Publications de Presse Burundaise, Rohero I Avenue de la JRR N°17 Immeuble le SAVONNIER, Téléphone standard : (257) 22 22 62 32, Fax :(257) 22 22 58 94, email: pressequotidienne@yahoo.fr

Economie, Sciences, Education/formation

Centre-ville> Les conditions de vie des porteurs de bagages

Ils se lamentent du manque de travail

 

DSC 3013Les porteurs de bagages sont des personnes qui aident les passagers  à transporter leurs bagages ou même les vendeurs lors du déchargement ou chargement des camions. Après la fermeture du marché central de Bujumbura, ils disent que leur vie n’est pas facile  à cause du manque de travail. 

 

La rédaction du journal Le Renouveau du Burundi s’est rendue le jeudi  1er mars 2018 au Centre-ville, plus précisément au parking des bus allant au sud de la capitale. Arrivée à cet endroit, elle a rencontré  certains portefaix assis. D’autres courraient dernier les bus qui amenaient les passagers pour voir  s’il y a des bagages à transporter. « Je reste assis parce que nous ne pouvons pas  nous diriger vers un seul bus et, de plus, on peut y trouver un seul bagage. », a répondu un parmi ceux qui étaient assis, à la question de savoir pourquoi il reste assis alors que les autres s’orientent vers le bus pour voir qu’ils peuvent avoir quoi à faire. « Actuellement, les bagages ont énormément diminué dans ce parking car autrefois les bagages venaient en abondance pour être vendus dans la marché central. Ce qui nous donnait plus de travail mais, maintenant, ce n’est pas le cas », a indiqué ce portefaix.La rédaction du journal Le Renouveau du Burundi a approché d’autres porteurs de bagages qui étaient en train de charger le camion. Ces derniers  ont emboité le pas des premiers. « Nous avons une carence de travaux car actuellement il y a peu des commerçants dans  cette localité », ont d’abord informé. «  Après la fermeture du marché central, beaucoup des commerçants ont déménagé vers d’autres marchés et plus  exactement vers le marché  de Cotebu. Et,  à cet effet, nous sommes les premiers à souffrir.», ont ajouté ces portefaixIl convient de signqler que ces portefaix ont fait eux-mêmes la répartition  du travail pour qu’au moins chacun parmi eux  ait quoi à faire. « Comme il y a peu d’échoppes , nous avons adopté le système de faire des groupes et  chaque groupe a un commerçant à servir que ce soit dans le déchargement des marchandises qu’il amène ou quand il a des clients qui ont besoin de portefaix pour charger le camion. », ont fait savoir.
Innocent Ntakirutimana (Stagiaire)

Ouvrir