Publications de Presse Burundaise, Rohero I Avenue de la JRR N°17 Immeuble le SAVONNIER, Téléphone standard : (257) 22 22 62 32, Fax :(257) 22 22 58 94, email: pressequotidienne@yahoo.fr

Economie, Sciences, Education/formation

LYCEE SAINTE MARIE IMMACULEE DE BUHONGA> Discipline

« Il y a une amélioration par rapport aux années précédentes »

 

DSC03084La rédaction du journal « Le Renouveau » s’est récemment entretenue avec la directrice d’internat du Lycée Sainte Marie Immaculée de Buhonga, sœur Marie Louise Bigirindavyi, sur la discipline des élèves. Elle affirme qu’aujourd’hui, il y a une amélioration par rapport aux années précédentes, particulièrement chez les jeunes filles.  

 

Sœur Marie Louise Bigirindavyi confirme qu’à cette école, il y a une amélioration au niveau de la discipline des élèves. Elle met l’accent  sur la discipline des jeunes filles qu’elle juge meilleure par rapport aux années antérieures. Au cours des années précédentes, on constatait deux ou trois grossesses non désirées par trimestre. Le nombre de filles qui abandonnaient l’école avant la fin de l’année scolaire était plus élévé que celui des garçons. La cause en était que, si une fille tombait enceinte, on la chassait seule mais le garçon auteur de la grossesse restait en classe.  Mais aujourd’hui, la fille qui tombe enceinte et le garçon qui en est responsable sont tous chassés de l’école.  Sœur Bigirindavyi déclare que, dès le début de cette année scolaire, aucun abandon n’a été  enregistré ni chez les filles ni chez les garçons. Aucune fille n’ a abandonné l’école à cause d’une grossesse. C’est donc dire qu’ il y a zéro abandon et zéro grossesse à son établissement. Pour ce faire, elle organise des séances une fois par mois dans chaque classe. Elle explique notamment aux filles qu’elles doivent être responsables d’elles-mêmes. Elle leur enseigne  que la virginité d’une fille est une chose à garder jusqu’au jour du mariage. Elle insiste sur le fait qu’il ne faut  pas fréquenter les personnes qui  peuvent détruire leur vie. Si une fille s’adonne à la débauche, les conséquences sont nombreuses et fâcheuses. Non seulement elle peut avoir une grossesse non désirée, mais aussi  peut  attraper  des maladies incurables comme le VIH/ sida et d’autres. Dans ce cas, non seulement elle est  obligée d’abandonner l’école,  mais aussi sa vie est en danger. Signalons que sœur Bigirindavyi  a ajouté qu’elle fournit beaucoup d’efforts pour qu’il y ait une bonne réussite; car son école n’est pas clôturée et il y a un terrain de basket fréquenté par le public  qui peut, quelques fois, être la source de  distraction pour certains élèves. 
Evelyne Habonimana

Ouvrir