Publications de Presse Burundaise, Rohero I Avenue de la JRR N°17 Immeuble le SAVONNIER, Téléphone standard : (257) 22 22 62 32, Fax :(257) 22 22 58 94, email: pressequotidienne@yahoo.fr

Economie, Sciences, Education/formation

ACTIVITES D’ETE>Les élèves ruraux en vacances

 Il faut les encadrer par des activités bénéfiques

 

IMG 2046Les enfants rencontrés sur terrain en train de fabriquer les briques en argile dans la commune Gishubi ont affirmé et manifesté la satisfaction du résultat financier qui leur permet d’atténuer les charges scolaires de leurs parents. 

 

Dans l’attente des résultats de fin d’année scolaire 2018-2019, certains  élèves en milieu rural de la province de Gitega se sont déjà organisés dans diverses activités génératrices de revenu. C’est un comportement exemplaire à encourager pour ces jeunes qui, au lieu de se reposer le long de la journée ou de fréquenter la rue et les bistrots qui pourraient mettre la vie en péril, exercent plutôt des activités variées dont le petit commerce, la fabrication des tuiles et des briques en argile, etc. Comme le petit commerce exige un capital, celui-ci peut constituer un obstacle pour certains élèves.  Cependant, la fabrication des tuiles et briques en argile n’exige que la force et la volonté pour ces jeunes élèves en âge et en force de découverte et d’exploitation économique et artistique. Les enfants rencontrés sur terrain en train de fabriquer les briques en argile dans  sur la commune Gishubi  ont affirmé et manifesté la satisfaction du résultat financier qui leur permet d’atténuer les charges scolaires de leurs parents. Par la somme d’argent qu’ils gagnent, ils parviennent à se procurer certains matériels scolaires et d’autres besoins quotidiens.  Si les activités estivales des élèves en vacances sont orientées dans le sens du développement, elles ont beaucoup d’intérêt pour le pays en général et pour les familles des enfants on particulier. D’abord les enfants sont encadrés de manière  à expérimenter leurs compétences et cela de façon pratiquement concrète. Les enfants apprennent, exemples de leurs ainés à l’appui, comment réussir la vie à partir d’un métier. C’est aussi à partir de ces activités que les élèves réveillent un esprit de ne plus compter sur leurs parents. Un des parents interrogés sur l’intérêt des vacances pour les familles a affirmé que les enfants, s’ils sont animés de bonne foi, aident beaucoup les familles, non seulement dans les activités quotidiennes, mais aussi dans leurs projets d’auto-développement avant qu’ils ne regagnent l’école. 

Fiacre NIMBONA (stagiaire)

 

ESTA> Préparatifs de l’examen d’Etat

Ils vont bon train

 

Les élèves de l’année terminale se préparent à l’examen d’Etat. A l’Ecole secondaire techique d’administration (Esta), les préparatifs vont bon train, selon le directeur de cette école, Isaïe Mbonihankuye. 

 

Les préparatifs de l’examen d’Etat se font tout au long de l’année. Les élèves de l’année terminale doivent travailler d’arracher-pied afin de se préparer à cet examen. Pour M. Mbonihankuye, les professeurs des cours concernés par l’examen d’Etat doivent fournir plus d’effort tout au long de l’année scolaire. Il a indiqué que pour cette année, il y a une différence comparativement aux autres années scolaires qui se sont passées. Car, c’est la première année avec le système fondamental. Et il a précisé qu’avec ce système, il y a un problème du fait qu’il n’y avait pas de  manuels de travail, que ce soit pour les professeurs ou pour les élèves. Pour cela, chaque professeur se contentait de ses propres recherches, pour dire qu’il est difficile que les élèves des differents établissements  puissent avoir des matières identiques. Aussi, pour cette année, il n’y a pas d’épreuves types que les élèves avaient l’habitude de consulter en vue de se préparer. En effet, pour bien se préparer à cette examen, les professeurs doivent accompagner les élèves dans les révisions jusqu’au jour de l’examen. Aussi, les élèves doivent se présenter à l’école tous les jours. M. Mbonihankuye a souligné qu’une autre stratégie utilisée à cette école  est que les examens pour les cours concernés par l’examen d’Etat se font après les autres  examens.  Cela pour qu’ils se préparent pour les examens et en même temps que l’examen d’Etat.   Ainsi, malgré les difficultés rencontrées dans l’enseignement, les professeurs sont parvenus à terminer toutes les matières.  Et les élèves de cette école sont incités à la competitivité. Car pour l’année prochaine, dans les trois sections, les élèves ont réussi convenablement, c'est-à-dire dans les deux sections ils étaient les premiers et l’autre section, ils ont occupé la 2e place. C’est pourquoi les élèves travaillent beaucoup dans l’optique de garder toujours  cette place.M. Mbonihankuye a interpellé  le ministère en charge de l’éducation à faire tout son possible afin que les manuels scolaires soient disponibles pour l’année prochaine. 

