Publications de Presse Burundaise, Rohero I Avenue de la JRR N°17 Immeuble le SAVONNIER, Téléphone standard : (257) 22 22 62 32, Fax :(257) 22 22 58 94, email: pressequotidienne@yahoo.fr

Economie, Sciences, Education/formation

ENSEIGNEMENT> Système Baccalauréat-master-doctorat

Les diplômes de baccalauréat sont encore dans le processus d’entérinement

 

IMG 20171108 WA0001Les diplômes de baccalauréat ne sont pas encore octroyés aux lauréats des promotions du nouveau système d’enseignement universitaire. Selon les autorités, les diplômes sont encore dans le processus d’entérinement par la Commission nationale chargée de l’entérinement des diplômes et titres scolaires. 

 

Les étudiants du nouveau système d’enseignement universitaire dit «Baccalauréat-master-doctorat» (BMD) ayant terminé le baccalauréat réclament, il y a un certain temps, leurs diplômes de fin d’études qui ne leur sont pas encore octroyés.Selon les propos du directeur des services académiques à l’Ecole normale supérieure (ENS), Simon Bisore, les diplômes sont encore dans le processus normal de signature. Il précise qu’en attendant l’aboutissement de ce processus, le retrait provisoire reste toujours possible et autorisé à tout moment. La correspondance de l’ENS adressée au mois de juillet 2017 aux lauréats du Département des sciences appliquées de l’année académique 2012-2013 mentionne que, compte tenu des effectifs élevés qui terminent les enseignements aux différents cycles de formation, le processus de signature demande un temps suffisant vu les multiples attributions des différents responsables impliqués dans ce processus. Ce dernier comprend la production, pour la Commission nationale chargée de l’entérinement, des grilles finales des cycles de formation au niveau des départements après calcul des moyennes des différents niveaux d’études, le remplissage des diplômes, les procédures de signature au niveau des sections, des départements et de la direction  (diplômes et ses annexes qui sont les bulletins, les diplômes d’Etat et les grilles de délibération des différentes années d’études).M. Bisore précise que la Commission nationale chargée de l’entérinement des diplômes est composée des membres qui exercent leurs fonctions dans différentes institutions. Suite à leurs multiples attributions, la programmation des séances de travail relatives à l’entérinement des diplômes ne se fait pas automatiquement et demande que les différents membres cherchent le temps où ils estiment être disponibles.Par ailleurs, la Commission nationale d’entérinement des diplômes et titres scolaires est une et unique pour tout le pays et traite différentes demandes d’entérinement des diplômes délivrés dans différentes institutions d’enseignement supérieur publiques et privées.Désiré Nimenya, président de la Représentation générale des étudiants de l’Université du Burundi, indique qu’ils attendent l’aboutissement du processus d’entérinement des diplômes. Selon lui, ils sont satisfaits de l’état d’avancement. Il convient de mentionner que l’Université du Burundi et l’Ecole normale supérieure(ENS) sont respectivement à la troisième et à la quatrième promotion du BMD.

Le système BMD date de l’année 2012 dans l’enseignement supérieur public

Il sied de faire savoir que le système LMD (Licence, Master, Doctorat) date des années 2000 dans les pays occidentaux. Au Burundi, ce système qui porte l’appellation de BMD (Baccalauréat-Master-Doctorat) est récent. Il date de l’année 2012 dans l’enseignement supérieur public. L’enseignement supérieur a adopté ce système avec la formule respective de 3 ans, 2 ans et 3 ans conformément à un projet de loi portant réorganisation de l’enseignement supérieur. L’objectif était d’harmoniser avec la Communauté est-africaine et le monde entier en ce qui concerne les enseignements et le système d’octroi des titres académiques et diplômes. 

La réforme amène plusieurs apports

Cette réforme amène plusieurs apports, dont l'intégration de l’enseignement supérieur dans le système éducatif sous-régional et la « gouvernance institutionnelle » des établissements d’enseignement supérieur au Burundi. Un autre apport de cette réforme, c'est l'assurance-qualité, puisque le projet de loi établit une Commission nationale de l'enseignement supérieur avec comme cahier de charges le contrôle de la qualité de formation des enseignants et des enseignements dans les établissements burundais d’enseignement supérieur.
Eric Mbazumutima

Ouvrir