Publications de Presse Burundaise, Rohero I Avenue de la JRR N°17 Immeuble le SAVONNIER, Téléphone standard : (257) 22 22 62 32, Fax :(257) 22 22 58 94, email: pressequotidienne@yahoo.fr

Economie, Sciences, Education/formation

Education> Rentrée scolaire du 3e trimestre

Les activités se déroulent normalement

 

DSC05731Comme prévu, la rentrée scolaire du 3e trimestre a eu lieu lundi 09 avril 2018. La rédaction du journal le Renouveau a visité quelques établissements  pour constater le déroulement de l’état d’avancement des activités de la rentrée scolaire. Dans deux écoles visitées, à savoir le lycée Notre Dame de Rohero et l’Ecole fondamentale du Jardin public, les activités se déroulent normalement. 

 

Le début du 3e trimestre est marqué par  la correction des examens du deuxième trimestre ainsi que quelques travaux de propreté. Selon Pierre-Joseph Nsabimana, directeur du lycée Notre Dame de Rohero, la présence a été en général respectée sauf quelques cas d’exception. Les élèves sont entrain de réclamer là où les enseignants se seraient trompés lors du travail des bulletins. Du coté pédagogique, les professeurs sont en nombre suffisant, le matériel didactique aussi, mais les livres de l’élève ne sont pas suffisants. Actuellement, un livre est partagé par 3 élèves, poursuit M. Nsabimana. Il souhaite qu’un livre puisse être partagé au moins entre deux élèves.Pour  Annonciate  Nsabimana, directrice de l’Ecole fondamentale du Jardin public de Nyakabiga, la rentrée scolaire est caractérisée par la propreté des salles de classes, aussi que la correction des examens du trimestre dernier. Sur le plan pédagogique, les élèves ont évolué dans la réussite scolaire. Cela a été possible grâce à l’aide des parents. La direction a sensibilisé les parents pour se concentrer sur l’éducation de leurs enfants. Les enseignants ont aussi changé la méthodologie d’enseignement, ce qui a fait que les élèves ont augmenté la moyenne. Mais les élèves ont fourni plus d’efforts pour réussir, d’autant plus qu’au premier trimestre, les enfants ne sont pas encore habitués aux études. Cependant, cette école est confrontée à un problème de ravin de la rivière Ntahangwa qui ne cesse de causer des dégâts. Il a déjà emporté un bloc de latrines, mais ces dernières sont entrain d’être reconstruites, ajoute-t-elle. Si rien n’est fait, toute l’école pourra disparaître vers la rivière.      
Aline Nshimirimana

Ouvrir