Publications de Presse Burundaise, Rohero I Avenue de la JRR N°17 Immeuble le SAVONNIER, Téléphone standard : (257) 22 22 62 32, Fax :(257) 22 22 58 94, email: pressequotidienne@yahoo.fr

Economie, Sciences, Education/formation

PROVINCE DE KARUZI> Récolte du café attendue cette année

Une bonne récolte est espérée si des catastrophes climatiques ne se produisent pas

 

IMG 0027Sur la colline Bihembe en province de Karuzi, en plus de la culture des plantes vivrières, celle du café y est aussi  beaucoup pratiquée car il est le seul produit qui, si le climat est favorable, génère beaucoup d’argent aux familles. Lors d’un entretien avec la rédaction du journal Le Renouveau, les agriculteurs de ladite colline espèrent  une bonne récolte de café cette année-ci.  

 

Bihembe est l’une des collines qui composent la commune Gihogazi de la province de Karuzi. Sur cette colline, la culture du café n’est pas négligée ; les collines comptent beaucoup de caféiers. Certaines familles  cultivent le café même près de leurs maisons pour faciliter l’entretien. Aujourd’hui, les caféiers sont verts et portent déjà des graines. «L’une des marques qui nous fait espérer une bonne récolte est la verdure des caféiers », précise un agriculteur. Celui-ci explique que c’est la verdure du caféier qui permet aux graines de bien mûrir au lieu de se dessécher. «D’après ce que nous voyons maintenant, la récolte sera bonne cette année si des catastrophes climatiques ne se produisent pas», affirme un agriculteur.Les agriculteurs expliquent que, comme l’année passée, la récolte de café n’a pas été bonne, ils espèrent une bonne récolte cette année. Le café alterne la production ; si la récolte est bonne cette année,  cela ne se reproduira qu’à la deuxième une année, pour dire que l’année passée la production a été faible.Ces agricultures disent que même si ils espèrent une bonne récolte du café cette année, tout dépendra des conditions climatiques. Comme pour les autres cultures, le climat peut aussi être un facteur de la mauvaise récolte de café. « Même si jusqu’à ce stade, nous espérons une bonne récolte, la grêle ou le vent violent  peuvent nous décevoir à un moment donné », ajoute un autre agriculteur. Les autres ne s’écartent pas des propos de celui-ci, car ils affirment qu’ils peuvent espérer une bonne récolte au départ et être déçus à la fin à cause des catastrophes climatiques.
Eric Sabumukama

Ouvrir