Publications de Presse Burundaise, Rohero I Avenue de la JRR N°17 Immeuble le SAVONNIER, Téléphone standard : (257) 22 22 62 32, Fax :(257) 22 22 58 94, email: pressequotidienne@yahoo.fr

Economie, Sciences, Education/formation

EDUCATION>Impact des salles de jeux et loisirs sur l’apprentissage scolaire

Le jeu devenu excessif présente des conséquences négatives sur l’apprentissage

0000 jeu1Alors que les salles de jeux et loisirs ne cessent de se multiplier ici et là dans les centres urbains particulièrement dans la municipalité de Bujumbura, leur impact à la fois positif et négatif sur le processus d’apprentissage des élèves qui les fréquentent est évident. Le rédacteur du quotidien d’information a visité, le jeudi 21 novembre 2019, certaines salles de la municipalité de Bujumbura pour faire le constat.

 Selon notre observation, les sociétés de pari comme Loto, sports for Africa, Hela bet, Pesa bet se font voir tout au bord des rues et avenues dans plusieurs quartiers de la mairie. A l’entrée de ces salles s’affiche une annonce interdisant l’accès à tout enfant de moins de dix-huit ans ; une décision à apprécier malgré qu’elle ne soit pas souvent respectée du fait que le droit d’entrée n’exige aucun document attestant l’âge. Certains jeunes rencontrés dans la zone Kamenge dans la salle de pari nous ont affirmé qu’ils viennent pour se distraire dans ces salles après les cours et pendant le week-end. Alors que le premier trimestre de l’année scolaire tend vers sa fin, on se demande s’il n’est pas temps pour ces élèves de se concentrer aux études plutôt que d’aller passer du temps à commenter sur les résultats des matchs de football. C’est vrai que le cerveau a besoin de repos après une longue activité, mais ce qui peut inquiéter est que ces jeunes adolescents sont trop attachés aux jeux de divertissement en mettant de côté le temps de révision de la leçon apprise. En outre, quand la passion du jeu est excessive, il constitue chez les jeunes adolescents une préoccupation constante au point d’envahir toute la vie. Par conséquent, l’enfant est  non seulement déconcentré aux études mais aussi commence à s’absenter. Alors qu’il y a certains jeux vidéo qui peuvent servir à la réflexion et à la résolution des trucs, nombreuses des salles de jeux disponibles sont à caractère tant commercial qu’éducatif, ce qui ne constitue pas le fief des élèves. Comme les parents sont avertis du risque d’échec scolaire, ils doivent suivre de près l’occupation quotidienne des enfants en dehors de l’école et les encourager à se concentrer à la leçon avant le début des examens prochains. 

Fiacre Nimbona

 

APADECO> Le dialogue entre les époux

Il constitue un pilier de paix et de développement

0000ACODans un atelier d’animation organisé à l’intention des couples conjugaux de la mairie de Bujumbura le samedi 23 novembre 2019 par l’association « Action pour la paix et le développement communautaire (Apadeco), le représentant légal de l’association, Fabien Bimenyimana, a fait savoir que l’absence de dialogue entre le mari et la femme constitue une source de conflits au sein de nombreux couples.

 
Selon M. Bimenyimana, ces conflits finissent par engendrer un climat de méfiance entre les époux et touchent par conséquent d’autres aspects de la vie socioéconomique et sécuritaire. Il a expliqué que la compétence organisationnelle à base de dialogue de couple constitue une réussite dans l’exercice des activités quotidiennes.  Il a ajouté que la famille doit être un lieu où chacun se sent chez soi.  M. Bimenyimana a confié que, par un dialogue conjugal sincère, on crée non seulement une aspiration à une société stable mais aussi un changement d’esprit qui s’affirme par la transformation de discours agressifs en discours paisibles, un changement des mentalités qui s’actualise par le changement du système socio-économique et sécuritaire pour l’intérêt supérieur de la nation car tout commence chez soi.«Si on n’est pas en mesure de s’organiser dans la famille, il sera difficile d’organiser une grande société car l’on ne donne que ce que l’on a », a-t-il expliqué.

Les époux constituant un premier pas que la fondation du foyer, M. Bimenyimana a notifié que ces derniers sont appelés à collaborer mutuellement et avec plaisir dans la prise de toute décision concernant la vie sociale et cela serait mieux si chacun interprète la relation comme maître-maîtresse non pas maître et adjoint. Il a insisté sur l’hygiène intime de l’épouse afin de rester fraîche et nette devant le partenaire et sur l’efficacité et la ponctualité du mari dans les activités sexuelles. Il sied d’informer qu’au cours de cette séance, il était l’occasion de partager l’expérience en groupes selon les genres. Les bénéficiaires de la séance ont manifesté une satisfaction et ont suggéré que de telles séances soient multipliées, ce que le représentant n’a pas confirmé pour défaut de moyens financiers.

