Publications de Presse Burundaise, Rohero I Avenue de la JRR N°17 Immeuble le SAVONNIER, Téléphone standard : (257) 22 22 62 32, Fax :(257) 22 22 58 94, email: pressequotidienne@yahoo.fr

Economie, Sciences, Education/formation

Commerce> Vendeurs ambulants des mikeke et des fretins

Ni vendeurs ni consommateurs, personne ne s’aperçoit du danger qui peut se répercuter sur la santé

 

Dans différents quartiers de la  municipalité  de Bujumbura, il s’observe un phénomène de vendeurs ambulants des poissons. Ce phénomène est devenu monnaie courante  du fait que certaines zones de la municipalité n’ont pas leur propre marché où la population peut s’approvionner. Cela a poussé certains vendeurs des mukeke et des fretins d’adopter les pratiques de vendre leurs marchandises. Aujourd’hui ces vendeurs  font leur commerce en parcourant les rues et les avenues de différentes zones  de la municipalité. 

 

Dans l’exercice du commerce ambulant, quelques pratiques peuvent être nuisibles à la santé des consommateurs de ces poissons.  L’initiative est bonne et même saluée par les habitants de différents quartiers de la mairie, du fait que ces vendeurs ont rendu  accessibles ces aliments aquatiques dans leurs localités. C’est visible que  certains de ces vendeurs ne tiennent pas compte de l’hygiène de leurs marchandises. Que ce soit le poisson  mikeke ou les fretins, on les voit toujours posés sur leurs petites tables portables dont, des fois, l’hygiène de ces dernières reste toujours inquiétante. Vu que ces vendeurs ambulants utilisent les moyens archaïques pour leur commerce de poisson, en parcourant les avenues avec les tables remplies de tas de poissons  sur leurs têtes. Et ces petites tables  n’ont pas de couvercles.  Ce qui est plus déplorable, c’est  l’hygiène lors de la vente de ces poissons. Les véhicules  qui passent sur la route occasionnent des tourbillons de poussière qui se  déposent  sur les tables où sont étalés les poissons ou les fretins. Peu de souci pour la santé des consommateurs,  en les protégeant contre des maladies ou des mouches volantes pouvant  déposer  d’autres microbes  sur les poissons. Mais cela n’empêche pas que les consommateurs s’approvionnent. Vu que l’initiative de la vente de poisson a été saluée par tout le monde, les autorités de la municipalité devraient revoir les nouvelles pratiques pour cette vente en misant sur la santé de la population.
Alain  Ndayisenga  (stagiaire)

Ouvrir