Publications de Presse Burundaise, Rohero I Avenue de la JRR N°17 Immeuble le SAVONNIER, Téléphone standard : (257) 22 22 62 32, Fax :(257) 22 22 58 94, email: pressequotidienne@yahoo.fr

Economie, Sciences, Education/formation

Maramvya> Baisse de la récolte suite aux insectes ravageurs de plantes

Cette saison n’a pas été bonne

 

IMG 2012Les plantes sont de temps en temps  menacées par des insectes ravageurs qui sont souvent vecteurs de maladies. Leur présence en grand nombre cause d’importantes pertes de rendement. 

 

Comme nous l’avons constaté en zone Maramvya, commune Mutimbuzi de la province de Bujumbura, certaines plantes comme le haricot et le maïs, sont menacées par les insectes ravageurs. Ces derniers sont surtout les chenilles qui attaquent les feuilles de haricot ou de maïs. Par conséquent, ces plantes ne fleurissent pas, ce qui fait que la production chute énormément.Vianney Ndikumana, un des agriculteurs, a fait savoir que cette saison culturale n’a pas été bonne pour certains agriculteurs surtout ceux qui n’ont pas pu trouver les insecticides. Concernant le haricot, cet interlocuteur a révélé que, pour cette saison, sa récolte ne va pas dépasser 30 kg alors qu’elle était de 50 kg au cours de la saison précédente.M. Ndikumana a indiqué que ces insectes attaquent aussi les plantations de maïs. Les chenilles sucent les feuilles de maïs. Par conséquent la récolte est très réduite. Certains cultivateurs essaient de lutter contre ces insectes. Ils disent que la cendre peut être utilisée pour tuer ces chenilles.Notre interlocuteur souhaite que le ministère de l’Agriculture et de l’élevage disponibilisée les insecticides à bas prix comme il le fait pour les engrais chimiques. Les engrais devraient être subventionnés en même temps que d’autres produits nécessaires pour l’agriculture et l’élevage. Cet interlocuteur s’inquiète aussi pour la saison culturale prochaine. Elle redoute que ces insectes n’attaquent à nouveau les plantes.Cet interlocuteur lance aussi un appel à d’autres agriculteurs de veiller régulièrement sur leurs plantations. Il conseille que, si ces dernières sont attaquées, les agriculteurs puissent aviser les moniteurs agricoles afin de trouver des solutions ensemble.
Lucie Ngoyagoye     

Ouvrir