Publications de Presse Burundaise, Rohero I Avenue de la JRR N°17 Immeuble le SAVONNIER, Téléphone standard : (257) 22 22 62 32, Fax :(257) 22 22 58 94, email: pressequotidienne@yahoo.fr

Economie, Sciences, Education/formation

Ministère en charge de la jeunesse> Programme national de volontariat des jeunes

Vers la mise en place d’un Centre national de volontariat des jeunes

 

DSC 0170L’année 2017 est une année de transition entre la phase pilote du projet et la mise en place du Centre national de volontariat des jeunes au Burundi. En effet, le projet de loi en rapport avec ce centre a été dernièrement adopté par le Conseil des ministres. Ce projet va permettre la mise en place dudit centre, mais les défis ne manquent pas. 

 

Le Programme national de volontariat des jeunes (PNVJ) mène ses actions depuis 2014 dans trois provinces pilotes, à savoir Ngozi, Gitega et Bujumbura. D’après la directrice du Programme national de volontariat des jeunes, Alice Nduwimana, ce centre sera un des moyens d’assurer l’appropriation nationale et la continuité dans la promotion effective de la participation active des jeunes aux initiatives de développement et de cohésion sociale à travers le volontariat.

Les indemnités de subsistance sont très minimes

Elle a aussi souligné que les allocations accordées aux jeunes volontaires sont de  55 000 mille francs seulement. « Il s’agit d’une somme très minime. Les structures d’accueil au Mali par exemple participent dans la prise en charge des jeunes volontaires au niveau de la restauration et de l’hébergement ». Une autre bonne pratique trouvée au Mali est que les ONGs nationales et internationales accueillent les jeunes volontaires. Pour le cas de notre pays, notre interlocutrice a indiqué qu’il n’y a pas d’ONG, sauf la Croix Rouge qui a accueilli les jeunes volontaires depuis la mise en œuvre des activités.L’autre constat fait par Mme Nduwimana est que la mobilité sociale des jeunes volontaires au Mali entre les régions du nord et celles du sud a permis de tirer des leçons apprises des expériences des autres régions. « Le défi que nous avons au Burundi est que les indemnités de subsistance données aux jeunes volontaires sont très minimes, raison pour laquelle le critère retenu est que les jeunes volontaires doivent travailler dans leur localité d’origine ». Cet aspect de mobilité sociale entre provinces ne peut pas être développé étant donné que les jeunes ne peuvent pas se déplacer et se nourrir avec de telles allocations, a-t-elle déploré

Loi cadre et implication de plusieurs partenaires 

Une autre bonne pratique est que les fonds alloués au Centre national pour la promotion du volontariat au Mali ont été revus à la hausse par le gouvernement malien après la phase pilote (de 2009 à 2012).L’année 2009 a été consacrée dans ce pays à la finalisation du cadre juridique. A cet effet, la directrice du PNVJ a précisé que le cadre légal n’est pas encore disponible dans notre pays, alors qu’au Mali, la loi cadre a été mise en avant.  La réussite de la mise en place et de la gestion du Centre national de volontariat des jeunes émane de l’implication de plusieurs ministères partenaires et de la société civile. Aussi, les partenaires techniques et financiers ont continué à appuyer de manière stratégique la mise en place de ce centre au Mali après la phase pilote. Mme Nduwimana a ainsi interpelé ces partenaires à soutenir le ministère en charge de la jeunesse pour pérenniser le Centre de volontariat des jeunes au Burundi.                                                                                                                                                                                                                   Yvette Irambona                                                                                                         

Ouvrir