Publications de Presse Burundaise, Rohero I Avenue de la JRR N°17 Immeuble le SAVONNIER, Téléphone standard : (257) 22 22 62 32, Fax :(257) 22 22 58 94, email: pressequotidienne@yahoo.fr

Economie, Sciences, Education/formation

ENTRETIEN> Difficultés rencontrées par les commerçants transfrontaliers

Ils demandent un traitement uniforme au niveau du dédouanement

 

DSC08801Après l’ouverture d’un atelier de formation organisé le lundi 02 octobre 2017 à l’intention de commerçants transfrontaliers de Muyinga, la rédaction du quotidien Le Renouveau s’est entretenue avec un commerçant usager de ce commerce sur les difficultés qu’il rencontre dans son métier. Il a dit que les commerçants ne sont pas traités de la même manière. 

 

S’exprimant sur la question relative à des difficultés que rencontrent les commerçants usagers du commerce transfrontalier,  Jonas Macumi a indiqué que les problèmes  majeurs qu’ils rencontrent concernent les coûts de dédouanement. En effet, il a dit qu’il est souvent fréquent que trois ou quatre commerçants  peuvent ne pas dédouaner les mêmes taxes alors qu’ils ont  importé les mêmes produits, de mêmes quantité et qualité. « Ceci est une grande difficulté entre les commerçants. Si tel commerçant a payé des frais de dédouanement à un prix plus élevé alors que tel autre a dédouané à un prix très réduit, il y aura une différence des prix au niveau du marché, a expliqué Macumi. L’interlocuteur a signalé que les commerçants de Muyinga ont soulevé cette question aux agents de l’Office burundais des recettes pour qu’ils puissent bien contrôler ce phénomène. Il suggère que tous les commerçants transfrontaliers soient traités sur le même pied d’égalité pour éradiquer cette inégalité qui crée la mésentente entre les commerçants et qui perturbe le commerce en général.Le commerçant Macumi a dit que l’autre difficulté est le manque de renforcement des capacités en matière de commerce transfrontalier. Il a donné l’exemple de l’ignorance des commerçants sur le commerce avec les autres pays, le manque d’informations sur les opportunités commerciales et l’ignorance des lois et de la réglementation commerciale, ainsi que l’existence des barrières non tarifaires sur la route des usagers du commerce transfrontalier. « Nous demandons à toute personne habilitée à nous aider pour comprendre toutes ces matières », a-t-il réitéré.Néanmoins, M. Macumi a salué l’initiative des leaders des Etats de l’Afrique de l’Est pour avoir créé une seule communauté. « La réunion des membres de cette communauté a favorisé les commerçants ressortissants de celle-ci dans leur métier. Aujourd’hui, les procédures sont faciles pour un commerçant qui désire pratiquer le commerce au sein de ladite communauté » a remercié M. Macumi. 

Vincent Mbonihankuye

Ouvrir