Publications de Presse Burundaise, Rohero I Avenue de la JRR N°17 Immeuble le SAVONNIER, Téléphone standard : (257) 22 22 62 32, Fax :(257) 22 22 58 94, email: pressequotidienne@yahoo.fr

Economie, Sciences, Education/formation

Pont Ntahangwa>Réhabilitation

Les travaux sont en cours

 

DSC06975Certaines rivières qui traversent la ville de Bujumbura menacent le plus souvent les ponts qui y sont érigés. La protection des berges de ces  rivières s’avère urgente afin d’éviter les effondrements. La réhabilitation concerne aujourd’hui le pont Ntahangwa qui se trouve sur la chaussée du peuple Murundi.

 

Suite aux menaces d’effondrement qui se sont manifestées sur ce pont, les travaux de réhabilitation sont en cours. A notre passage à cet endroit le jeudi 22 janvier 2015, le constat est que les travaux ont déjà commencé. Les ouvriers rencontrés sur place ont fait savoir que pour le moment, les travaux en cours concernent à préparer la construction des murs de soutènement.
Mais, comme ces ouvriers l’ont laissé entendre, les travaux ne sont pas faciles en cette période de saison pluvieuse. En plus de la réhabilitation du pont, une partie des berges de la rivière va être protégée. La population rencontrée sur place a indiqué que les travaux de réhabilitation ont commencé au moment opportun car le pont allait s’effondrer. Cette population a également souhaité que les travaux avancent le plus vite possible pour éviter que la situation ne se détériore davantage.

Lucie Ngoyagoye

 

CARBURANT> Après la revue à la baisse du prix à la pompe

Pas d’impact visible

 

Depuis le 13 janvier 2015, le ministère en charge du commerce a revu à la baisse les structures des prix du carburant et ceux du sucre en raison de la baisse du coût de pétrole sur le marché international.

 

DSCF8100Le prix à la pompe d’un litre d’essence a passé de 2 220 à 2.050 FBu, soit une baisse de 170 FBu. Celui du gasoil a passé de 2 150 à 2050 FBu soit une baisse de 100 FBu. Ce n'est pas uniquement le prix des produis pétroliers qui est revu à la baisse. La structure des prix du sucre de la Société sucrière de Mosso (Sosumo) a aussi été modifiée. Le prix de vente pour détaillants est actuellement de 1 650 FBu par kilogramme au lieu de 1 800 FBu, une réduction de 150 FBu. Pour les grossistes, un sac de 50 kg se vend actuellement à 82 500 FBu au lieu de 87 500 FBu auparavant.
La population demande la réduction du ticket de transport vers l'intérieur du pays.
Le président des chauffeurs du parking Bujumbura-Ngozi, Jean Claude Bararufise qui s'est entretenu avec le quotidien le Renouveau a dit que la chute du prix du carburant avait fait germer un espoir de voir les tickets de transport revus à la baisse. Les transporteurs, ajoute-t-il, ne voient pas comment réduire le ticket de transport au moment où le prix d’un litre d’essence a été réduit de 170 FBu seulement. Il dit que le ticket est toujours négociable entre les transporteurs et les passagers.
Les passagers quant à eux, disent qu’ils ne voient pas le changement car les prix des tickets restent toujours inchangés. Pour le boutiquier Jean Nyirimana, à l’exception des prix du sucre, les autres denrées alimentaires restent très chères.
Le président des chauffeurs dudit parking demande au gouvernement de fixer lui-même le prix de transport car les transporteurs sont incapables de le faire. Les passagers réclament la réduction du prix des tickets comme on a réduit le prix du carburant. Les personnes qui exercent les activités commerciales demandent au gouvernement de revoir à la baisse le prix des produits alimentaires.

Jean Bosco Nduwayezu (stagiaire)

 

 

Mairie de Bujumbura > Passation des épreuves intellectuelles d’entrée à l’Iscam

Sur 59 candidats attendus, 58 ont répondu présents

 

L’Institut supérieur des cadres militaires (ISCAM) a organisé le test de présélection dans toutes les provinces du pays, le lundi, 26 Janvier 2015. Les candidats ont passé les épreuves de mathématiques, de français et d’anglais. Au total, mille vingt-trois candidats dont cent quarante neuf de sexe féminin étaient attendus sur toute l’étendue du pays.