Fidès Ndereyimana

 

MEFTP> Remise des résultats du concours national, édition 2019

La date limite de dépôt des recours à la commission est fixée au 15 juillet 2019

 

DSC04290Le ministère de l’Education, de la formation technique et professionnelle (MEFTP) à travers la Commission du concours national de certification et d’orientation à l’enseignement post-fondamental a procédé, le jeudi 04 juillet 2019, à la remise des résultats aux directeurs provinciaux de l’enseignement. La date limite de dépôt des recours à la commission est fixée au 15 juillet 2019. 

 

S’adressant à la presse, le président de la Commission du concours national de certification et d’orientation à l’enseignement post-fondamental, édition 2019, Déogratias Niyinyibuka, a indiqué qu’on a procédé à la remise des feuilles roses aux directeurs provinciaux de l’enseignement fondamental, technique et professionnelle (DPEFTP),  et que les directeurs communaux de l’enseignement procèderont au retrait de ces feuilles vendredi en date du 5 juillet 2019. « Après, les professeurs procéderont à la correction pour faciliter aux élèves de voir s’il n’y a pas d’éventuelles réclamations ».  Il a également indiqué que les professeurs vont enregistrer ces points sur les bulletins de leurs élèves. « Cela permettra à ces derniers d’avoir la proclamation au même jour que les autres ». Il a ajouté que l’organisation de la correction en classe et l’enregistrement des résultats provisoires à partir des feuilles roses des candidats aura lieu le lundi 08 juillet 2019. C’est à ce même jour que débutera une semaine de recours. « La semaine du 08 au 13 juillet 2019 est réservée à la formulation des recours éventuels par les candidats », a-t-il indiqué.Pour ce, M. Niyinyibuka a lancé un appel aux concernés particulièrement aux DPEFTP de s’acquitter de leur travail afin que qu’elles soient gardées pour que ces feuilles parviennent bel et bien aux candidats du concours national édition 2019.Il convient de signaler que les premiers recours seront présentés uniquement par les écoles d’origine des candidats et qu’aucun recours déposé par les élèves, les parents ou d’autres personnes ne sera  reçu. Il en est de même pour les recours déposés hors délais.                           

Moise Nkurunziza

 

MINEAGRIE>Octroi de matériel aratoires et de semences aux coopératives Vaso

Pour capitaliser les petits espaces en développant le maraîchage

 

DSC 0075 1Le ministre de l’Environnement, de l’agriculture et de l’élevage, Deo Guide Rurema, a octroyé, le jeudi 4 juillet 2019, le matériel aratoire et les semences de légumes aux coopératives pour la valorisation du sol (Vaso) en mairie de Bujumbura. Ce don va contribuer à capitaliser les petits espaces en développant le maraîchage. 

 

Après la visite des pépinières des fruits au projet maraîcher sis au quartier de la zone Ngagara, le ministre en charge de l’environnement, Deo Guide Rurema, a indiqué qu’il est très satisfait du niveau de production agricole au Burundi.  Selon lui, toutes les provinces du pays affichent une meilleure production et ainsi la sécurité alimentaire est assurée. «Nous ne voulons pas seulement développer l’intérieur du pays, nous avons l’ambition de développer l’agriculture péri-urbaine en mairie de Bujumbura des fruits et légumes », a signalé M. Rurema.« C’est dans le cadre de faire de la ville de Bujumbura une opportunité de développement agricole que le ministère en charge de l’agriculture a préféré travailler avec la coopérative Vaso constituée par les fonctionnaires de la ville de Bujumbura pour développer le maraîchage », a fait savoir M. Rurema. Ceux-ci préféraient, après le travail, aller se regrouper dans les champs pour développer le maraîchage au lieu d’aller se rassembler dans les buvettes ou autour des ligalas à la fin de la journée. Ainsi, les citadins n’iront plus chercher les légumes à l’intérieur du pays alors qu’elles peuvent être développés à Bujumbura. A cet effet, le ministre Rurema a donné aux coopératives Vaso 200 houes, 200 râteaux, 26 pulvérisateurs, des arrosoirs, des brouettes ainsi que les semences de choux, d’oignons, des poivrons, de tomates, de carottes pour commencer à développer les pépinières de maraîchage.M. Rurema a souhaité que la population urbaine produise des légumes dans les parcelles et dans les environ, ce qui va contribuer doublement à la sécurité alimentaire de la famille et à embellir les parcelles au lieu d’entretenir seulement le gazon et les fleurs.Un des encadreurs des coopératives Vaso, Benjamin Ndagijimana,  a fait savoir que ce matériel va permettre de poursuivre leur but de valoriser le sol de Bujumbura. Selon lui, c’est un encouragement de la part du gouvernement car les coopératives Vaso vont capitaliser les petits espaces. M. Ndagijimana a dit qu’à cet effet, les espaces non exploités ont sensiblement diminué car ils ont été transformés en de petits jardins de légumes et des fruits. Il est convaincu que la  production de légumes va augmenter car ce matériel offre des facilités pour cette activité.

EZECHIEL MISIGARO

 
Ouvrir