Publications de Presse Burundaise, Rohero I Avenue de la JRR N°17 Immeuble le SAVONNIER, Téléphone standard : (257) 22 22 62 32, Fax :(257) 22 22 58 94, email: pressequotidienne@yahoo.fr

Economie, Sciences, Education/formation

BRB> Réunion d’échange avec les professionnels des médias

Vulgariser la nouvelle loi régissant les activités bancaires promulguée au mois d’août 2017

DSC 0317La BRB (Banque de la république du Burundi) a organisé une réunion d’échange avec les professionnels des médias le lundi 6 novembre 2017 à Bujumbura. L’objectif poursuivi rentrait dans le cadre de la vulgarisation de la loi no 1/17 du 22 août 2017 régissant les activités bancaires. Les journalistes sont appelés à y contribuer dans la diffusion des informations précises et sûres. 

 

Dans son discours d’ouverture des travaux de cette réunion, le Deuxième vice-gouverneur de la BRB Annonciata Sendazirasa a fait savoir qu’il y a quelques années, il a été constaté que les questions de finance et d’économie étaient mal ou insuffisamment traités par les médias. Or, a-t-elle fait remarquer, une mauvaise communication sur les finances et l’économie peut coûter cher au pays, et peut avoir un impact négatif sur le développement du pays. Selon Mme Sendazirasa, que le but de ladite réunion avec les journalistes était la décortication d’un thème actuel et important. La loi régissant les activités bancaires. Elle a fait savoir que la nouvelle loi contient pas mal d’innovations telles que la protection du bénéficiaire des services bancaires, la contribution des banques dans la croissance économique, le renforcement des pouvoirs de supervision de la banque centrale.

Répondre aux exigences actuelles

La nouvelle loi bancaire  vient répondre aux soucis actualisés puisque celle de 2003 était devenue obsolète a signalé Prosper Ngendanganya, directeur ayant en charge la supervision des Banques. Et d’ajouter que ladite loi vient résoudre la problématique de la réalisation des hypothèques en ce qui concerne le secteur bancaire. Mais aussi offrir une base légale aux nouveaux intervenants tels que les établissements de paiement, les bureaux d’information sur le crédit, les fonds de garantie des dépôts, etc. M. Ngendanganya a de ce fait indiqué que les institutions assujetties ont 12 mois pour se conformer aux nouvelles dispositions.Quant à, Audace Niyondiko, il précise que la nouvelle loi sur les activités bancaires manifeste un souci de protéger les consommateurs. C’est entre autre l’introduction de la règle du double qui vient supprimer la capitalisation des intérêts de crédits qui avait fait rage dans le passé. A la limite, un délai de 12 mois est accordé au débiteur défaillant pour vendre lui-même le bien donné en garantie. Il s’agit aussi de la nullité des pactes commissoires et l’obligation des banques et établissements financiers de traduire la convention de l’ouverture de crédit et la BRB est appelée à allonger les documents à traduire en Kirundi dans le souci de rendre accessible à toutes les opérations. Dans le but de protéger les consommateurs, poursuit M. Niyondiko, la nouvelle loi sur les activités bancaire préconise l’amélioration de l’accès au crédit. Ainsi par exemple, les certificats fonciers sont désormais éligibles et non pas seulement le titre de propriété pour servir de garantie pour les crédits mais uniquement dans le secteur agro-pastoral et l’exonération fiscale substantielle en faveur du secteur agro-pastoral.

Amédée Habimana

Ouvrir