre Nimbona (stagiaire)

 
Ouvrir