 

DSC 3188Les candidats officiers ont passé le test de présélection des épreuves intellectuelles dans toutes les provinces du Pays. A Bujumbura, le test était organisé au Lycée du Lac Tanganyika. Vers 9h30, lors du passage de la rédaction du journal Le Renouveau, les candidats étaient à l’œuvre. Aucun problème n’avait été signalé dans toutes les localités de passation. Sur 59 candidats inscrits dans la municipalité de Bujumbura, 58 étaient présents et une absence pour cause de maladie.

Une grande participation de filles

Par rapport à l’année dernière, une augmentation de l’effectif des filles a été enregistrée. Cette année, au total, cent quarante neuf filles se sont fait inscrire dans tout le pays, alors que l’année passée, elles étaient à cent trente (130). L’autre constat est qu’il y a eu une diminution du nombre de candidats de l’ethnie twa, qui sont seulement au nombre de deux, alors que l’année dernière ils étaient au nombre de six.
L’effectif des candidats à retenir à la fin du processus de recrutement sera annoncé à la fin des examens finaux qui se dérouleront à l’Iscam du 9 au 13 février 2015. En plus des épreuves intellectuelles, les candidats présélectionnés seront soumis au test physique et aux examens médicaux, a fait remarquer le commandant de l’Iscam.
Ceux qui seront admis à l’Iscam , composeront la quarante-sixième promotion de l’Iscam, a précisé Col Aloys Bizindavyi.

Lyse Gahimbare

 

CONFEJES> Un geste symbolique

Pour la promotion de l’entrepreneuriat des jeunes

 

Le secrétariat exécutif de la Conférence des ministres de la jeunesse et des sports de la francophonie (Confejes) a octroyé, le vendredi 23 janvier 2014 à Bujumbura, un chèque d’un montant de trente-cinq millions de francs burundais aux jeunes lauréats promoteurs des projets. Le ministre de la Jeunesse, des sports et de la culture a, dans son discours, indiqué que ces fonds permettront aux bénéficiaires de créer des emploies et de réduire le chômage.

 

DSC 0566La Confejes, dit le ministre Adolphe Rukenkanya, appuie le Burundi dans le domaine de l’entrepreneuriat des jeunes, des sports, de la formation et en matière de genre. Les projets déjà financés dans le secteur de la jeunesse, poursuit-il, sont entre autres le garage du quartier 10 en commune Ngagara, les boulangeries de Kayanza, Bwiza et Muyinga, l’atelier de menuiserie de Rukeco en commune Busiga, l’atelier de soudure de Muyinga et la culture des champignons.

Les disciplines sportives financées par la Confejes

Dans le domaine du sport, des appuis techniques nationaux ont été octroyés aux jeunes sportifs issus de diverses disciplines par la Confejes. Il s’agit de l’athlétisme, la lutte, le tennis, le judo, le taekwondo et le volley Beach. En matière de formation, la Confejes organise et finance des stages et séminaires de formation en faveur des cadres du secteur de la jeunesse et des sports. Il octroie des bources de formation doctorale pour les professeurs de l’Institut d’éducation physique et des sports.
Le ministre a également signalé que la Confejes finance la participation des femmes aux activités sportives par la mise en œuvre de la politique d’intégration féminine dans les instances supérieures d’organisations sportives. Il a émis le souhait de voir cette institution appuyer les activités à caractère régional visant le renforcement de la paix et de la promotion de l’emploi.

Des chèques remis aux lauréats du PPEJ

Pour Ali Harouna Bouramah, secrétaire exécutif de la Confejes, l’objet de sa mission au Burundi, est de réitérer ses remerciements envers le Burundi pour avoir soutenu sa candidature à ce poste. C’est en outre pour remettre personnellement les chèques aux lauréats du Programme (PPEJ). C’est un geste symbolique, dit-il. «Aussi minime soit-il, nous souhaitons qu’il puisse contribuer à vous prendre en charge et créer de l’emploi pour d’autres jeunes.»
Le ministre Rukenkanya et le secrétaire exécutif de la Confejes ont, tour à tour, conseillé aux six bénéficiaires d’en faire bonne usage dans le cadre stricte des projets proposés. « Nous vous recommandons d’en faire bon usage afin que vous puissiez sortir du chômage en créant des emplois et ainsi participer au développement du Burundi », ont-ils réitéré.
Charles Makoto

 
Ouvrir