Publications de Presse Burundaise, Rohero I Avenue de la JRR N°17 Immeuble le SAVONNIER, Téléphone standard : (257) 22 22 62 32, Fax :(257) 22 22 58 94, email: pressequotidienne@yahoo.fr

Economie, Sciences, Education/formation

COMMERCE> Spéculation dans la vente de la Primus dans les dépôts

Chaque client est obligé d’acheter d’autres boissons  avant d’accéder à la Primus

 

DSC03771L’augmentation précédente du prix du Primus entraîne une spéculation dans la vente de cette dernière surtout au niveau des différents dépôts de la mairie de Bujumbura. Les commerçants détaillants se lamentent de l’exigence d’acheter d’abord un autre type de boissons avant de pouvoir accéder à ce produit qui est actuellement devenu rare un peu partout. 

 

Après l’augmentation du prix de la bouteille de Primus depuis le 1er février 2018, ce produit est ensuite devenu directement rare que soit  au niveau des commerçants détaillants qu’à celui des grossistes, donc dans les différents dépôts. Et pour le moment,  cette situation a créé une forte spéculation du côté des grossistes où, au niveau des dépôts, chaque client qui vient s’approvisionner est obligé d’acheter d’abord d’autres boissons afin qu’on puisse ensuite lui servir des caisses de Primus.La rédaction du journal “Le Renouveau” s’est rendue le jeudi 8 février 2018 aux différents dépôts des produits Brarudi et bars de la zone Bwiza dans la  commune urbaine de Mukaza en Mairie de Bujumbura pour se rendre compte de la réalité de cette spéculation. Mais les commerçants trouvés à certains dépôts n’ont pas voulu s’exprimer et ont encore nié ces cas d’exigence aux clients d’acheter d’autres boissons avant de se voir servir de  la Primus, qui sont évoqués par les détaillants. Seulement, ils ont signalé que la carence des boissons de type Primus s’observe dans pas mal de dépôts et précisément depuis l’augmentation du prix de ce produit.Quant aux commerçants détaillants interrogés par la même rédaction, Philibert Mpawenayo, commerçant rencontré dans une boutique  à Bwiza, a affirmé cette exigence d’achat d’autres boissons par les grossistes  pour avoir accès à la Primus. Il a également informé que même si le client accepte  de faire une autre commande, on lui donne deux ou trois caisses de Primus seulement. M. Mpawenayo a demandé avec insistance aux responsables de la Brarudi de faire  tout le possible pour rendre disponible ce produit aux consommateurs en général et aux commerçants en particulier.
AVIT NDAYIRAGIJE

Ouvrir