Publications de Presse Burundaise, Rohero I Avenue de la JRR N°17 Immeuble le SAVONNIER, Téléphone standard : (257) 22 22 62 32, Fax :(257) 22 22 58 94, email: pressequotidienne@yahoo.fr

Economie, Sciences, Education/formation

ARFIC> Point de presse

Les exportateurs doivent passer à la fixation des prix dans l’immédiat pour tous les cafés qui  sont  sous contrat

 

DSC 3974L’administrateur directeur général (ADG) de l’autorité de régulation de la filière café du Burundi (ARFIC), Jean De Dieu Mutabazi a animé le lundi 6 novembre 2017, un point de presse sur la réunion d’échanges  avec les exportateurs du café qui s’est tenue le 3 novembre 2017. Plusieurs décisions ont été prises à l’issue de cette réunion entre autre la fixation des prix dans l’immédiat pour tous les cafés qui sont sous contrat. 

 

L’ADG de l’Arfic a fait savoir qu’il a été constaté que seulement 6048 tonnes de café vert ont déjà été exportés sur un total de 16 000 tonnes pour une valeur d’environ 20 000 000 USD soit à peu près  35 152 000 000  FBu. La tendance générale des cours du café à la bourse  de New York est baissière notamment du fait que la production s’annonce très bonne en Amérique latine, particulièrement au Brésil. L’autre constaste est que les taux bancaires continuent à augmenter de manière exponentielle.  Selon M. Mutabazi, les participants à cette réunion  se sont convenus à cet effet  que les exportateurs doivent stopper la spéculation et passer à la fixation des prix dans l’immédiat pour tous les cafés qui  sont  sous contrat. Cela pour ne pas souffrir à la fois des cours qui sont mauvais et de l’augmentation des intérêts bancaires. Aussi, les exportateurs doivent diversifier leurs acheteurs pour ne pas dépendre toujours des mêmes acheteurs.Quant à l’Arfic, la  Banque de la République du Burundi (BRB), Office burundais des recettes (OBR) ainsi que les transitaires, ils  doivent accélérer les procédures administratives liées au processus de mise à l’export pour maintenir la confiance des acheteurs et ne pas faire courir au café burundais le risque de décote.  Pour les cafés non encore sous contrats, M. Mutabazi  les participants se sont convenus de démarrer la procédure de vente aux enchères dès la semaine du 6 novembre 2017 et cette procédure devra avoir lieu tous les mercredis. A l’endroit de la BRB, les exportateurs ont demandé à ce qu’elle disponibilise l’historique des mouvements  de leurs comptes en devise pour une meilleure traçabilité des encaissements.
FIDES NDEREYIMANA

Ouvrir