Publications de Presse Burundaise, Rohero I Avenue de la JRR N°17 Immeuble le SAVONNIER, Téléphone standard : (257) 22 22 62 32, Fax :(257) 22 22 58 94, email: pressequotidienne@yahoo.fr

Economie, Sciences, Education/formation

Deuxième vice-présidence > Audience accordée à une délégation du Corridor central

Le transport intégré sur le lac Tanganyika au centre des échanges

 

DSC09910Le Deuxième vice-président de la république du Burundi, Joseph Butore, a reçu en audience une délégation du Corridor central conduite par le secrétaire exécutif de ce corridor, Dieudonné Dukundane. Il s’agissait d’une visite de courtoisie au cours de laquelle le Deuxième vice président de la république a été brieffé des résultats de deux jours de discussions sur l’amélioration de ce transport qui vise d’une façon générale le développement économique des peuples riverains du Lac Tanganyika. 

 

Selon le porte-parole du Deuxième vice président de la République, Isidore Ntirampeba, la délégation comprenait les chefs des délégations en provenance de la République démocratique du Congo (RDC), de la République unie de Tanzanie ainsi que les représentants de certains partenaires. C’était l’occasion pour le Deuxième vice-président de la république d’insister sur l’aspect intégrateur de tous les projets qui vont être développés pour pouvoir arriver au développement escompté. Il ne serait pas, par exemple, logique de développer un port à Kigoma en Tanzanie et oublier celui de Kalemie en RDC ou celui de Bujumbura alors qu’il y a le point de départ et le point d’arriver. Si on veut que  ce développement soit intégré, il faut développer ces Ports en même temps. Ainsi, a indiqué M. Ntirampeba, les membres de cette délégation proposent avec insistance que les partenaires à ces projets tiennent en compte cet aspect intégrateur pour la réussite de ces projets. M. Ntirampeba a aussi évoqué la question de la protection de l’environnement du lac et de sa biodiversité. Il est donc logique que tous les projets qui seront développés au Burundi, en Tanzanie et en RDC, soient développés au même moment parce que si on fait mieux au Burundi, par exemple, et qu’on ne fait rien de l’autre côté du Congo pendant deux ou trois ans, ce n’est pas logique parce que les problèmes d’un côté vont se répercuter sur l’autre bord du lac. Le Deuxième vice président de la République s’est ainsi réjoui des résultats de cet atelier parce que les grands projets qui vont être développés dans les pays riverains du lac Tanganyika, vont aller de pair avec le développement d’autres infrastructures dont les routes, les chemins de fer, etc. 

Astère Nduwamungu

Ouvrir