FIACRE NIMBONA

 

ENA> Lancement officiel des activités d’élaboration du Plan stratégique 2020-2024

Pour préparer un nouveau plan stratégique en accord au Plan national de développement

0000AAZBL’Ecole nationale d’administration(Ena) a organisé, le mercredi 27 novembre 2019, un atelier sur le lancement des activités d’élaboration du Plan stratégique 2020-2024.  C’était une occasion d’évaluer le Plan stratégique 2013-2017 et préparer un nouveau Plan stratégique 2020-2024 qui serait en accord avec le contenu du Plan national de développement. 

Le directeur de l’Ena, Gaston Hakiza a fait savoir que cette école a la ferme volonté de participer à la mise en œuvre du Plan national de développement (PND) en renvoyant son offre de formation à tous les niveaux, c'est-à-dire formation initiale et formation continue.  Il a indiqué que ces programmes seraient organisés en partenariat avec les institutions ayant des accords de coopération avec Ena.  M. Hakiza a souligné que, quand le Plan stratégique 2013-2017 a été élaboré, il n’y avait pas de Plan national de développement. « C’est pourquoi il était nécessaire de l’évaluer afin de préparer un autre Plan stratégique qui est en accord avec le contenu du Plan national de développement. Aussi, il a précisé que les programmes qui sont actuellement dispensés  à l’Ena sont quasi les mêmes que ceux qui sont dispensés dans les universités publiques et privées.

Au niveau de la formation, c'est-à-dire la formation professionnelle ou la formation qui conduise à des diplômes d’étude supérieure et universitaire sur place, l’Ena doit se démarquer par rapport aux autres institutions d’enseignement supérieur et universitaire de la place. Aussi, il a dit que l’Ena doit former dans les domaines qui seront identifiés au cours de cette préparation du plan stratégique et seront abordés en concordance avec le contenu du PND.Pour l’assistant du ministre de la Fonction publique, du travail et de l’emploi, Didace Nzambimana, le gouvernement recommande avec instance que l’Ena soit réellement une institution de référence comme le déclare sa vison. C’est pourquoi le gouvernement propose une nouvelle offre de formation qui soit réellement professionnelle et en accord avec le PND, ensemble avec la Vision 2025 qui constituent des outils de référence de planification stratégique au niveau des institutions du Burundi.

Fides Ndereyimana

 

MHEM 26> Communiqué de presse

Les activités d’achat et de vente de l’or par les comptoirs sont suspendues

0000a124Ce lundi 25 novembre 2019, le ministre de l’Hydraulique, de l’énergie et des mines (MHEM), Côme Manirakiza , a rendu public un communiqué de presse relatif à la vente de l’or. Par ce communiqué, il a indiqué que les activités d’achat et de vente de l’or par les comptoirs sont suspendues.

Dans ce communiqué, le ministre Manirakiza a fait savoir que cette décision a été prise dans le but de continuer à faire respecter les mesures du Conseil national de sécurité pour la lutte contre la fraude liée au commerce de l’or. « Seule la Banque de la république du Burundi achète de l’or produit par les coopératives et les sociétés minières », a-t-il ajouté.

Le ministre Côme Manirakiza a demandé aux comptoirs qui disposent des stocks d’or de les vendre sans délais à la Banque de la république du Burundi (BRB). Les activités d’achat et de vente des autres types de minerais ne sont pas concernées par ces mesures ; toutefois, les comptoirs exerçant de telles activités sont recommandés de n’utiliser que des francs burundais conformément à la réglementation en vigueur. « Tout contrevenant à cette décision sera arrêté et puni conformément aux dispositions pertinentes du code minier et du code pénal du Burundi », a-t-il averti.

Le ministre Côme Manirakiza a enfin demandé aux services chargés des migrations, de la sécurité, à la Banque de la république du Burundi, à l’Office burundais des mines et carrières, aux services en charge de la gestion de l’Aéroport international Mélchior Ndadaye, de la Justice et du ministère de l’Intérieur de faire respecter cette mesure.

Cette décision est sortie après les échanges menés par ce ministère avec différentes coopératives minières les 18 et 19 novembre 2019.

 MOISE NKURUNZIZA

 
Ouvrir