Publications de Presse Burundaise, Rohero I Avenue de la JRR N°17 Immeuble le SAVONNIER, Téléphone standard : (257) 22 22 62 32, Fax :(257) 22 22 58 94, email: pressequotidienne@yahoo.fr

Economie, Sciences, Education/formation

API> Atelier de formation et d’information sur les procédures et les documents spécifiques liés à l’exportation

L’exportation, un moyen d’entrer les devises

 

DSC 0445L’Agence de  promotion  des investissements (API) a organisé le 30 mars 2018  à son siège, un atelier  de formation et d’information sur les procédures et les documents spécifiques à l’exportation à l’endroit des commerçants transfrontaliers. Etaient invités à cet atelier les représentants des institutions de l’Etat œuvrant pour la promotion des investissements tel que l’API, la BRB, l’OBR, le BBN ainsi que les différentes associations des commerçants. 

 

Le commerce transfrontalier est constitué des exportations et des importations. L’objectif de l’atelier organisé par l’API était d’expliquer aux commerçants transfrontaliers les procédures et les documents spécifiques à l’exportation. L’API a pour objectif de sensibiliser les commerçants transfrontaliers afin qu’ils travaillent dans la légalité.Dans son discours d’ouverture, Serges Nsabimana, directeur a.i. de l’API a remercié les invités qui ont répondu à l’invitation. Il a en outre rappelé la mission de l’API, celle de promouvoir l’investissement et l’exportation. Alors, pour promouvoir les exportations et faire des activités conformes à l’éthique commerciale,  l’API cherche à se proposer de toucher les catégories des commerçants transfrontaliers qui, comme on le sait, exportent une gamme de produits même s’ils sont en faible quantité, afin d’inciter ceux-ci à migrer du secteur informel vers le secteur formel, et développer à cet effet les activités d’exportation. Pour lui, cet atelier vient donc à point nommé car il permettra aux participants de connaître les procédures et les documents spécifiques à l’exportation  des produits burundais.  Le commerce transfrontalier a des lacunes car beaucoup de commerçants l’exercent clandestinement, ce qui fait que le Trésor burundais ne bénéficie pas de ce commerce alors que c’est avec l’exportation que les devises entrent dans le pays, le développement du pays est facilité par les exportations, poursuit-il.

Aline Nshimirimana

Ouvrir