Publications de Presse Burundaise, Rohero I Avenue de la JRR N°17 Immeuble le SAVONNIER, Téléphone standard : (257) 22 22 62 32, Fax :(257) 22 22 58 94, email: pressequotidienne@yahoo.fr

Economie, Sciences, Education/formation

COMMERCE> Visite du secrétaire général du parti Cndd-Fdd à la Foire des produits locaux

Il a beaucoup apprécié les initiatives déjà entreprises par les Burundais

 

aaaqqqdftyubn Le secrétaire général du parti Cndd-Fdd, Evariste Ndayishimiye, s’est rendu, le vendredi 7 juillet 2017, au terrain de football de Tempête où se déroulait la foire des produits fabriqués et produits par les artistes et cultivateurs burundais. Il a tiré une leçon que le Burundi regorge de beaucoup de merveilles et a encouragé les Burundais à prendre beaucoup d’autres initiatives afin de produire beaucoup pour éviter d’attendre tout de l’étranger et pour le développement de notre pays.

 

 Après avoir visité tous les stands, M. Ndayishimiye a indiqué aux journalistes que son constat qu’il a tiré est que les Burundais sont capables et que le Burundi est riche. Selon lui, il est temps que les Burundais fassent l’introspection de ce qu’ils sont. « Si nous parvenons à analyser notre richesse qui se cache en nous-mêmes, le développement sera une réalité au Burundi ». Il a ainsi apprécié comment les Burundais prennent des initiatives de créativité et a été impressionné par des choses qu’ils produisent alors qu’avant on pensait que les Burundais sont des incapables.
Selon lui, le Burundi est un pays mystérieux car il a des végétations qui ne se trouvent pas ailleurs et des plantes qu’on croyait qu’elles ne peuvent pas pousser au Burundi, telles que la vigne, la pomme, etc., sont maintenant cultivées au pays. Il a ainsi félicité ceux qui ont organisé cette foire ainsi que les artisans et les agriculteurs qui ont commencé à montrer leur capacité de produire. Compte tenu du fait que les Burundais importent tout, même la sauce du pili-pili, il a indiqué qu’il y a moyen d’importer zéro produit et a encouragé les Burundais à produire encore beaucoup plus.
M. Ndayishimiye a été épaté par le fait qu’il y a des gens qui fabriquent des salons en pneus usés, des emballages biodégradables ainsi que des babouches à partir des sachets, etc., au moment où on était habitué à importer des sachets sans toute-fois se rendre compte qu’on était en train de détruire l’environnement. Il a interpellé tout le monde pour qu’on n’importe plus jamais les sachets car des emballages biodégradables sont dans nos murs. Il a ainsi invité les Burundais à encourager tous ces gens en achetant leurs produits.

Astère Nduwamungu

Ouvrir