Publications de Presse Burundaise, Rohero I Avenue de la JRR N°17 Immeuble le SAVONNIER, Téléphone standard : (257) 22 22 62 32, Fax :(257) 22 22 58 94, email: pressequotidienne@yahoo.fr

Economie, Sciences, Education/formation

Assemblée nationale > Séance plénière pour analyser et adopter le projet de loi sur les pesticides

Il a été adopté à l’unanimité

 

DSC 1314Sous l’égide du président de l’Assemblée nationale, Pascal Nyabenda, les députés se sont réunis, le mercredi 7 mars 2018, en plénière pour analyser et adopter le projet de loi portant sur la gestion des pesticides au Burundi.  A part les questions posées par la commission permanente qui a étudié ce projet de loi, les députés ont eu l’occasion de poser des questions d’éclaircissement et ont eu des réponses satisfaisantes.  

 

Dans son exposé des motifs, le ministre de l’Agriculture et de l’élevage, Déo Guide Rurema, a indiqué que la mise en place d’une loi spécifique sur les pesticides  découle du fait que dans le monde de la technologie et du commerce moderne, la protection des cultures et des animaux contres les insectes, les maladies, les mauvaises herbes, les parasites et les autres ravageurs sans mettre en danger les humains, les animaux et leur environnement, exige des efforts concertés et soutenus de la part des scientifiques, des techniciens et des juristes; des producteurs, des fabricants et des distributeurs ; de l’industrie et des gouvernements et de toutes les nations dans leur action conjointe en vue de définir et d’appliquer des normes adéquates et acceptables en matière de sécurité alimentaire et de qualité de l’environnement. 

Il est important d’avoir ce texte

Le ministre Rurema a souligné que la mise en place de la loi spécifique sur les pesticides relève aussi  des cadres juridiques internationaux et nationaux régissant le commerce et l’utilisation des pesticides qui ont subi des changements cruciaux au cours des vingt dernières années. Selon lui, le Code de conduite international sur la distribution et l’utilisation des pesticides, adopté en 1985 par la 23e session du Conseil d’administration principal de l’Organisation  pour l’alimentation et l’agriculture des Nations unies (FAO), a été conçue pour fournir des normes universelles de conduite pour tous les acteurs impliqués dans les  pesticides,  mais particulièrement les gouvernements nationaux et l’industrie des pesticides. Selon lui, la question des pesticides est abordée dans différents textes législatifs et réglementaires et il est difficile de cerner de façon cohérentes toute la problématique de la gestion des pesticides en partant de leur importation et de leur  fabrication jusqu’à leur élimination. D’où il est important d’avoir un texte de loi consacré uniquement aux pesticides qui aborde toutes les étapes de leur cycle de vie, c'est-à-dire l’importation, l’exportation, la transformation ou la reformulation, la commercialisation, l’utilisation, le transport, le stockage et l’élimination. La mise en place de cet instrument juridique de gestion des pesticides a permis d’introduire dans l’ordre juridique interne burundais les prescriptions pertinentes contenues dans les différents instruments juridiques internationaux

Une série d’actions a été développée

A la question des membres de la Commission permanente en rapport avec l’appui aux agriculteurs pour limiter les pertes causées par des chenilles qui ravagent des fois les champs, surtout de maïs, le ministre Rurema a indiqué qu’il y a aujourd’hui une série d’actions qui ont été développées. C’est entre autres des séances de sensibilisation qui ont été organisées à l’endroit des agriculteurs en leur montrant la démarche à suivre, des émission radiodiffusées régulièrement organisées, la disponibilisation des pesticides qui se sont montrés efficaces, le développement d’un protocole des actions à mener au niveau de l’exploitation, etc. 
Astère Nduwamungu

Ouvrir