Publications de Presse Burundaise, Rohero I Avenue de la JRR N°17 Immeuble le SAVONNIER, Téléphone standard : (257) 22 22 62 32, Fax :(257) 22 22 58 94, email: pressequotidienne@yahoo.fr

Economie, Sciences, Education/formation

ENA > Conférence publique

Sous le thème : « La société civile dans tous ses états : moteur ou frein de la démocratisation »

 

IMG 21Dans le cadre de la mise en œuvre de son plan d’action 2018, l’Ecole normale d’administration (Ena) a organisé le vendredi 4 mai 2018 une deuxième conférence publique sous le thème : « La société civile dans tous ses états : moteur ou frein de la démocratisation ». 

 

Dans son mot de bienvenue, le directeur adjoint chargé de la Formation diplômante et de la recherche à l’Ena, Alexis Ndabarushimana, a fait savoir que, durant l’année 2018, l’Ena s’est engagée à animer une série de six conférences dans le cadre des travaux de recherche menés par les enseignants chercheurs de l’Ena. Il a indiqué que ces recherches ont pour but, entre autres, d’offrir aux leaders de la Fonction publique et aux partenaires clés l’information nécessaire pour prendre des décisions plus éclairées en vue d’améliorer la qualité du service public au Burundi. Dr Ndabarushimana a ajouté que c’est dans cette optique que l’Ena  a organisé une conférence publique pour échanger sur le rôle de la société civile dans le processus de démocratisation. Il a invité de ce fait les participants à faire des échanges fructueux.Dans son exposé, le conférencier, Guillaume Ndayikengurukiye, a fait savoir que la société civile constitue un cadre où les gens qui ne veulent pas participer dans les affaires du gouvernement échangent sur comment ils restent tout de même vigilants sur les réalisations de ce gouvernement. Il a indiqué qu’une société civile bien organisée interpelle les autorités étatiques pour la sécurité de la personne humaine. Elle aide la population à avoir un œil vigilant sur ce que le gouvernement fait pour son intérêt.Il a cependant déploré qu’il arrive des cas où la société civile devient un activisme fanatique jusqu’à ce qu’elle soit confondue aux partis politiques. Dans ce cas, a-t-il expliqué, cette société civile devient un déviant civil.De ce fait, il a indiqué que, pour qu’une société civile joue un rôle constructif dans le processus de démocratisation, elle doit privilégier l’intérêt de la population en prônant le dialogue avec le gouvernement sur ce qu’elle juge incohérent  pour la sécurité de la personne humaine. 

Rose MPEKERIMANA

Ouvrir